Les formes du raisonnement

Le raisonnement causal.

Quand un homme décide soudain que rien ne remplace l'élégance d'un costume, on peut être certain qu'il vient de découvrir le charme de la pure laine vierge. (publicité)

Le principe de cette argumentation est que tout fait a une cause et produit des effets. Entre les faits s'établissent donc des relations de condition à conséquence, de moyen à fin, de cause à effet.

On distingue parfois le raisonnement causal proprement dit (une cause produit un effet précis), du raisonnement structural où l'on analyse un ensemble de rapports complexes dans lesquels les éléments sont réciproques.

Bien établie, cette argumentation est très puissante. (structure logique)

Développement : Montrer que tel effet doit avoir telle cause et non telle autre.
Réfutation : Montrer que les causes ne sont pas suffisantes, prouver qu'un même effet peut avoir plusieurs causes, prouver que l'effet est mal décrit, le décrire autrement de manière à discréditer la cause présentée.
 
 
 

La déduction.

Cette montre est suisse, or les montres suisses sont de bonne qualité, donc cette montre est de bonne qualité.

Des deux prémisses (arguments) on déduit une conclusion, le raisonnement part du général pour traiter un cas particulier. Le syllogisme se compose de trois propositions : deux prémisses et une conséquence ou conclusion. L'une des prémisses s'appelle la majeure parce qu'elle renferme l'idée générale; l'autre porte le nom de mineure parce qu'elle énonce la proposition particulière. (structure logique)

Développement : établir le syllogisme selon les règles.
Réfutation : lorsque le syllogisme est exprimé de façon abrégée, (Ce comprimé effervescent agit efficacement tout de suite.) formuler la proposition présupposée; ensuite dénoncer l'erreur de raisonnement.
 

Le raisonnement dialectique

La peine de mort détruit la personne du criminel.
La peine de mort exalte le criminel jusqu'à en faire un héros.
Supprimer la peine de mort permet d'humaniser le criminel sans l'idéaliser.

Comme dans la déduction, le raisonnement dialectique part de deux propositions contraires, voire contradictoires (Thèse / Antithèse). Mais alors que la déduction ne fait qu'exprimer ce qui est impliqué dans les prémisses, la conclusion du raisonnement dialectique apporte quelque chose de neuf; elle manifeste une pensée en mouvement. Le raisonnement dialectique, en effet, produit des idées nouvelles à partir de propositions de départ qui s'opposent (Synthèse). (structure logique)

Développement : montrer qu'aucune des deux propositions contradictoires n'est satisfaisante; utiliser les procédés de renforcement
Réfutation : contester l'une au moins des deux propositions; échapper à l'alternative.

 L'induction

Catherine Deneuve utilise Woolite. (publicité Woolite) Concluez que ce produit est donc censé convenir à tout le monde.

Raisonnement qui part du particulier pour arriver à une loi générale. La généralisation peut conduire à une vérification, une illustration grâce aux exemples. (Attention aux généralisations hâtives). Dans l'induction par généralisation, on part de faits particuliers pour arriver à une affirmation générale, une hypothèse synthétisante. (structure logique)

Développement : pour être persuasifs, les cas particuliers doivent être :
- pertinents,
- en nombre suffisant (selon le point de vue du destinataire ! ),
- frappants et caractéristiques.
Réfutation : citer d'autres faits qui conduisent à une conclusion inverse; montrer que la généralisation n'est pas valide.

Dans l'induction par illustration, le raisonnement est identique mais l'ordre du discours est inversé.

Les jeunes ne respectent pas les personnes âgées, j'ai encore vu ce matin dans le métro une vieille dame rester debout alors qu'un étudiant, assis, continuait à lire.
Développement : on propose l'affirmation générale et on l'illustre par des faits, des cas concrets.
Réfutation : invoquer des contre-exemples qui infirment la généralisation, montrer qu'elle n'est qu'un cas particulier.

 La question rhétorique

Un instant si merveilleux ne vaut-il pas ce qu'il y a de mieux ?
(publicité pour un réseau de distributeurs de fleurs)

Formulation d'une question de manière à induire une réponse qui manifestera l'assentiment du destinataire. (structure rhétorique)

Développement : amener par une ou plusieurs questions l'interlocuteur à être d'accord au moins sur une partie de la thèse défendue.
Réfutation : échapper à la question; en poser une autre.

