fable :

  1. petit récit en prose ou en vers destiné à illustrer un précepte (fables de La Fontaine). Pour en savoir plus: Cosmovisions
  2. ce qui constitue l'élément narratif d'une oeuvre (par exemple, par opposition à la mise en scène au théâtre).
 

face :

prestige, honneur, aspect positif que chaque partenaire d'une conversation souhaite voir respecter.

Pour en savoir davantage

  

factuel :

Qui repose sur des faits réels. ANT. fictionnel.

fait :

Toutes les informations ne sont pas du même type. Pour la facilité, on parle de faits et d'opinions.

Un énoncé sur la vérité duquel il y a consensus, dont les interlocuteurs admettent la réalité est appelé FAIT. Ce qui est arrivé, ce qui a eu lieu, dont la réalité est indiscutable. Un fait se constate, s'impose à l'observateur. Pourtant, certains "faits" qu'on croyait établis se révèlent parfois des erreurs.

Pour en savoir davantage

feed-back (anglicisme) ou rétroaction :

réaction du récepteur en retour au message qui vient de lui être adressé.

fiction :

création de l'imagination.

ANT. réalité.

fictionnel :

qui est inventé. ANT. factuel  

sens figuré:

signification qui comporte le transfert sémantique d'une image concrète à des relations abstraites.

ANT.: sens propre

Pour en savoir davantage

figure : V. figures de style.

métaphore filée :

suite de métaphores qui appartiennent à un même champ.

v

flash-back (anglicisme) ou rétrospection,
déchronologie
(Dupriez), analepse (Genette)
Au Québec on dit "
rétrospective"

dans le déroulement de la narration d'un récit , on revient en arrière.

ANT. anticipation

focalisation

façon de décrire des événements ou des objets.
On distingue communément trois points de vue narratifs :
  • la focalisation externe : les faits sont rapportés par un observateur extérieur qui ne connaît rien de la pensée des personnages, ni de leur passé;
  • la focalisation interne : la vision des événements est celle d'un personnage qui participe ou non à l'action;
  • la focalisation zéro : il n'est pas possible de préciser d'où la réalité décrite est perçue; le narrateur voit tout et sait tout ("narrateur omniscient") de l'action et de la pensée des personnages.

    Pour en savoir davantage.

fonction :

  1. ensemble des propriétés d'une unité linguistique par rapport à l'ensemble du texte (sujet, complément du verbe ...) ;
  2. son rôle dans l'énoncé.

fonctions de la communication :

selon l'élément de la communication qu'il privilégie, le discours remplit, d'après Jakobson, une fonction :

fonctions de la description :

dans un texte, la description remplit trois fonctions:
  • visualisatrice , quand elle présente aux yeux, à l'imagination, à la sensibilité, quand elle fait vrai et contribue à re-créer un décor;
  • dilatoire quand elle retarde le récit, provoque une attente, un suspens;
  • dramatique, quand elle instaure une transition entre deux éléments, permet au lecteur de prévoir la suite du récit ou introduit des informations directement ou indirectement par le style, l'écriture.

Pour en savoir plus.

argument fondé :

pourvu d'une base solide, établi, sûr, vérifiable.

frontispice :

dans un livre imprimé, un frontispice est une planche illustrée placée avant la page de titre ou une gravure placée face au titre
(PR 2010) .

Un exemple ?

généralisation :

opération intellectuelle par laquelle on étend à l'ensemble d'une classe ou à une autre classe, les propriétés et caractères observés sur un nombre limité de cas ou d'individus.

On appelle généralisation hâtive celle qui est insuffisamment motivée, mal établie.

C'est aussi une figure de style.

genre :

  1. catégorie d'oeuvre définie par la tradition (à distinguer de type) V. typologie;
  2. genre masculin ou g. féminin : catégories grammaticales.

gradation : V. figures de style.

gros plan : V. langage de l'image  ou figures de style.

guideligne :

feuille de papier sur laquelle sont tracées des lignes très contrastées correspondant à la structure habituelle de la lettre. Le guideligne se glisse sous le papier à lettres non ligné et permet à celui qui écrit d'aligner ses phrases par transparence.
Le Petit Robert propose le terme de guide-âne...

(Sur le site Incompetech vous pouvez configuer votre propre guide-lignes en format pdf !)

hagiographie :

rédaction d'une vie de saint; biographie extrêmement élogieuse

haïku :

poème d'origine japonaise composé de 17 syllabes : 5 syllabes dans le premier vers, 7 syllabes dans le 2e vers et 5 syllabes dans le troisième vers.
           Pour plus de détails.

harmonie imitative : V. figures de style.

hémistiche :

milieu d'un vers. On utilise surtout ce terme dans l'expression césure à l'hémistiche.

hendiadyin ou hendiadis (n.m.) : V. figures de style.

héros :

personnage principal d'une oeuvre.

