Spécial Saint-Feuillen

 

Mise à jour : 24/09/2005

 

 

 

LES CHASSEURS DE LA GARDE

Les derniers venus

A cheval, ils ouvrent la marche

Les chasseurs à cheval formaient la garde rapprochée de Napoléon.

Ils ne sont apparus que tardivement à la septennale.

Cette magnifique formation fut reconnue à part entière le jeudi 17 novembre 1977, lors de l'assemblée générale « État-major de la marche Saint-Feuillen ». En intégrant dans ses rangs cette nouvelle compagnie, la marche Saint-Feuillen accentue son empreinte napoléonienne. Les chasseurs à cheval de la garde rappellent l'une des plus célèbres unités du Premier empire et viennent considérablement renforcer la cavalerie de la marche.

À Fosses, les origines de la compagnie des chasseurs de la garde sont liées au manège de Froidmont. Depuis 1998, le flambeau a été repris par Jacques Denys, président et major de la compagnie, tandis qu'Albert Jeanmart en est le colonel. La compagnie compte aujourd'hui une forte délégation de Stavois. Une quinzaine de cavaliers défileront dimanche : « ce sont soit des propriétaires de chevaux qui montent occasionnellement en marche ou des marcheurs qui ont déjà appris à monter à cheval. 450 kg de muscles, ce n'est pas rien », fait observer Jacques Denys. Les chevaux sont sélectionnés en fonction de leur caractère placide. Ils sont habitués aux marches. Il n'empêche : les cavaliers insistent pour que le public reste à distance respectable. Une réaction imprévisible n'est jamais à exclure.

Les chasseurs de la garde sont arrivés tardivement sur la scène Fossoise. Leur première prestation remonte à 1977.

L'UNIFORME

Les Chasseurs à cheval sont faciles à reconnaître. Ils portent un kolback (bonnet à poil), un dolman (veste) vert, ainsi qu'une pelisse rouge sur l'épaule.Leurs bottes à la hussarde accentuent leur côté martial, tandis que ceinturon, sabretache et 1 sabre augmentent encore leur prestige.Un officier porte le drapeau qui doit être le seul guidon de cavalerie » de l'Entre-Sambre et Meuse.

L'uniforme de Chasseur est un des plus somptueux.

B.M.

 

 

LES GRENADIERS

Représentants du Premier Empire

Les soldats de Napoléon 1er

Derrière les chasseurs à cheval, ils sont les soldats de Napoléon

1er, ses gardes les plus proches et les grands rivaux » des Zouaves.

C’est une grande joie pour nous : Napoléon sera présent cette année encore à notre tête. » Lieutenant chez les Grenadiers, Philippe Moreau illustre bien là le sentiment de fierté d'appartenance à la garde de Bonaparte qui anime les soldats de la 14e Brigade. Pour eux, le grand homme qu'on surnommait le Petit Caporal est resté le symbole de l'honneur militaire par excellence. On dit même que le souvenir de l'épopée napoléonienne n'est nulle part, même en France, plus vivace que chez les Grenadiers de Fosses.

Au sein du second peloton, on sent aussi ce lien qui transcende largement la franche camaraderie militaire :

« C'est un peloton d'amis, insiste Alain Drèze, major, qui a repris le poste d'officier de son papa, décédé cette année tout comme l'ancien président de la compagnie, Claude François. Des anciens dont on se souviendra ce dimanche avec tendresse et émotion durant la procession.

Humour et provocation amicale sont aussi les maîtres mots des Grenadiers : « Quand je passe à côté des Zouaves, je dis toujours qu'il en faut deux pour faire un Grenadier, commente dans un sourire Philippe Moreau, en réponse au dessin bien connu des Zouaves où l'on voit l'un d'entre eux terrassant un Grenadier vaincu.

Fraternité, amitié et bonne ambiance, l'autre devise du second peloton des Grenadiers.

 

L'UNIFORME

Le bonnet à poils, haut de 35 cm, est certainement la pièce la plus remarquable de l'uniforme des Grenadiers. II est orné, sur le devant, d'une plaque de cuivre représentant l'aigle napoléonien, qui se retrouve aussi sur la giberne de cuir noir. Celle-ci est aussi décorée d'une petite grenade. Elle garnit également les deux retroussis écarlates de l'habit en tissu gros bleu aux épaulettes rouges.

Mousquet et sabre briquet : les armes du Grenadier.

S.Si