Mémoriser

Une grande partie de l'énergie déployée par les étudiants est utilisée à mémoriser des connaissances. C'est inévitable mais quelques conseils peuvent rendre plus rentable, donc réduire, le temps consacré à cette opération.

Mémoriser, c'est recueillir un contenu et en assurer sa conservation mentale pour une évocation ou une reconnaissance ultérieure réussie.

Comment fonctionne la mémoire ?

Notre mémoire connaît certaines limites inhérentes à sa nature et à son fonctionnement. L'information est d'abord perçue par les sens, elle est décodée, interprétée et reconnue à l'aide de la mémoire à long terme (MLT). L'information est alors acheminée vers une mémoire de travail ou mémoire à court terme (MCT). Elle ne peut traiter qu'un nombre limité (± 7)(1) d'éléments. L'information y reste disponible moins de trente secondes. Elle peut cependant rester accessible plus longtemps par autorépétition ou par passage dans la MLT, grand réservoir de toutes nos connaissances et expériences. Cette MLT semble organisée non sur un modèle alphabétique mais sur des relations de sens. L'inscription dans la MLT exige donc une compréhension en profondeur, un accrochage aux connaissances antérieures, bref, une intégration. Après trente minutes, la plupart des informations se perdent mais on se souvient du sens de ce qui a été mémorisé.

Conditions physiologiques et affectives .

L'activité cérébrale demande de l'oxygène (aérez votre lieu de travail, apprenez à bien respirer) et une alimentation équilibrée (reposez-vous ou prenez de l'exercice après avoir mangé). Ne dépassez pas cinquante minutes de travail continu, mais ne prolongez pas les pauses, la remise en route serait plus difficile.

La mémoire dépend de nos dispositions envers la matière et l'enseignant. Autrement dit, moins on aime une matière, plus le travail de mémorisation est long et difficile. Il convient donc de consacrer plus de temps à ce qu'on aime le moins; de découvrir un intérêt dans ce qu'on n'aime pas ou peu.

Structurer

Hiérarchisez.

La mémoire enregistre des structures, des ensembles organisés. Organisez, dès lors le contenu selon l'importance relative des éléments qui le composent. Dans le matériel à assimiler, il existe le plus souvent une logique interne, évidente ou cachée. Partez du général (la table des matières, par exemple) et descendez progressivement vers le particulier, les détails en les rapportant toujours à la structure dégagée. Si le matériel à étudier ne contient pas de logique interne, songez à utiliser des moyens mnémotechniques qui introduisent une "logique de soutien". Parmi ces procédés, citons

Associez.

N'essayez jamais de retenir un mot non compris. Sinon, vous vous exposez à une perte de temps, à une fixation plus lente, à un oubli plus rapide, à de mauvaises surprises aux examens. A chaque terme associez une localisation précise, à chaque date associez un contexte chronologique.

Intégrez

Reliez ce que vous apprenez à ce que vous savez déjà.

La mémoire est multiforme

A chacun des cinq sens est liée une forme de mémoire. Dans le cadre de l'étude, ce sont principalement les mémoires visuelle, auditive et motrice qui interviennent.

Chacun d'entre nous possède une forme privilégiée de mémoire. Connaissez-la pour en tirer le maximum de profit, sans négliger pour autant d'exploiter les autres (effets cumulatifs): vous faciliterez ainsi l'enregistrement, le stockage et l'évocation des éléments appris.

mémoire visuelle

mémoire auditive

mémoire motrice

Attention : économie ! : Ne recopiez pas tout de façon automatique (perte de temps), sélectionnez les informations, évitez la simple transcription.

Mémoriser à long terme ?

La mémoire, rappelons-le, fonctionne de façon discontinue. Autrement dit, le pouvoir d'évocation des éléments appris varie dans le temps, à une période d'apprentissage succède une période de maîtrise complète suivie d'une période d'oubli.

Sans nouvel apprentissage, ce qui est mémorisé s'oublie, surtout si cela n'a pas été intégré à une structure organisée. Cependant, l'apprentissage qui semblait effacé n'était en fait que bloqué. En effet, ce qui a déjà fait l'objet d'une première mémorisation se refixe plus vite et se retient plus longtemps lors des réap-prentissages ultérieurs : apprentissage plus rapide et oubli plus lent et moindre.

conseils pratiques

Pour en savoir davantage :

DE KETELE R., DE ROO-ADRIANS S., DRAIME J., & ..., Question(s) de méthode, comment étudier à l'université ? ,7e édition, Louvain-la-Neuve, Centre d'Orientation et de Consultation Psychologique et Pédagogique de l'Université de Louvain, 1989

ROMAINVILLE M. & GENTILE C., Des méthodes pour apprendre ,Paris, Ed. de l'Organisation, 1990.

et un site à consulter: les Fiches du Bac.

Mise à jour 8 octobre 2002