PLATYCERIUM

Corne d’élan ou corne de cerf

Le Platycerium est une fougère épiphyte c’est-à-dire une plante qui pousse sur une autre plante sans en tirer sa nourriture ( ne pas confondre avec une plante parasite). On le trouve notamment dans les plantations de cocotiers et de palmiers à huile dont il envahit les troncs en formant parfois des nids énormes. Ses frondes (ainsi s’appellent les " feuilles " des fougères) sont de deux sortes: les frondes stériles qui sont plates et arrondies, se superposent les unes aux autres et se dessèchent très vite en devenant brunes, et les frondes fertiles bien vertes, plus longues et profondément découpées légèrement duveteuses et retombantes, dont l’apparence explique bien son nom vulgaire de " corne d’élan ". "Frondes fertiles " car c’est à l’envers de celles-ci que se trouvent les sporanges où se développent sous forme d’une poussière très fine: les spores, qui sont aux fougères ce que sont les graines aux plantes qui donnent des fleurs et des fruits.

Il en existe 17 espèces connues, toutes originaires du sud-est asiatique ou d’Australie et dont deux seulement sont cultivées couramment. La plus connue et la plus répandue est le Platycerium alcicorne (ou bifurcatum). L’autre, le Platycerium grande (illustré ci-dessus) dont les frondes sont dressées est plus rare et comme son nom l’indique, plus grand.

Ayant pris l’habitude de grimper très haut sur les cocotiers il se plaît dans une lumière vive. Mais à l’abri du soleil direct. Le Platycerium demande très peu de soin, car ses racines puisent l’essentiel de sa nourriture dans la matière fournie par les frondes stériles qui se dessèchent et se décomposent sur place et de plus, le duvet qui recouvre ces frondes fertiles lui permet de supporter l’air sec des appartements. C’est là, une des raisons pour lesquelles il ne faut jamais essuyer les feuilles ni utiliser de " brille-plante " pour ne pas abîmer ce précieux duvet.

Pour l’arrosage, le mieux est de le baigner tout entier pendant une dizaine de minutes et de le laisser égoutter avant de le remettre en place. Bien laisser sécher entre deux bains (toutes les semaines en été, tous les quinze jours en hiver)

De par sa nature épiphyte, ne jamais le rempoter, sauf si vous voulez le changer de récipient, par exemple le mettre dans un panier ou sur une écorce (car c’est ainsi que sa croissance est la meilleure). Dans ce cas, entourez les racines d’un mélange de tourbe et de mousse (sphaigne) et maintenez le tout avec un fil de coton.

En résumé, pour rendre votre platycerium heureux, la chose est simple: donnez-lui les mêmes conditions que celles qu’il aurait sur le cocotier de ses rêves, une température de 16 à 25°C, beaucoup de lumière mais pas le plein soleil, sec avec de temps en temps une bonne douche, et pas d’autres plantes dans son pot. C’est un solitaire qui aime être seul sur son cocotier.

 

Vous pouvez acheter des plantes partout... Mais les conseils ...
pour les choisir et les conserver, vous ne les recevez pas partout!...

G.A. Monoyer Ir.A.I.Gx.

COPYRIGHT Editions du Ronfrêne, rue de la Station, 111, 7070 LE ROEULX (Belgique)


[ Retour à la page principale ]