Spécial Saint-Feuillen

 

Mise à jour : 24/09/2005

 

 

 

LA MUSIQUE

Un, deux, trois,

Au rythme de la grosse

Paule Piedfort est saxophoniste mais aussi cantinière au sein de la Musique des Volontaires.

Les musiciens sont de tous les cortèges napoléoniens. Une marche sans flonflons, c'est comme un gâteau sans crème fraîche et sans cerise. Les jours de sortie, les musiciens, en alternance avec la clique de tambours, font résonner les rues de leurs marches joyeuses. Ils passent avec majesté, les yeux rivés sur leur partition accrochée à la lire.

Ce sont eux aussi qui solennisent, avec intensité, les nombreux hommages devant les monuments aux morts, aux héros de la patrie. C'est la Musique qui joue les hymnes et qui soutient puissamment les célébrations religieuses. Ce samedi, à Fosses, lors de la messe des pèlerins, la Musique des volontaires interprétera de très nombreuses marches de l'Entre-Sambre et Meuse, ce qui changera de l'orgue.

Dimanche dernier encore, lors de la Bénédiction des armes, elle a interprété la marche consulaire de Marengo, aux sons de laquelle les compagnies sont entrées dans la collégiale.

« Napoléon avait toujours sa musique » explique Paule Piedfort, dont le papa, Jean, a présidé la Musique des volontaires de 1991 à 1998. Ses deux fils, eux, jouent de la clarinette.

Si Paule ne jouera pas de son instrument dimanche, samedi soir cependant, elle aura la consolation, la messe étant avancée, de faire chanter son saxophone.

P.W.

La Madelon, à l'aube

• On ne peut pas être à la fois cantinière et saxophoniste. Le jour de la Saint-Feuillen, Paule Piedfort délaisse son saxophone pour un tonneau de fine goutte, d'une contenance de 5 litres. II pèse donc bien plus lourd que son instrument. Elle a soumissionné pour tenir ce rôle essentiel au moral de la musique. Ce dimanche, ce sera sa 4e Saint-Feuillen.

• Le titre de cantinière lui vaut de recevoir la visite, à son domicile de la rue des Forges, vers les 5 heures du matin, du chef de la musique Claude Barthélemy. Ce dernier, les 70 ans bien sonnés, est allé sonner le réveil avec un assistant, à la trompette, aux grands carrefours de la localité et devant le domicile des officiers de Fosses centre. Chez la cantinière, pas de sonnerie de trompette mais un chant bien connu, que l'on entend lors des pauses, « La Madelon, vient nous servir à boire... ». Le signal est clair : « Cela veut dire qu'il faut se lever. Je prépare ensuite le déjeuner pour tous les musiciens » dit-elle, un copieux breakfast anglais constitué d'oeufs, de lards, de pain et déjà arrosé de petites gouttes.

Les officiers sont les payeurs

• Claude Barthélemy est fier de sa musique, qui compte 56 musiciens, 20 officiers et 9 enfants petits officiers. Au total, 85 personnes. Les musiciens ne sont pas payés, la compagnie, en revanche, prend à sa charge les frais de location des uniformes et de restauration. La caisse de la Musique est alimentée par les cotisations des officiers et par les bénéfices d'un repas annuel.

• La majorité des musiciens, aujourd'hui comme hier, sont issus de la société philharmonique de Fosses car, si les musiciens ne devaient jouer que tous les sept ans, ils perdraient vite la main. II est par ailleurs de plus en plus difficile, à l'heure actuelle, de recruter des musiciens, l'apprentissage d'un instrument impliquant des efforts, du temps et du talent.

• La Musique peut compter sur des cuivres et des bois. « C'est rare ajoute le chef de musique, nous avons même un saxophone sopranino ».

• Aux arrêts, changement de style, la musique prend un air de comique troupier. « Ce sont des chansons populaires, comme au temps de Napoléon. Seuls les airs ont changé » explique Paule Piedfort. Dans ce répertoire très étoffé, on peut entendre Ma grosse caisse (très coquin), Rose du Tyrol, Étoile des Neiges, The Muppet show, Frou-Frou et beaucoup d'autres chansons à boire.

 

Cet ancien cliche date de 1949. Au 1er rang, on reconnaît Émile Lainé, Jean Piefort et Jules Pierrard. Au second, Maurice Honnay, René Massinon et Jules Gosset.

La petite caisse rythme le pas entre les marches.

La Musique des volontaires, officiers en tête, ne sort que tous les sept ans. La majorité des musiciens sont issus de la Royale philharmonique de Fosses. Elle existerait depuis 120 ans.