 Le sorite

Le grand classique stoïcien: qui est sage est tempérant; qui est
tempérant est constant; qui est constant est sans trouble; qui est sans
trouble est sans tristesse; qui est sans tristesse est heureux : donc le
sage est heureux, et la sagesse suffit au bonheur
.

Raisonnement composé de plusieurs propositions si bien liées entre elles que l’attribut de la première devient le sujet de la deuxième, l’attribut de la deuxième le sujet de la troisième, et ainsi de suite ; en sorte que la dernière proposition doit être implicitement comprise dans la première, si le raisonnement est juste. (Dict. Académie)

l'origine de ce mot

Développement : décomposer la thèse en propositions partielles; énumérer des affirmations liées entre elles et dont chacune isolément est valide.
Réfutation : montrer que l'une au moins de ces afffirmations est fausse et que cela invalide la chaîne des énoncés.
 

 L'argumentation indirecte

Seychelles ou Réunion ? Ile Maurice, Comores ou Madagascar ? Laquelle de ces ravissantes solitaires allez-vous choisir ? (publicité )

Fait passer un ensemble de propositions sans les énoncer explicitement, en les soustrayant à l'argumentation. (structure rhétorique)

Comparez, par exemple, ces deux interprétations d'un sondage d'opinion, elles conduisent à des conclusions fort différentes :

  • La cote de popularité du Président se maintient au-dessus des 50 % bien qu'elle ait baissé de deux points.
  • La cote de popularité du Président a encore baissé de deux points; elle se rapproche des 50 %.

 La prétérition

Il est inutile de rappeler qu'un état ne peut se passer de l'impôt.

La prétérition permet de dire un énoncé en prétendant le taire. (structure rhétorique)

L'insinuation

L'insinuation une accusation dont l'énoncé reste partiel. (structure rhétorique)

 

Le procès d'intention

Le procès d'intention est une accusation portant, non sur des faits, mais sur des intentions qu'on prête plus ou moins gratuitement à l'adversaire. (structure rhétorique)

 

Les erreurs de raisonnement

Le sophisme

Le sophisme est une déformation intentionnelle du raisonnement (définition incorrecte, analogie trompeuse, ignorance ou connaissance incomplète des faits, par exemple).

Comme le non l’a emporté au référendum et que cela profite aux gens d’affaires, on peut en conclure que ce sont les gens d’affaires qui ont provoqué la victoire du non au référendum.

copié le 25/12/2013 sur la page consacrée aux différents types de sophismes :
Guy Ferland, Les sophismes, définitions et exemples (http://pages.infinit.net/plotin11/sophismes.htm)

Le paralogisme

Le paralogisme est une erreur réputée involontaire du raisonnement.
En voici un exemple pour sourire...

Une petite fille regardait ses parents s'habiller pour une soirée. Quand elle vit son père mettre son smoking , elle l'avertit :
- Papa, tu ne devrais pas porter ce veston.
- Et pourquoi pas, chérie ?
- Parce que tu sais qu'il te donne toujours un mal de tête le lendemain matin.

La pétition de principe

La pétition de principe est une faute logique par laquelle on tient pour admise, sous une forme un peu différente, la proposition même qu'il s'agit de démontrer; c'est un raisonnement qui prétend prouver une thèse en s'appuyant sur les principes mêmes de cette thèse

Il faut vous battre parce que la vie est une lutte.

Pour en savoir davantage, consultez le site Charlatans qui fait la chasse aux raisonnements faux ou malhonnêtes.

 

Les types d'arguments

L'absurde

Vous dirigez un orchestre et vous prônez l'anarchie !

Mise en cause directe de l'interlocuteur montrant que son raisonnement est contradictoire. (structure rhétorique)

Développement : simplifier le raisonnement pour faire apparaître la contradiction.
Réfutation : distinguer, dissocier les éléments; apporter des informations plus précises prouvant que le raisonnement est logique.

L'argument a contrario

Les salaires modestes doivent payer très peu d'impôts car ils ne permettent de vivre que modestement; par contre, les hauts salaires doivent être fortement taxés car ils permettent de vivre luxueusement, donc permettent de se priver.

