Spécial Saint-Feuillen

 

Mise à jour : 24/09/2005

 

 

 

ORGANISATION

Le Cortège

Aux ordres de I'adjudant-major

Plus de 2 000 marcheurs sur un parcours de 12 Kms, cela demande discipline, organisation et logistique.

Dés 8 h du matin, les compagnies sont en place dans les rues de Fosses, chacune à son poste, comme disposées par un fin stratège avant une grande bataille.

En maître de cérémonie, on retrouve l'adjudant-major général de la marche. Hugues Drèze remplira cette fonction pour la première fois : « Celui qui avait cette charge en 1998 est décédé, explique-t-il, et tous les regards se sont tournés vers moi. Ça ne me gêne pas, mais j'ai été un peu désigné volontaire. » Logique pour ce membre de Compagnie de la Musique des... Volontaires. La musique, il la connaît déjà et a pu rôder la mécanique lors de la bénédiction des armes dimanche dernier : « Ce n'est pas évident. Il faut être partout à la fois et avoir un oeil sur toutes les compagnies, ce qui est impossible vu que dès le départ de la procession je serai encore sur la place du Marché que les premiers arriveront au Pautche pour le bataillon carré. » Pour avoir des yeux et des oreilles partout, le micro est un anachronisme nécessaire dans l'uniforme, afin d'être en communication radio permanente avec les 35 stewards qui accompagnent les troupes : « On a fait des réunions avec les responsables des compagnies, en insistant sur l'importance du respect des distances et du pas. La perfection est impossible à obtenir mais si chacun a ça à l'esprit, on arrive à quelque chose de bien. »

Afin de limiter les lenteurs inévitables dans un tel déploiement humain, des modifications ont été apportées au déroulement du cortège par rapport aux éditions précédentes. Ainsi le feu de file parfois interminable devant la collégiale, sera désormais réservé aux compagnies de Fosses Centre et Fosses entité, et le second bataillon carré, au lieu-dit « Le Chêne » uniquement à Fosses-centre et Haut-Vent.

« Du coup, pour ne pas que les compagnies invitées aient l'impression de ne pas participer, détaille l'adjudant-major général, au moment du premier bataillon carré, au Pautche, elles passeront devant les reliques installées à l'entrée de la pâture pour qu'elles puissent leur rendre les honneurs. »

S.Si

Hugues Drèze, adjudant-major général.

Éviter les bouchons dans les rues ou les lenteurs. Tout un art qui nécessite que le cortège soit réglé comme du papier à musique... celle des Volontaires et de son adjudant-major.