V. protagoniste.

hiatus :

rencontre de deux sons vocaliques soit à l'intérieur d'un mot, soit entre deux mots prononcés sans pause.

V. Figures de style

histoire :

l'un des deux constituants de base du récit (l'autre est la narration).

Tout récit met en jeu au moins un personnage, aux prises avec une intrigue dans un décor particulier et dans un cadre temporel. Ce sont les quatre composantes fondamentales : l'histoire ou la fable.

Pour en savoir davantage.

historique: V. énonciation.

homéotéleute : V. Figures de style

paragraphe homogène :

paragraphe qui ne développe qu'une seule idée.

V. paragraphe progressif

homographe :

se dit des mots qui ont même orthographe.

V. homonymie, homophone

homonyme :

se dit des mots qui se prononcent de manière semblable.

V. Figures de style

homophone :

signes, syllabes ou mots qui se prononcent de la même façon.

V. homonymie

hors-champ : V.champ.

 

humeur : V.billet.

 

 

hypallage : V.figures de style.

hyperbate : V. figures de style.

hyperbole : V. figures de style.

hyperonyme:

mot dont le sens inclut celui de plusieurs autres appelés hyponymes.

l'hyperonyme "véhicule" inclut les hyponymes camion, automobile, cabriolet, carrosse...

hypertexte :

texte organisé de façon à être parcouru de façon interactive sur un support électronique. L'hypertexte se constitue par développement successif des informations en plusieurs niveaux selon un schéma qui porte le nom d'arborescence.

Pour en savoir davantage.

hypocorisme : V. figures de style.

 

hypotypose : V. figures de style.

 

iconique :

de l'image, qui s'exprime par l'image.

identification :

processus par lequel un individu imagine que ce qui arrive à un autre lui arrive à lui-même.

V. projection, catharsis.

idéologie :

"système de représentation du monde et de la société assurant aux groupes sociaux la cohésion. L'idéologie est plus opératoire que thématique. C'est plus à partir d'elle que sur elle que l'homme parle." (Fossion & Laurent,1981).

Certaines idéologies peuvent aussi mettre en cause cette cohésion.

En savoir davantage sur l'analyse de l'idéologie qui sous-tend un texte ?

illusion :

  1. apparence dépourvue de réalité. ANT. réalité;
  2. manière de présenter un récit en dissimulant qu'il s'agit d'une fiction.
  3. au théâtre, représentation censée faire percevoir l'univers scénique comme un univers réel, non "représenté".
    ANT. allusion, distanciation.

image :

  1. reproduction exacte ou représentation analogique d'un être, d'une chose.
  2. terme générique désignant les comparaisons et les métaphores.

imaginaire :

  1. (adj.) qui n'existe que dans l'imagination, qui n'est tel que dans sa propre imagination.
  2. (n.m.) produit, domaine de l'imagination.

implication :

fait de s'engager dans un processus.

implicite :

qui est virtuellement contenu dans une proposition sans être formellement exprimé, et peut en être tiré par déduction ou induction.

Il a cessé de fumer. (signifie implicitement qu'il fumait).

ANT. explicite.

Voir aussi : présupposé, sous-entendu

impressionnisme :

style des artistes qui veulent rendre par l'image, le langage ou les sons, les impressions fugitives, les nuances du sentiment.

ANT. expressionnisme.

 

fonction incitative : V. conative.

 

information :

élément ou système pouvant être transmis par un signal ou une combinaison de signaux; ce qui est transmis (objet de connaissance, de mémoire). (Petit Robert)

Une information se présente sous la forme thème + rhème.

 

 

inspiration :

souffle créateur qui anime les écrivains, les artistes, les chercheurs; l'inspiration est souvent opposée à la fabrication.

intention du texte:

c'est l'objectif dans lequel un texte est produit.

On parle couramment de textes pour informer (informatif), pour convaincre (persuasif ou argumenté), pour raconter (narratif), pour enjoindre (injonctif), pour expliquer (explicatif).

V. typologie.

interaction :

action réciproque (entre le locuteur et le récepteur, par exemple.)

interactif :

se dit d'un texte ou d'un hypertexte dans lequel le récepteur peut intervenir sur le développement. Par clics successifs de la "souris" sur des "liens" il découvre les parties du texte dans l'ordre qu'il choisit lui-même.