Mise en contraste des éléments pour obtenir des décisions diamétralement différentes. L'idée est que des éléments opposés doivent être traités de manière opposée. (structure quasi-logique)

Développement : accentuer le contraste entre les faits, les opinions.
Réfutation : utiliser l'argument de justice.

L'argument ad hominem

- Monsieur, nous passons trop de temps à étudier. Nous n'avons plus le temps de faire du sport. Supprimez donc de la matière.
- Vous avez tout à fait raison de vouloir moins étudier, je vous encourage à la paresse mais à la paresse intelligente : travaillez mieux, perdez moins de temps et vous en aurez davantage pour pratiquer les activités physiques qui sont tellement salutaires.

Inversion feinte des rôles; on se met à la place de l'interlocuteur en acceptant ses présupposés* mais pour tenir un discours contraire à ce qu'il veut faire admettre. (structure rhétorique)

Développement : insister sur le bien-fondé des présupposés; proposer une autre conclusion qui apparaisse comme leur conséquence logique.
Réfutation : montrer que la conclusion proposée est irréalisable, qu'elle entraînerait des conséquences fâcheuses; mettre en doute la bonne foi de l'interlocuteur.

 

L'argument ad personam ou argument personnel

Comment pouvez-vous critiquer la télévision, vous ne la regardez jamais ?

Stratégie qui interpelle l'interlocuteur en tant que personne afin de dévaluer ses propos. On prend l'adversaire à partie dans sa singularité. (structure rhétorique)

Développement : prouver une contradiction entre les propos de l'interlocuteur et ses actes.
Réfutation : replacer le débat sur le plan des idées; montrer que ce qui est en jeu dépasse le cas individuel; montrer que d'autres personnes défendent la même opinion.

 

L'argument a fortiori

La vengeance, l'amour, l'honneur, la douleur, une autre peur arrivent à en [= de la peur de la mort] triompher. Ce que l'amour d'un être ou d'un pays, ce que la folie de la liberté arrivent à faire, comment la cupidité, la haine, la jalousie ne le feraient-elles pas ?
CAMUS A., Réflexions sur la guillotine

Élargissement d'une conclusion limitée à une autre plus vaste. "Si telle cause produit tels effets, à plus forte raison, une cause plus puissante (et du même ordre) peut-elle produire ces effets; si une cause produit ces effets, à plus forte raison, cette même cause peut-elle produire de moindres effets (du même ordre)". (Dans ce dernier cas, l'argument est appelé a minori.) (structure rhétorique)

Développement : préciser les causes et les effets.
Réfutation : montrer que les causes (les effets) ne sont pas du même ordre ou mal hiérarchisées.

 

L'alternative (dilemme, tiers exclu)

Ou bien on croit à la peine de mort et, dans ce cas-là, on la conserve. Ou bien l'on n'y croit pas et, dans ce cas-là, il faut l'abolir. Le reste, ce sont des faux-fuyants et ce sont des accommodements pour ne pas déplaire à l'opinion publique. Ce sont des trucs. (Badinter R.)

Limitation des options possibles à deux en vue d'imposer une des deux voies. (structure rhétorique)

Développement : préciser chacune des branches de l'alternative. Faire apparaître les avantages de l'une et, en regard, les dangers de l'autre.
Réfutation : prouver qu'une troisième voie existe et qu'elle est préférable.

 L'analogie

Il faut équiper tous les avions de radar, puisque le radar est à l'avion ce que l'œil est au chasseur.

Établissement d'une similitude de rapports entre deux couples de termes (A est à B comme C est à D). "Si vous admettez que C est à D, vous admettez que A est à B puisque A est à B comme C est à D". A la différence de la comparaison, l'analogie envisage des faits qui n'appartiennent pas au même univers de discours. (structure quasi-logique)

La métaphore est une analogie raccourcie.

Développement : partir de choses connues pour argumenter sur du moins connu; établir explicitement ou implicitement des points communs.
Réfutation : dissocier les deux couples de termes; montrer qu'il s'agit de situations différentes.

