Home

Mentalités, coutumes, arts de vivre, migrations et nouvelles cultures

Quelques idées directrices

  1. C'est dans ce vidéogramme que les concepts de décentration et de double regard devraient être le plus développés : il s'agit en effet que les adolescents-spectateurs apprennent à percevoir autrement des coutumes et des attitudes qui leur sont étrangères. Comprendre ces comportements en remontant à leur origine, à leur signification véritable, peut faciliter la décentration. Relativiser ses propres façons d'être et de faire est l'objectif de la 6e vidéo.
  2. Les migrations en Europe et dans le Monde arabe présentent toutes des aspects négatifs (sentiment d'exil, difficultés d'intégration, recherche d'une nouvelle identité, décalages entre la culture d'origine et la culture d'accueil) et des aspects positifs (richesse du multiculturalisme, découverte d'autres mentalités, stimulation de la créativité, échanges économiques…) ; les problèmes ne doivent pas être occultés, mais le bénéfice humain des migrations devrait être souligné.
  3. Les enfants nés ou éduqués en exil sont les ambassadeurs de deux cultures. Ils sont invités à valoriser leur culture d'origine (et souvent à en découvrir de nombreux aspects) afin de montrer les convergences qu'elle présente avec la culture d'accueil.
  4. Les enfants nés et éduqués sur la terre de leurs ancêtres sont en marche vers une culture nouvelle qui, tout en gardant ses racines, s'ouvre davantage sur le monde. Ils sont invités à reconnaître leur patrimoine, mais aussi à voyager, à apprendre d'autres langues, à découvrir d'autres valeurs et d'autres expressions artistiques.
  5. Un regard sur les métissages humains et culturels (modes vestimentaires, gastronomie, musique, architecture…) peut ouvrir le débat sur les spécificités et les évolutions bénéfiques.
  6. L'intrusion de la modernité dans un monde traditionnel a bousculé tous nos comportements, toutes nos conceptions de la vie en société. Le contraste entre ville et campagne peut amorcer la réflexion. Des interrogations sur le devenir des villes ( centres économiques et culturels, mais surpeuplées, asphyxiées, bétonnées…) devraient surgir à cette occasion.

Motivation

Une chanson arabe qui parle de l'exil et du pays natal (sous-titrée en français) pourrait créer l'atmosphère propice aux questions de ce 6e thème, mais on peut aussi bien partir d'une chanson « beur » qui représente déjà la synthèse de deux cultures. Une autre façon plus provocante d'aborder le thème des migrations consisterait à montrer le désenchantement de certains jeunes Maghrébins fraîchement arrivés dans une grande ville européenne : difficultés administratives, hébergement problématique, petits boulots mal payés...

Une autre situation de départ pourrait être le parallélisme entre la vie rurale en Europe et la vie rurale au Maghreb : au-delà des différences de climat, de confort et de moyens de communication, ne retrouve-t-on pas le même temps qui coule au ralenti, la même écoute de la nature, le même goût des traditions