L'examen écrit : conseils pratiques

La technique ALTER

( in Romainville)

Ce procédé mnémotechnique vous aidera à vous souvenir des cinq phases essentielles d'un examen écrit.

A (pour Administration):

respectez les consignes et indiquez les renseignements demandés (date, nom,…)

L (pour Lire) :

lisez, relisez, identifiez les éléments-clés, élaborez un canevas de réponse, relisez encore la question.

T (pour Temps):

déterminez l'ordre de votre travail, attribuez un temps à chaque question, réservez un temps de relecture finale, respectez cette répartition quitte à laisser (provisoirement) une réponse incomplète.

E (pour Écrire):

construisez un plan puis rédigez.

R ( pour Relire):

vérifiez l'orthographe, l'expression, la présentation de la feuille; complétez, terminez les questions laissées en suspens.

A la correction

Les professeurs passent pas mal de temps à corriger en classe interrogations et contrôles. Bien sûr, et c'est légitime, le premier réflexe de l'élève consiste à regarder sa note. Mais comparer avec celle du voisin, ergoter pour un demi-point et mobiliser toute son énergie sur un chiffre ou une lettre serait une erreur, il y a mieux à faire.

Cherchez à mettre en lumière le mécanisme pervers qui a causé l'erreur. Personne ne donne une réponse erronée en le sachant, on est toujours persuadé de la qualité de sa réponse, et on a des raisons de le croire. Ce sont justement ces raisons qu'il faut mettre en lumière. Pour cela, suivez attentivement la démarche correcte et repérez avec précision le ou les moments où vous vous êtes trompé. C'est parfois malaisé, il faut alors solliciter le professeur. Attention ici aux maladresses, dire : "je ne comprends rien ! " provoque toujours l'agressivité ! Il vaut mieux préciser sa difficulté, ses lacunes :

Et demandez ensuite :

ASTUCE : prenez note des questions posées sur la matière lors d'interrogations partielles, elles seront une indication précieuse au moment de préparer un contrôle de synthèse ou un examen.

Comprendre la question

La façon dont la question est posée n'a pas été nécessairement prévue lors de la révision. Voici une liste des termes les plus courants.

Apprécier :

attribuer une valeur à un jugement, à une œuvre.

Caractériser :

mettre en évidence les traits distinctifs ou dominants.

Commenter :

examiner les différents aspects de la question, les développer en faisant usage d'observations, de réflexions, de comparaisons, d'illustrations. Si le sujet s'y prête, vous pourrirez en exposer le pour et le contre, éventuellement démontrer la vérité ou le bien-fondé de l'un ou de l'autre pour finalement prendre position et formuler une conclusion.

Comparer :

consiste à examiner plusieurs objets sous un même rapport pour en faire ressortir les différences et les similitudes. Il ne suffit pas de disposer en colonnes les éléments comparables; comparer, c'est mettre en lumière, expliciter les rapports entre ces éléments.

Critiquer :

prendre du recul et donner son jugement sur un objet; faire ressortir le vrai, le faux, les qualités, les défauts.

Décrire :

énumérer les caractéristiques de quelque chose, en donner une idée à l'aide de traits observables.

Définir :

préciser le contenu d'un concept, ses attributs essentiels.

Démontrer :

arriver à une conclusion, souvent imposée, de manière rigoureuse, par des faits ou des raisonnements. Répondre au pourquoi.

Discuter :

procéder à l'examen contradictoire d'une question, dire le pour et le contre, mentionner les avantages et les inconvénients.

Étudier :

analyser, sans qu'aucune limite, ni restriction soit imposée.

Examiner :

est comparable à discuter.

Expliquer :

rendre compte analytiquement du sens.

Illustrer :

éclaircir le sens d'un texte, d'une proposition, d'une citation à l'aide d'un exemple, d'un graphique ou d'un dessin.

Justifier :

est comparable à démontrer.

D'après : ROMAINVILLE .

Rappelez-vous que le texte est évalué d'après ce qui est écrit et non sur base de ce que le correcteur suppose être ce que l'élève a "voulu écrire".

On ne saurait trop insister sur la nécessité qu'il y a de se faire une idée correcte des consignes qui sont proposées. Et pour cela, au lieu de foncer tête baissée, s'accorder un temps de réflexion, esquisser mentalement un schéma de texte, lire et relire les instructions, décomposer la question en ses parties, souligner, -sur le questionnaire même, si cela est possible-, les différents points à traiter. Lire chaque mot, sans se contenter d'une lecture rapide et approximative : "ah oui, je m'en souviens, c'est dans le chapitre trois ! " Se dire cela lorsqu'on en est au troisième mot d'une question qui en comprend vingt risque de produire bien des déconvenues !

Comprendre la question, c'est être capable de la reformuler avec ses propres mots, c'est aussi la lire du point de vue d'un autre cours, être en mesure d'établir des liens.

Une fois les consignes comprises, il faut encore en respecter toutes les exigences : concision, complétude, cohérence, vue globale, synthèse, originalité... Et limiter sa réponse à ce qui est demandé; l'excès nuit. Une bonne habitude : délimiter explicitement dans la réponse, sous la forme d'un petit plan, les différentes parties en rapport avec la question.

Mise à jour 13.11.2014