L'autorité

  • Le personnage qui, revêtu d'une blouse blanche, nous affirme que telle pâte dentifrice est la solution définitive à tous nos problèmes dentaires, se pose en autorité scientifique afin de donner plus de poids au message publicitaire.
  • C'est certain, je l'ai lu dans le journal.

Renforcement d'une proposition en la faisant bénéficier d'un prestige extérieur. Cet argument vise à rendre légitime la proposition en faisant appel à une personne, une institution, un certain langage considérés comme dignes de foi. (structure rhétorique)

Développement : citer l'autorité; établir son "autorité"; préciser où et quand elle s'est exprimée sur ce sujet.
Réfutation : contester l' "autorité"; les propos qui lui sont attribués; citer d'autres sources tenant des propos contradictoires.

 

La bonne foi

Dans ce soutien global que nous leur avons apporté, et dans l'ignorance où nous étions de ce qui fut révélé par la suite, nous avons été conduits, c'est vrai, à soutenir des actes, des pratiques qui se sont révélés par la suite erronés, iniques, profondément injustes, contraires à l'idéal du socialisme. Nous l'avons fait en toute bonne foi. Dès que nous l'avons su, nous nous sommes empressés de dénoncer catégoriquement cette perversion de l'idéal socialiste.
KANAPA J., cité par DUMORTIER J.-L.

Justification d'un comportement condamnable par l'intention droite de celui qui l'a adopté. "Telle conduite méritant condamnation est excusable parce qu'adoptée en toute bonne foi". (structure rhétorique)

Développement : établir cette bonne foi et montrer que l'erreur a été corrigée.
Réfutation : mettre en doute la bonne foi, invoquer l'argument de justice.

 

Le bon sens

Il s'agit de son propre enfant, (il est évident qu') elle fera tout pour le protéger.

Soustraction d'une affirmation à la critique en l'appuyant sur une manière de juger, d'agir commune à tous les hommes. (variante de l'argument d'autorité) (structure rhétorique)

Développement : accentuer l'évidence.
Réfutation : montrer que les évidences sont quelquefois des erreurs.

 

La comparaison

Vous vivez la vie d'aujourd'hui, mais vous continuez à manger comme dans le temps. (publicité pour une margarine de régime)

Établissement de relations entre des faits appartenant à un même univers de discours, mais différant dans le temps et l'espace. (structure quasi-logique)

Développement : partir d'un premier terme dont la valeur est reconnue; accentuer l'équivalence entre les deux termes.
Réfutation : montrer que l'un peut aller sans l'autre; qu'il s'agit de choses très différentes ("comparaison n'est pas raison ! "); citer un exemple de comparaison absurde.

 

La définition

Bougez, courez, sautez, jouez, roulez ! ... et n'oubliez pas : le mouvement c'est la vie. (Roba)

Explication d'un terme de façon détaillée en privilégiant certains éléments. Toute définition est une interprétation, une simplification, celle que l'on propose doit évidemment orienter dans le sens de la thèse que l'on soutient. (structure quasi-logique)

Développement : développer les parties de la définition qui confirment la conclusion.
Réfutation : montrer que toute définition implique des choix; redéfinir complètement le terme; dévoiler d'autres éléments de la définition.

 L'extrême

Il faut limiter le nombre d'étudiants sans quoi notre société sera exclusivement constituée d'intellectuels et nous manquerons de travailleurs manuels qualifiés.

Cet argument consiste à pousser à bout la position de l'autre pour en manifester les conséquences insupportables, inconcevables pour l'esprit. (structure rhétorique)

Développement : pousser jusqu'à l'excès les conséquences d'une opinion pour en montrer le risque; énumérer les conséquences.
Réfutation : minimiser les conséquences de la décision.

 

La faute commune

Il y en a tant d'autres comme moi, qui se mêlent de ce métier, et qui se servent du même masque pour abuser le monde ! [...] Il n'y a plus de honte maintenant à cela : l'hypocrisie est un vice à la mode, et tous les vices à la mode passent pour vertus.
MOLIERE, Dom Juan.

Généralisation d'une faute pour en ôter le caractère répréhensible. "Une faute commise par tous n'en est pas une".

Développement : citer l'exemple des autres coupables.
Réfutation : prouver que l'acte en question est pire; que les autres n'en sont pas moins coupables; que tous ne commettent pas la faute en question.

