Spécial Saint-Feuillen

 

Mise à jour : 24/09/2005

 

 

 

Sur les hauteurs : Haut-Vent

La compagnie de Haut-Vent ne sort que tous les sept ans, lors de la Saint-Feuillen. Elle a été fondée en 1865.

Bien que faisant partie de la ville de Fosses, la section de Haut-Vent ne « marche » pas avec la grande compagnie Fossoise. Elle a cependant toujours participé à la Saint-Feuillen. C'est en 1965 que la ville de Fosses célébra avec éclat le centenaire du drapeau offert à la jeunesse du hameau de Haut-Vent. Dès lors, on peut en déduire que la compagnie a été créée en 1865, année d'une septennale.

Les hommes de la section Hauventoise se rangent dans les formations dites « étrangères».

La compagnie est généralement assez étoffée. En 1977, elle comptait plus de 100 marcheurs, beaucoup plus aujourd'hui.

Le gros de l'effectif se compose traditionnellement de deux pelotons de grenadiers, respectivement placés sous les ordres d'un capitaine et d'un lieutenant, de deux pelotons de voltigeurs et enfin de deux pelotons de zouaves.

Contrairement à la marche Saint-Biètrumé de Bambois ou la marche Saint-Remy de Nèvremont, la compagnie de Haut-Vent, sauf exception, ne marche que tous les sept ans, lors de la Saint-Feuillen.

Si les marcheurs de Haut-Vent ne sont pas les plus nombreux, on s'accorde à reconnaître leur attitude particulièrement disciplinée et le soin qu'ils prennent de leur uniforme. C'est ainsi que l'unité « Hauventoise », pour sa discipline, le soin de l'uniforme et le respect des traditions folkloriques, reçut le trophée des Marches de l'Entre-Sambre et Meuse en 1977.

Rappelons que la compagnie fait bénir ses armes le dimanche précédant la Saint-Feuillen.

P.W

La compagnie de Haut-Vent ne sort que tous les sept ans : elle n'en soigne que mieux ses apparences.

Notre-Dame à Aisemont

Début octobre. La marche Notre-Dame d 'Aisemont fêtera son 35e anniversaire.

Après la Saint-Feuillen, le 1er octobre, le curé du village, l'abbé Lambiotte, un des fondateurs de la marche, dévoilera la plaque commémorative en mémoire de tous les marcheurs qui ont oeuvré au rayonnement de celle-ci.

La cérémonie marquera le 35e anniversaire de la naissance d'une compagnie.

On marche cependant à Aisemont depuis bien plus longtemps. Un document atteste de la présence de marcheurs dès 1700. Mais c'était des marcheurs occasionnels, une fois tous les sept ans, qui formaient spécialement une compagnie pour participer à la Saint-Feuillen. « C'était la compagnie de Saint-Feuillen d'Aisemont » explique Freddy Bastin, l'actuel secrétaire et trésorier.

En 1970, plusieurs marcheurs ont souhaité une sortie annuelle, ce qui impliquait la fondation d'une nouvelle compagnie. Et comme, cette année-là, le village fêtait aussi le 25e anniversaire de l'érection de la grotte dédiée à Notre-Dame, afin de protéger le village et les prisonniers et déportés envoyés à la guerre, la marche a pris le nom de marche Notre-Dame.

Elle a pour mascotte une chèvre, « parce que Aisemont, c'est le village des gadis » poursuit Freddy Bastin, il devait y avoir beaucoup de chèvres sur les versants de la colline.

La chèvre, elle aussi, participera à la Saint-Feuillen, escortée à l'avant du régiment par les sapeurs.

Ils seront quelque 130 marcheurs à rejoindre Fosses, le dimanche 25 septembre.

P.W.

La chèvre est toujours l'emblème du village d'Aisemont. Elle sort aussi le jour de la Saint-Feuillen.

A Bambois, Biétrumé est le patron

La marche Saint-Barthélemy de Bambois sort chaque année depuis 1964, l'avant-dernier dimanche d'août.

La marche Saint Barthélemy (Biétrumé en wallon) a été fondée en 1893, à dessein de prendre part à la septennale. Le drapeau de la Jeunesse, porté en procession, fut inauguré le jour de Pâques de cette année-là.

Toujours en 1893, à la kermesse de Bambois, le 27 août, un important cortège étoffé de nombreuses compagnies invitées on parla même d'une vraie petite Saint-Feuillen - suivit l'itinéraire suivant : « Stampia, rue de Fosses, rue du Baty, rue du Gonoy, route de Ligny à Elle, place Baud'huin, rue du Grand Étang, rue du Haut-Vent et Stierlinsart.

Beaucoup plus tard, en 1963. Lors des préparatifs de la grande procession, Bambois tarda à constituer sa compagnie. Certains ont même craint que ce hameau ne soit pas représenté. Mais, début août, un nouvel état-major fut constitué au sein duquel on trouvait une majorité d'officiers qui n'avaient jamais marché.

Jusqu'en 1963, à l'instar des compagnies de Haut-Vent et de Nèvremont, la marche Saint-Barthélemy ne participait qu'aux sorties septennales.

Depuis 1956 cependant, l'idée avait été lancée de ne plus attendre la Saint-Feuillen.

C'est ainsi qu'en 1964, elle accomplit sa première sortie annuelle, forte de ses trois pelotons emmenés par le tambour major, la clique, les sapeurs et quatre officiers montés et renforcés par d'une bonne vingtaine de Congolais et par une demi-douzaine de tromblons venus du centre de Fosses.

Depuis, c'est devenu une tradition : la marche, forte d'environ 150 hommes, sort l'avant-dernier dimanche d'août.

P.W.

Depuis 41 ans, les marcheurs de Bambois sortent tous les ans. Ils sont affûtés pour la septennale.

Sainte-Gertrude à Le Roux

L'origine de la compagnie des marcheurs de Le Roux n'est pas clairement définie. Elle remonterait à l'année 1841.

Gertrude, cela vous dit quelque chose ? C'est le nom de cette abbesse que Feuillen et ses frères sont allés saluer. On dit que c'est la mère de sainte Gertrude, sainte Itte, qui donna à ces moines irlandais ce domaine nommé Bebrona, sur la Biesme, où tout commença.

Sainte Gertrude de Nivelles, en sa qualité de patronne de la paroisse, donna naturellement son nom à la marche. Officiellement, la marche Sainte-Gertrude existe depuis 1851 mais les archives paroissiales signalent que des « hommes en armes » escortaient déjà la procession de 1841. En l'occurrence, ces archives parlent de la présence de 60 hommes qui ont fait honneur à l'abbé Benoît, le premier dimanche de mai, à l'occasion de son installation à Le Roux en qualité de curé.

En 1955, la compagnie reprit sa place en tant qu'escorte militaire dans le cortège de la procession locale du 15 août. À partir de cette année-là, Le Roux eut sa propre marche. La bien nommée marche Sainte-Gertrude, qui prit le titre de société royale le 6 mars 1956. Pour marquer cet événement, la marche se dota d'un nouveau drapeau simple face, en velours grenat foncé, bordé d'or, beaucoup plus léger que l'ancien. Il présente l'effigie de Sainte-Gertrude entourée d'une guirlande de fleurs brodées en fil d'or et surmontée d'une couronne.

La marche déroule une saperie du premier empire, deux batteries, un peloton de grenadiers, un autre de gendarmes (ces grenadiers à pantalon jaune), un peloton de dragons, une cavalerie de hussards ainsi que des Vivandières.

P.W.

Sainte Gertrude a eu une influence sur saint Feuillen. Elle est honorée par les marcheurs de Le Roux.