Spécial Saint-Feuillen

 

Mise à jour : 24/09/2005

 

 

 

LA VILLE

Fosses-la-Belle

Flâner rue des Zolos ou des Egalots

De l'abbaye de Feuillen est issue une collégiale. Puis toute une ville. Riche en histoire, en patrimoine, et qui mérite la visite.

Le monastère construit par Feuillen était peu de chose. Mais dès sa mort tragique et le retour de ses reliques, les pèlerins ont commencé à affluer. Vers l'an 1000, avec le soutien de l'évêque de Liège, le chapitre de chanoines qui a remplacé les moines fait construire une église de grande dimension. Les miracles sont nombreux et la renommée de Fosses s'étend. En 1090, l'édifice est entièrement reconstruit, en style roman, avec la puissante tour-porche que l'on admire encore aujourd'hui. Particularité : une crypte extérieure. Elle permet aux pèlerins de défiler en sens giratoire, sous l'autel où étaient exposées les reliques du saint protecteur, et cela en bon ordre...

La collégiale et les maisons des chanoines qui l'entourent forment la partie religieuse de la cité. Rapidement, une bourgade civile va s'y adjoindre, en contrebas. Qui se développera tout au long du Moyen-âge, permettant à Fosses de devenir un centre commercial important de la principauté de Liège, et à ses bourgeois de négocier des chartes, embryon de démocratie communale.

Les 17e et 18e siècles seront plus douloureux pour Fosses. Epidémies et va-et-vient incessant de troupes guerrières amènent son déclin. Quant à la révolution industrielle, elle transformera la Basse-Sambre toute proche mais délaissera le plateau. Laissant à la petite ville un aspect de chef-lieu de canton agricole tranquille, avec ses ruelles au tracé venu tout droit du Moyen-Âge, ses belles maisons de maître, son folklore rutilant.

Et, aujourd'hui, même si elle n'est pas riche et souvent trop peu animée, Fosses mérite le détour. Pour voir vieilles chapelles (Saint-Roch, Sainte-Brigide) ses façades et enseignes (la Tête d'or, où fit ripaille le prince de Condé), ses vestiges d'une prospérité passée comme le château Winson, ancien hôpital Saint-Nicolas. Ou s'amuser de ses noms de rues si sympas : rues des Zolos, du Ministre, d'une Personne, du Benoît, du Postil ou des Egalots...

J.-F.P.

Le chef d'oeuvre du patrimoine Fossois, c'est sa collégiale Saint-Feuillen. Qui a conservé sa structure romane, enrichie d'une décoration et d'un mobilier baroques.

Fosses-la-Ville, c'est un réseau de ruelles, d'impasses, de vieilles portes pleines de charme.