Le jardin El Huberto del Cura à Elche (Alicante)

La municipalité d'Elche est fière de sa palmeraie déclarée patrimoine de l'Humanité par l'Unesco. Cette ville compte entre 200 000 et 300 000 palmiers. Le jardin du Curé, "El Huerto del Cura", est un petit jardin aux dimensions modestes d'environ 13 000 m, mais abritant à lui seul presque mille palmiers. On y trouve aussi un grand nombre d'espèces de cactacées.

Pour les habitants d'Elche, "huerto" désigne un verger, Les premières traces écrites sur El Huerto del Cura datent de 1846, Selon un document notarial différents propriétaires se succèdent dont Andrés Castano rachète le tout et y passe le reste de sa vie. Un de ses enfants, José Castahc Sanchez, devenu prêtre, a hérité de la propriété. En conséquence, le "Huerto del Cura" porte son nom. Le curé Castano Sanchez s'occupe de son jardin avec beaucoup d'amour II en fut propriétaire jusqu'en 1918.

L'étrange palmier "candélabre", dont le tronc commun porte huit stipes, a déjà à cette époque sa taille impressionnante, II se maintient grâce à un support métallique installé par le curé pour soutenir l'arbre et ses huit lourds bras.

En mai 1900, l'élite scientifique européenne visite Elche pour découvrir l'étrange arbre qui pousse dans le jardin du curé Castano Sanchez. Curiosité botanique, ce palmier est unique au monde. C'est entre 1865 et 1870 que l'on remarque pour la première fois cet arbre étrange, alors âge de 30 ans. Sur son tronc, à une hauteur de plus de 2 m, naissent de nouveaux stipes et le palmier forme un grand nombre de pousses. Mais seules huit sont restées, parfaitement symétriques. En 1880, chaque jeune" est estimé peser entre 20 et 25 kg. Âgé d'à peu près 165 ans, l'arbre dépasse aujourd'hui de loin le poids de 10 tonnes et se nourrit de la sève fournie par le tronc central, sur un seul système racinaire.

Comment expliquer ce phénomène ? En général, les palmiers âges de plus de 10 ou 15 ans, mâles ou femelles, se multiplient en formant des jeunes pousses à la base du "tronc", tout près du système racinaire. Les jardiniers les éliminent, car ils puisent la sève de l'arbre principal et l'affaiblissent. Mais la naissance des pousses à partir du stipe d'un palmier adulte est un phénomène inhabituel. Et si cela arrive, il s'agit généralement de quelques faibles pousses qui périssent rapidement.

Dans ce jardin, on admire une extraordinaire collection de palmiers originaires des quatre coins du monde. Ils bordent les allées et les bassins et procurent à l'ensemble un style particulier aux influences arabes encore, se plaisent et s épanouissent au sein de ce jardin. Spectaculaire, la rocaille éveille le plus grand intérêt parmi les visiteurs. Ils y découvrent une étonnante collection de cactées, parmi les plus résistants à la sécheresse

Référence Jardin du monde Snezana Gerbault

Photos protégées Robert Daloze