Le gaspillage

Nous aurions crevé pendant deux mois, j'aurais vendu mon ménage, mes petits en seraient tombés malades, et il n'y aurait rien de fait, et l'injustice recommencerait !
ZOLA E., Germinal.

Justification d'une décision par l'importance des efforts déjà réalisés. "Il faut poursuivre l'action entreprise pour ne pas ruiner les efforts déjà consentis." (structure rhétorique)

Développement : citer les efforts consentis.
Réfutation : minimiser l'effort, prouver qu'il est peu de chose en comparaison de ceux qui seront à accomplir si on poursuit; prouver que les sacrifices ne seront pas inutiles même si on renonce au projet.

 L'hypothèse

Imaginez que Jacky cesse de faire de la mousse au chocolat. (publicité)

Énoncé des conséquences d'un fait possible qui les fait apparaître comme appâts ou comme menaces. (structure rhétorique)

Développement : énumérer les conséquences; montrer leurs effets positifs (ou négatifs).
Réfutation : minimiser ces conséquences; manifester leurs effets négatifs (ou positifs); annoncer d'autres conséquences inverses.

 L'inclusion

Pour le bien du pays, il est nécessaire d'accroître les recettes fiscales. Chacun doit donc consentir à une augmentation des impôts.

Application aux parties de ce qui convient à un tout. (structure quasi-logique)

Développement : englober les parties dans un tout; montrer les points communs.
Réfutation : dissocier les parties; mettre l'accent sur les particularités pour justifier un traitement distinct. (Argument parfois appelé de partition.)

 

L'incompatibilité

On ne peut comprendre la Chine si on n'est pas Chinois.

Exclusion d'un fait présenté comme inconciliable avec un autre dont la réalité est établie. "Si telle chose(A) a eu lieu, telle autre (B) ne peut avoir eu lieu". (structure rhétorique)

Développement : citer les choses, insister sur leur incompatibilité.
Réfutation : prouver que (A) n'a pas eu lieu; prouver que ces choses présentées comme incompatibles sont en réalité compatibles.

 

Les inséparables

Le recel, inséparable du vol, ne doit-il pas être puni de la même façon ?

Assimilation de deux faits dont l'un ne peut être dissocié de l'autre. "Telle chose (A), inséparable de telle autre (B), a la même valeur". (structure rhétorique)

Développement : citer les inséparables, préciser la valeur de B; invoquer l'argument de justice.
Réfutation : prouver que les choses ne sont pas inséparables, que B n'a pas la valeur qu'on croit.

 La justice ou argument a pari

Si les ouvriers du bois ont droit à un dollar de plus à l'heure; les ouvriers de la métallurgie ont aussi droit à un dollar de plus à l'heure.

Refus de la partialité; ce qui relève d'une même catégorie de faits doit être traité de la même façon. (structure quasi-logique)

Développement : citer deux cas semblables, préciser la façon dont on a traité le premier.
Réfutation : prouver que les cas sont différents, que, malgré les apparences, les traitements envisagés ne sont pas différents.

 

Le modèle

De l'autre côté, dans le camp de la dictature, les leçons de Goebbels (ministre nazi de la propagande), un Goebbels exploitant habilement le fanatisme, n'ont pas été perdues pour tout le monde.

Attribution à une action de la valeur attribuée à un personnage qui l'a accomplie. "Il faut faire ceci parce que tel personnage dont la valeur est reconnue l'a fait; ne pas le faire parce qu'un personnage détestable l'a fait". (variante de l'argument d'autorité) (structure rhétorique)

Développement : nommer le personnage (éventuellement un être collectif, un groupe) et rappeler ses qualités (ou ses défauts).
Réfutation : dévaloriser (ou valoriser) le modèle; montrer les conséquences funestes (ou heureuses) de son geste.

 

Le motif

L'utilisation de la bombe meurtrière d'Hiroshima fut ainsi justifiée par le gouvernement des États-Unis par son souci d'éviter des pertes humaines plus importantes encore. ( FREEDMAN L.,1985)

Évaluation d'un acte sur base des motivations de celui qui l'a posé. (structure rhétorique)

Développement : préciser les motifs.
Réfutation : prouver que les motivations réelles sont différentes.

