Home

Feuille de route pour les scénaristes

  1.   La construction du vidéogramme à laquelle vous participez vise à jeter des ponts symboliques en travers de la Méditerranée, non à convaincre ou à convertir « ceux d'en face ». Rendez donc votre message limpide et attrayant, sans entrer dans des polémiques inutiles.
  2.   N'essayez pas de tout dire, de tout montrer : vous êtes limités par la durée du vidéogramme… et par l'intérêt du spectateur, qui n'est pas le même que le vôtre. Faites un choix parmi les sujets qui vous semblent les plus représentatifs de votre culture, mais aussi les plus susceptibles de rapprochements avec la culture de l'autre. Pensez que le livret pédagogique peut orienter les étudiants vers d'autres thèmes que vous n'avez pas le temps d'aborder dans le vidéogramme.
  3.   Pensez et écrivez en images : c'est d'abord l'image qui parle, qui accroche le spectateur ; le commentaire oral ne fait qu'expliciter certains aspects de l'image. Evitez les phrases longues ou trop littéraires : le commentaire doit être simple et concis, du niveau des adolescents.
  4.   Rédigez votre scénario en deux colonnes : la première présentera les images que vous aurez sélectionnées, la seconde le texte lu par les voix off. Découpez le scénario en scènes, chaque scène correspondant à un ensemble de plans filmés dans une unité de temps.
  5.   Chaque scène doit reposer sur un enjeu, c'est-à-dire une motivation pour le spectateur : soit une énigme à résoudre, soit une émotion qui le fasse « entrer » dans la scène. L'identification aux personnages, passés (reconstitution) ou présents (vue directe), peut participer à cet enjeu. L'humour est un autre moyen d'intéresser le spectateur.
  6.   Donnez un rôle aux personnages-guides de Gibraltar : un garçon et une fille qui présenteront votre civilisation. Rédigez éventuellement (dans la 2e colonne) de courts dialogues au cours desquels ils exprimeront les étonnements ou questions que tout jeune spectateur pourrait exprimer. Indiquez les réponses dans les dernières scènes du scénario ou prévoyez les documents qui alimenteront la recherche dans le livret pédagogique. Ces personnages-guides doivent avoir une certaine consistance, mais pouvoir s'effacer devant l'information : ce sont des silhouettes plus que de vrais personnages de films. Notez quelques traits de personnalité ou quelques caractéristiques vestimentaires qui les rendront plus vivants et plus crédibles et qui faciliteront la transmission du message.
  7.   Décrivez les décors dans lesquels évolueront les personnages-guides : villes ou paysages servant de transitions entre différentes scènes, par exemple.
  8.   Donnez un rythme à votre scénario : veillez à l'alternance des scènes « légères » et des scènes « graves », des scènes « à énigmes » et des scènes plus « récréatives ». Si une scène vous paraît un peu plus lourde à assimiler (riche en informations, scène de synthèse), faites-la suivre d'une scène amusante ou reposante (sans effort pour le spectateur). Ne révélez pas tout dès les premières scènes : il faudra surprendre et séduire le spectateur tout au long du vidéogramme.
  9.   La scène finale est très importante : elle peut aider le spectateur à récapituler ce qu'il a appris, mais elle peut aussi lui ouvrir des portes sur d'autres pistes, par exemple sur une collaboration avec des élèves d'un autre pays.
  10.   Vous pouvez utiliser différents types de voix dans la bande son : la voix in (on voit celui qui parle), la voix off (elle n'appartient pas à la scène), la voix hors champ (celui qui parle appartient à la scène mais on ne le voit pas). La musique relève aussi de ces trois catégories. Indiquez donc les musiques et chansons que vous voudriez joindre aux images, et éventuellement les noms des musiciens et chanteurs qui les interpréteront (voix in). Si la voix doit se superposer à la musique, notez-le dans le scénario.
  11.   Les reconstitutions doivent être très simples : on peut suggérer un personnage historique au moyen de quelques images et sons bien choisis. Pensez aux images d'archives, souvent plus riches et plus réalistes que les meilleures reconstitutions. Vous pouvez utiliser la technique du flashback pour expliquer le présent par le passé.