V. développement du texte.

interprétation:

  1. façon dont une oeuvre est jouée
  2. action de donner une signification (aux faits, aux actes ou aux paroles de qqn) (Petit Robert)

interprétant: V. antécédent.

intertextualité :

"Les livres parlent toujours d'autres livres et chaque histoire raconte une histoire déjà racontée."
(U. ECO, Apostille au Nom de la rose, Livre de Poche Biblio essais n°4068, Grasset, 1985)

phénomène qui met en rapport un texte avec un autre texte ou un extrait de celui-ci. L'émetteur dispose de plusieurs manières de traiter le texte-source. Il peut reprendre d'une manière littérale ou non, explicite ou non, un ou plusieurs fragments du texte source: la citation (emprunt littéral et explicite), le plagiat (littéral et non explicite), la référence (non littérale et explicite), l'allusion (non littérale et non explicite). Il peut imiter (pastiche) ou transformer (parodie, adaptation) le texte source. (Programme Fesec, 2e degré, 2002).

Quelques astuces pour introduire une citation dans un texte sur le site Magister de Philippe Lavergne..

Sur l' intertextualité dans les procédés littéraires.

 

interrogation oratoire : V. figures de style.

La question oratoire se limite à poser la question sans y répondre.
L'interrogation oratoire apporte immédiatement la réponse.

intertitre :

dans un texte de presse, titre très court destiné à aérer une présentation trop compacte et à relancer l'intérêt du lecteur. Il est souvent extrait du fragment qu'il précède.

V. titraille

  

interview (nom féminin):

genre journalistique consistant à faire parler une personne "experte" sur un problème ou une question dans le but de communiquer des informations à un public présent physiquement ou non.

intonation :

ton que l'on prend en parlant, place attribuée au ton ou accent de hauteur.

Pour en savoir davantage

intrigue :

ensemble des événements qui forment le nœud d'un récit.

V. logique narrative.

introduction :

  1. en général, paragraphe initial d'un texte.
  2. dans la dissertation, entrée en matière présentant le sujet et annonçant le plan. Pour en savoir davantage

inversion : V. figures de style.

ironie : V. figures de style.

isosyllabique :

dont les strophes sont composées de vers de même mesure.

 

 

jaquette :

couverture amovible en papier protégeant la couverture d'un livre. (PR)
Par analogie, illustration figurant sur un support digital :cd, dvd.
Le terme pochette convient mieux à l'enveloppe protégeant les disques vinyles.

jardin : V. cour

juxtaposition :

disposition d'un énoncé à côté d'un autre sans liaison.

V. parataxe.

kakemphaton :

Rencontre involontaire de sons d'où résulte un énoncé incongru, équivoque, ridicule ou déplaisant. (Le Garde-mots)

Je suis romaine hélas, puisque mon époux l'est [poulet].
(Corneille, Horace, première version).

lapalissade ou truisme :

énoncé qui tire sa vérité du sens des mots qu'il utilise

"C'est commettre une erreur que de confondre la réalité et l'apparence."

V. pléonasme

lecture

  1. action matérielle de lire, de déchiffrer ce qui est écrit.
  2. interprétation d'un texte selon un ou plusieurs parmi les codes qu'il implique (niveaux de lecture)
  3. action de lire à haute voix.

légende :

  1. récit populaire traditionnel, plus ou moins fabuleux;
  2. tout texte qui accompagne une image et lui donne un sens.  en savoir davantage
    V. ancrage.

lexique :

ensemble des mots d'une oeuvre, d'une science, d'une langue.

liaison :

  1. action de prononcer deux mots consécutifs en unissant la consonne finale du premier mot à la voyelle initiale du mot suivant.
    V. pataquès.
    Pour en savoir davantage : le site de Désiderio
  2. V. articulation.

licence (poétique):

Liberté que prend un écrivain avec les règles de la versification, de l'orthographe, de la syntaxe. (PR 2010)

Ne confondons pas : le terme licencieux qualifie une oeuvre qui abuse de la liberté qu'on laisse aux artistes, qui manque de pudeur, de décence. (PR 2010)

lien :

dans le texte sur support électronique, le lien est un mot qui lorsque on "double-clique" sur lui renvoie à un autre endroit du document ou à un autre document. Il est généralement souligné et présenté dans une couleur conventionnelle. Une image peut aussi faire office de lien interactif.
Un texte enrichi de liens constitue un hypertexte.

lieu commun : V. cliché.

linguistique :

  1. science qui a pour objet la langue (accéder à un survol de la linguistique);
  2. (adj.) propre à la langue.

lisibilité :

facilité plus ou moins grande d'être déchiffré.