 

La narration

Hier soir, je refuse à Nicolas de regarder Zorriak, Robot galactique. Je trouve ce dessin animé trop violent. Aujourd'hui, dans la cour de l'école, je le vois donner des coups de pieds à ses copains avec un plaisir évident. "Que fais-tu, Nicolas ? - C'est gai, on joue à Zorriak." (Même l'enfant qui ne regarde pas la télévision subit l'emprise de la violence qu'elle diffuse.)

Récit de faits précis dont on tire incidemment des lois générales. Parfois les faits parlent d'eux-mêmes et on laisse à l'auditoire le soin de conclure (variante de l'induction). (structure quasi-logique)

Développement : apporter beaucoup de précision à la narration afin d'en accentuer le réalisme.
Réfutation : montrer que ce qui s'est produit une fois est accidentel, qu'il n'y a pas lieu d'en inférer une loi générale; montrer qu'une anecdote semblable peut défendre une thèse inverse ou absurde; mettre en cause l'authenticité des faits.

  

L'opportunité

"Renouvellement du stock. Profitez de nos conditions spéciales Printemps."

Argument qui invite à profiter des circonstances favorables ou à tenir compte des circonstances défavorables. (structure rhétorique)

Développement : Citer les circonstances qui favorisent ou défavorisent l'action.
Réfutation : Prouver que les circonstances citées ne sont pas en nombre suffisant ou qu'elles sont mal évaluées.

 

Le paradoxe

Vous condamnez la télévision qui diffuse des images violentes. Vous êtes merveilleux (ironie), après cela vous supprimerez sans doute le cinéma, la bande dessinée, les stades de football et les cours de récréation. Ainsi vous aurez fait disparaître toute violence !

Proche de l'ironie, c'est une démarche qui inverse les valeurs, le mal est retourné en bien, le sage en imbécile, les victimes en responsables, par exemple. (structure rhétorique)

Développement : gonfler les effets pour amener le destinataire à remettre de lui-même les choses en place.
Réfutation : démasquer l'ironie; si nécessaire, replacer le débat dans un registre grave, sérieux; manifester le décalage entre l'humour et le sérieux que la situation exige.

 

Le précédent

Je ne peux vous dispenser de ce travail, sinon, vous me demanderez chaque semaine la même chose et je devrai vous dispenser de tout.

Argument qui invite à refuser une décision non parce qu'elle est mauvaise mais parce que son inévitable répétition aurait des conséquences fâcheuses. Une variante de cet argument montre qu'on s'engage dans un engrenage fatal. (structure rhétorique)

Développement : supposer la répétition de cas semblables et montrer à quelles extrémités cela conduirait.
Réfutation : prouver que ces suppositions ont peu de chances de se réaliser, que les cas supposés sont différents, qu'il s'agit de circonstances tout à fait particulières qui ne pourront se reproduire.

 Le premier responsable

Pour lutter efficacement contre les ravages de la drogue, il faut assister les toxicomanes, s'opposer au trafic mais surtout offrir une alternative satisfaisante aux paysans producteurs dont l'existence dépend de la seule culture de la coca.

Report de la faute sur un coupable antérieur. "Le vrai responsable est le premier responsable". (structure rhétorique)

Développement : remonter la chaîne des responsabilités jusqu'à découvrir le premier responsable.
Réfutation : invoquer l'argument par l'absurde : "mais alors la responsabilité est déplaçable à l'infini et nul n'est plus responsable de rien ! "; prouver que le responsable invoqué l'est à tort : son action ayant cessé, la situation a perduré.

 

La probabilité

C'est l'éternel souci de celui qui lit : les classer, les ranger. A la Maison des Bibliothèques vous trouverez la solution. (publicité)

Projection vers le futur d'un événement certain ou probable pour justifier une prise de position présente. (structure quasi-logique)

Développement : accentuer la vraisemblance de l'événement; montrer que cela résoudra le problème actuel.
Réfutation : mettre en doute la validité de l'hypothèse; développer ses aspects aléatoires; mettre en lumière les conséquences fâcheuses d'une telle décision.

