Communiqué du Cercle européen
pour la recherche historique,
« Investigatio Historica »

 

Nous attirons l'attention de nos correspondants, membres et sympathisants
sur le fait que les documents relatifs à la seconde guerre mondiale
en rapport avec les actes du Pape Pie XII durant cette période
seront bientôt accessibles gratuitement sur Internet.

Les chercheurs honnêtes savent que la plupart de ces documents
étaient déjà disponibles dans les archives, mais dans un état
non entièrement inventorié ou catalogué au Vatican.

En raison de la mentalité hostile de certains qui se disent chercheurs,
mais dont on pouvait craindre qu'ils détruisent des documents,
le Saint-Siège avait émis des exigences et pris des précautions
que toute bibliothèque universitaire aurait émises et prises
(recommandation ou patronage académique,
autorisations limitées de consultation,
salle sous étroite surveillance,
caméra-vidéo).

Maintenant que tout va être progressivement consultable sur Internet,
outre le fait que les documents auront été sauvés de la destruction,
tout le monde pourra se rendre compte de la malhonnêteté
de certains qui se prétendaient historiens.

Vous lirez le reste dans l'article de « Zenit »,
l'agence de presse auprès du Vatican.

= (voir ci-après) =

Dr. Alfred Denoyelle,
Docteur en Histoire,
secrétaire-général

 

 

IIème guerre mondiale :
Les archives secrètes du Vatican bientôt en ligne

Le Saint-Siège accepte la proposition de la « Pave the Way Foundation »

© ROME, Lundi 15 février 2010 (ZENIT.org)

Une grande quantité de documents du Saint-Siège relatifs à la seconde guerre mondiale sera bientôt accessible gratuitement sur Internet,
en réponse à une demande de la « Pave the Way Foundation » (PTWF) de numériser et publier près de 5.125 documents
des archives secrètes du Vatican, allant de mars 1939 à mai 1945.

Gary Krupp, fondateur et président de la fondation, a annoncé officiellement à ZENIT que
« les actes et documents du Saint-Siège relatifs à la seconde guerre mondiale
seront disponibles en ligne très vite pour l'étude mondiale et sans aucun frais ».

« Les documents seront disponibles
tant sur la page web de la 'Pave the Way Foundation' (www.ptwf.org)
que sur celle du Vatican (www.vatican.va) », a-t-il précisé.

La « Pave the Way Foundation » est une organisation née pour lever les obstacles entre les religions,
promouvoir la coopération et mettre fin à l'utilisation de la religion à des fins politiques.

« Tout au long de notre mission, nous avons constaté que le pontificat de Pie XII (Eugenio Pacelli) durant la seconde guerre mondiale
est un motif de tension qui a des répercussions sur plus d'un milliard de personnes.
La controverse repose sur l'hypothèse selon laquelle le pape n'aurait pas fait suffisamment
pour prévenir le massacre des juifs par les nazis », reconnaît Gary Krupp, juif de New York.

« Notre recherche a révélé que cinq ans après la mort de Pie XII, le KGB, services secrets soviétiques,
organisèrent un complot, appelé 'Seat 12', pour discréditer leur ennemi, l'Église catholique.
Un procédé sale qui a condamné le pape Pie XII pour son 'silence' durant l'holocauste,
inspiré de l'œuvre théâtrale « le Vicaire » de Rolf Hochhuth, en 1963 », ajoute le fondateur.

En 1964, Paul VI a souhaité qu'une équipe de trois historiens jésuites, les pères Pierre Blet, Burkhart Schneider et Angelo Martini,
entreprenne une vaste recherche de documents relatifs à la période de la guerre, conservés
dans la section non ouverte au public des archives secrètes du Vatican.
Le père américain Robert Graham s'unira à eux
quelques années plus tard.

Les résultats de cette recherche sont rassemblés dans les actes publiés en ligne aujourd'hui.

Le premier des onze volumes de la recherche avait été publié en 1965, le dernier en 1981.

« En 1999, le cardinal Edward Cassidy créa une commission spéciale d'académiciens juifs et catholiques pour étudier conjointement ces documents.
Mais l'initiative échoua le 21 juillet 2001, les professeurs n'arrivant pas à comprendre la langue de nombreux documents.
Ils publièrent une liste de 47 questions et demandèrent l'ouverture des archives correspondant à la période comprise entre 1939 et 1958,
bien que ces dernières n'aient pas encore été cataloguées », fait savoir Gary Krupp.

Pour ouvrir tous les documents relatifs à la seconde guerre mondiale des archives secrètes du Vatican,
le Saint-Siège a besoin de terminer leur catalogage : environ 16 millions de documents.

« Au cours de notre mission de rendre public le plus grand nombre possible de documents
pour éliminer cet obstacle entre juifs et catholiques à la lumière de la vérité documentée,
notre fondation a demandé l'autorisation de numériser cette collection
et de la mettre à la disposition de ceux qui veulent l'étudier ».

Gary Krupp ajoute que l'initiative a pour but de « montrer de façon claire les efforts que Pie XII a mis en œuvre
pour alléger la souffrance de tant de personnes durant la guerre, et de faire comprendre
que la 'légende noire' qui a terni son nom n'est tout simplement pas vraie ».