Pour en savoir davantage.

litote :V. figures de style.

littératie :

aptitude à comprendre et à utiliser l'information écrite dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d'atteindre des buts personnels et d'étendre ses connaissances et ses capacités. (O.C.D.E.)

En savoir davantage

littérature :

les oeuvres écrites, dans la mesure où elles portent la marque de préoccupations esthétiques; les connaissances, les activités qui s'y rapportent. (Petit Robert)

locuteur :

personne qui parle, qui utilise effectivement le langage.

V. allocutaire.

logique :

  1. manière de raisonner juste.
  2. enchaînement cohérent de choses, d'événements, d'idées;
  3. logique narrative : structure nécessaire et invariante constituant la base du récit. Propp, Bremond, Larivaille et Greimas, entre autres, en ont proposé des modèles théoriques.
    V. Programme narratif et possibles narratifs.

lyrisme :

expression de sentiments intimes de manière à communiquer au destinataire l'émotion de l'émetteur.

 

manque :

terme proposé par Greimas pour désigner l'éventualité qui ouvre un récit. Il peut s'agir d'un objet, d'une action. La mission de combler le manque revient au héros.

V. programme narratif.

média : (n.m.)

Tout support de diffusion massive de l'information (presse, radio, télévision, cinéma, publicité, etc.).

On écrit : les médias, mais on rencontre aussi un medium, les media, les mass media.

mélioratif ou appréciatif : qui présente sous un jour favorable. ANT. péjoratif.

message:

élément matériel par lequel un ensemble d'informations, organisées selon un code, circule d'un émetteur à un récepteur. (Petit Robert)

V. communication

métacognition :

connaissance de sa manière personnelle de penser, de connaître.
Pour en
savoir davantage

 

métalangage :

langage utilisé pour parler d'une langue, pour la décrire. On dit aussi métadiscours ou métalangue.

métalinguistique (adj.) :

qui relève du métalangage.

métaphore :

transfert de sens par substitution analogique .

V. figures de style.

métaplasme :

procédés littéraires qui altèrent le mot par adjonction, suppression ou inversion de sons ou de lettres.

V. versification

métathèse :

métaplasme, déplacement de lettres ou de sons.

mètre:

type de vers déterminé par le nombre de syllabes et la coupe. (Petit Robert)

 

metteur en scène :

personne qui élabore et supervise le spectacle et assure ainsi son unité.

métonymie : V. figures de style.

mimésis :

imitation de la réalité dans une œuvre d'art.
mot utilisé au 13e siècle dans la poétique de Hazim écrite sous l'influence d'Aristote.

V. catharsis.

modalisation :

"action de l'ensemble des indices linguistiques qui, dans un discours, manifestent le type d'adhésion que le locuteur donne à ce dont il parle." (Fossion & Laurent, 1981).

modaliser c'est atténuer ou renforcer le propos par différents procédés linguistiques. Par exemple, la formulation de l'hypothèse, du probable, de l'achèvement ou non (valeur des modes et des temps); l'interrogation, l'inversion (variations syntaxiques). Programme Fesec, TQ, 2002.

V. tension, distance, transparence

et aussi  modalisation de l'énoncé informatif

mode verbal :

catégorie des formes verbales permettant d'exprimer l'attitude du sujet parlant vis-à-vis du processus exprimé par le verbe : indicatif, subjonctif, conditionnel, participe, infinitif.

monologue : (n.m.)

  1. propos qu'un personnage, seul sur la scène, se tient à lui-même révélant ainsi au spectateur ses sentiments.
  2. scène constituée par ce type de tirade.

montage :

  1. choix et assemblage des plans d'un film, d'éléments sonores, verbaux ou iconiques, dans certaines conditions d'ordre et de temps.
  2. montage parallèle : développement de plusieurs séquences narratives côte à côte.

morphème :

marque grammaticale qui permet aux mots de fonctionner au sein d'une phrase.

mot-outil : V. mot-outils

mot-valise : V.figures de style.

quatrième mur :

Dans le théâtre naturaliste : mur imaginaire séparant la scène de la salle.
Pour en savoir davantage: Le quatrième mur par Axel RENEVEY (avec le travail de Tom Calcoen)

mythe :

récit des temps fabuleux ou héroïques; tradition qui, sous la figure de l'allégorie, laisse voir un grand fait naturel, historique ou philosophique.
Aller à la page consacrée aux mythes.