 

La propagation

En 1979, 177 000 buildings ont été délibérément incendiés, contre 100 000 en 1978. A New-York, le nombre d'incendies a doublé; à Chicago, il a triplé en l'espace d'un an. [...] Le gouvernement n'estime pas devoir intervenir. (WIZNITZER L., cité par COLSON J., 89)

Cet argument met en garde contre la prolifération de choses désagréables. "Il faut enrayer immédiatement un phénomène qui risque de s'étendre avec des effets funestes". (structure rhétorique)

Développement : montrer que le phénomène risque de s'étendre, montrer les effets funestes.
Réfutation : montrer que le phénomène ne s'étendra pas, que ses effets sont faibles.

 

La qualité

Vivez mieux avec Friand 10, le vrai yaourt au bifidus actif.

Préférence accordée à quelque chose pour des raisons qualitatives. (structure rhétorique)

Développement : préciser les choses et la différence qualitative.
Réfutation : invoquer l'argument de la quantité, contester la qualité attribuée.

 

La quantité

Quatre-vingt pour cent des jeunes ont choisi les jeans, faites comme eux.

Préférence accordée à quelque chose pour des raisons quantitatives. (structure rhétorique)

Développement : préciser les choses et la différence quantitative.
Réfutation : invoquer la valeur individuelle de chaque chose, son caractère irremplaçable, singulier aux yeux de telle ou telle personne (argument de la qualité).

 

La réciprocité

Condamner le meurtre, c'est s'interdire soi-même de tuer le criminel.

Raisonnement qui, posant une relation entre A et B, postule une relation symétrique entre B et A. L'argument joue sur la réciprocité des droits et des devoirs. (structure quasi-logique)

Développement : établir des points communs entre A et B; montrer la complémentarité.
Réfutation : montrer qu'il s'agit de situations différentes, sans rapport entre elles.

 

Le sacrifice

J'y ai tant travaillé que j'en suis malade. Mon devoir sera bien coté.

Estimation d'une chose en fonction des efforts qu'elle a coûté. "La valeur que l'on accorde à un bien est proportionnelle aux sacrifices que l'on consent pour acquérir ou conserver ce bien". (structure rhétorique)

Développement : détailler les sacrifices consentis.
Réfutation : minimiser le sacrifice; montrer que ce n'en est pas un; que la valeur ne se mesure pas au sacrifice consenti.

 

Le seul recours (force majeure)

Entre Israël et les Palestiniens existe un état de guerre. Dans cette guerre, la seule arme dont disposent les Palestiniens est le terrorisme. C'est une arme terrible mais les opprimés pauvres n'en ont pas d'autre.
(SARTRE J.-P., La cause du peuple - J'accuse, 15-10-1972.)

Argument qui absout d'une faute quelqu'un qui n'a pu éviter de la commettre. "On ne peut blâmer quelqu'un qui utilise les seuls moyens dont il dispose pour faire face à la situation". (structure rhétorique)

Développement : montrer que le moyen utilisé est (était) le seul possible.
Réfutation : prouver qu'il existe (-ait) d'autres recours possibles; ou que la situation, réévaluée, ne justifie pas un tel recours.

 

L'urgence

Plus que deux jours pour souscrire à notre contrat Spéciale Habitation.

Appel à une décision immédiate, tout délai entraînant des conséquences fâcheuses. (structure rhétorique)

Développement : citer les désagréments.
Réfutation : prouver que les risques sont nuls ou moindres que ceux liés à l'action; prouver que la situation peut perdurer puisqu'elle a bien duré jusque maintenant.

 Les valeurs

"Mon royaume pour un cheval ! " La citation célèbre de Shakespeare, vous aussi, comme Richard III, vous la prononcerez quand vous aurez découvert le prestigieux champagne Jacquart dont l'emblème est le cheval de "La Renommée" (d'après la statue de Coysevox qui décore la grande porte du jardin des Tuileries place de la Concorde à Paris).(publicité)

Juxtaposition d'une opinion à une série d'énoncés de valeurs reconnues censées valoriser cette opinion par contamination. (structure rhétorique)

Développement : présenter la proposition dans une série de valeurs acceptées.
Réfutation : distinguer, trier les valeurs; montrer que la proposition échappe à la série.