« Cet accès que nous offrons ne veut pas se substituer au plein accès aux archives de la seconde guerre mondiale,
mais montrera de manière inédite les efforts de Pie XII et les dangers auxquels il dut faire face
sous la menace directe du régime nazi », indique le fondateur.

« Les archives secrètes du Vatican jusqu'en 1939, ouvertes il y a deux ans et qui présentent 65% du ministère de Pie XII,
ont été ironiquement ignorées par les critiques qui avaient demandé leur ouverture pendant des années », rappelle Gary Krupp.

La « Pave the Way Foundation » remercie la secrétairerie d'État et la Librairie éditrice du Vatican
pour « la confiance qu'elle nous accorde en nous donnant ce privilège sans précédent ».

« Nous espérons sincèrement que les historiens du monde étudieront très attentivement ces documents.
Nous pensons que la numérisation de ces quelques 9.000 pages prendra quatre semaines.
Quand nous aurons terminé, nous les publierons sur Internet ».

« Entre-temps, nous avons déjà mis en ligne (www.ptwf.org) des milliers de documents et vidéos de témoins pour la recherche ».

« Nous demandons que les chercheurs français, italiens et allemands nous aident à traduire
les documents en anglais et envoient leur travail à la 'Pave the Way Foundation' pour
pouvoir mettre ces informations à la portée du plus grand nombre possible d'académiciens.
Nous souhaiterions aussi recevoir toute sorte de commentaires, positifs ou négatifs,
sur le contenu de ces documents », a conclu Gary Krupp.

En audience avec Benoît XVI

 


 

Sur le site du Vatican :

Actes et documents du Saint-Siège relatifs à la période de la Seconde Guerre Mondiale

 


 

Vidéos

Interview de l'historien Dr. Peter Gumpel S.J.,
Docteur en Histoire

*

( in English : )

http://www.barhama.com/PAVETHEWAY/INTERVISTA_A_GUMPEL/GUMPLE.html

 


 

Articles

Articles de l'historien Dr. Alfred Denoyelle,
Docteur en Histoire

*

( en Français : )

Communiqué du Cercle européen pour la recherche historique, « Investigatio Historica » (= le présent communiqué)

Contre le négationnisme : quelques faits avec données chiffrées ... et certains aspects méconnus du nazisme

L'Église antisémite ?

Pie XII et les Juifs.

Pie XII avait-il aussi opté pour « l'Ordre Nouveau » ?

*

( In het Nederlands : )

Had Pius XII ook gekozen voor de « Nieuwe Orde » ?

 

 


 

Autres réactions

 

Bernard-Henry Lévy

« Il faudrait quand même que l'on arrête avec la mauvaise foi, les partis pris et, pour tout dire, la désinformation. Je reviendrai, s'il le faut, sur la très complexe affaire Pie XII.
Je reviendrai sur le cas de Rolf Hochhuth, auteur de ce fameux "Vicaire" qui lança, en 1963, la polémique autour des silences de Pie XII.
Je reviendrai sur le fait, en particulier, que ce bouillant justicier est aussi un négationniste patenté, condamné plusieurs fois comme tel et dont la dernière provocation
consista, il y a cinq ans, dans une interview à l'hebdomadaire d'extrême droite "Junge Freiheit", à prendre la défense du négateur des chambres à gaz David Irving.
Pour l'heure je veux juste rappeler […] que le terrible Pie XII fut, en 1937, alors qu'il n'était encore que le cardinal Pacelli, le coauteur de
l'encyclique “Avec une brûlante inquiétude” (Mit brennender Sorge) qui demeure, aujourd'hui encore, l'un des manifestes antinazis les plus éloquents de l'époque.

Pour l'heure, on doit à l'exactitude historique de préciser qu'avant d'opter pour l'action clandestine et le secret,
avant d'ouvrir donc, sans le dire, ses couvents aux juifs romains traqués par les nervis fascistes,
le « silencieux » Pie XII prononça des allocutions radiophoniques (celles, par exemple, de Noël 1941 et 1942) qui lui valurent,
après sa mort, l'hommage d'une Golda Meir qui savait ce que parler veut dire et ne craignit pas de déclarer :
« Pendant les dix ans de la terreur nazie, alors que notre peuple souffrait un martyre effroyable, la voix du pape s'est élevée pour condamner les bourreaux. »

Et, pour l'heure, on s'étonnera surtout que, de l'assourdissant silence qui se fit, dans le monde entier, autour de la Shoah,
on fasse porter tout le poids, ou presque, sur celui du Souverain du moment qui :

a) n'avait ni canons ni avions à sa disposition ;
b) ne ménagea pas ses efforts pour, nous disent la plupart des historiens sérieux,
partager avec ceux qui en disposaient les informations dont il avait connaissance ;
c) sauva, lui, effectivement, à Rome mais aussi ailleurs,
un grand nombre de ceux dont il avait la responsabilité morale. »

Bernard-Henri Lévy,
"Osservatore Romano" du 21/01/2010.

L'auteur est un romancier, essayiste, metteur en scène, acteur, cinéaste, homme d'affaires et éditorialiste, naguère reçu au concours d'agréation de philosophie,
l'une des têtes de file du mouvement des « nouveaux philosophies » constitué d'intellectuels engagés, ayant reçu un doctorat "honoris causa" de l’université de Jérusalem.