La radiodiffusion numérique

 

La radiodiffusion sonore et analogique, c'est à dire en AM et en FM, va progressivement disparaître pour être remplacée par la radiodiffusion sonore numérique en d'autres termes par la T-DAB.

Quand à la télévision analogique, elle vit également ces derniers moments et elle va être remplacée par la DVB-T.

La mise hors service, c'est-à-dire le "switchoff, de tous les émetteurs TV analogiques est prévue pour 2012-2015, en attendant numérique et analogique vont coexister pendant encore quelques années ( c'est le "simulcast"). Progressivement également les radiodiffuseurs sont en train de mettre en place de nouveaux émetteurs numériques, c'est ce que nous appellons le "switchon".

 

La "radiodiffusion"

La radiodiffusion implique qu'il s'agit d'une diffusion par ondes radio, et donc par ondes hertziennes.

Au début de la radio et jusque vers les années 1960, on raccordait son poste de radio (en ondes longues ou en ondes moyennes) à une "antenne". Il s'agissait d'un simple bout de fil d'une dizaine de mètres environ qui allait de la fenêtre du salon au mur du jardin d'en face... C'était aussi une époque fantastique où les récepteurs utilisaient des tubes et où il fallait attendre une petite minute pour que les tubes chauffent avant d'avoir le son.

Puis est venue la télévision, et on a vu apparaitre d'autres types d' antennes. Cette fois, il fallait faire appel à un spécialiste , "un antenniste". Ces antennes appellées yagis ressemblaient à des "rateaux", et, il est vrai, qu'elles dégradaient (un peu) le paysage mais la voisine ne ressemble pas non plus à miss Belgique ... .

Les antennes allaient alors se multiplier car il y avait de plus en plus de chaînes à regarder et donc de plus en plus de rateaux dans tous les azimuts. On parlait de "Bruxelles français" , de "Bruxelles flamand" (1) , de Lille, de Lopik, ... Même si c'était en noir et blanc, il y avait déja trois systèmes : les anglais en 425 lignes, la Hollande et l'Allemagne avec le 625 lignes et les français avec le 819 lignes.

Le 819 lignes français occupait plus de spectre, mais les images étaient plus finement détaillées. Alors chez nous, tiraillé entre la Hollande et la France, nous avions des téléviseurs bi-standards, avec parfois le luxe d'une commutaion 625/819 automatique.

Au début des années 1970, nouvelle révolution : la télévision se met en couleur. Ici aussi tout le monde ne parvient pas à se mettre d'accord, d'un côté la majorité des pays adoptent le PAL qui n'était rien d'autre qu'une fantastique amélioration du système américain réputé pour ne pas être fidèle aux couleurs (le système NTSC a encore été appelé " Never Twice the Same Color"), et de l'autre côté, les français qui avaient abandonné le 819 lignes, mais qui ont adopté le SECAM pour la couleur ( certains diront que c'est le "Système Essentiellement Contraire A la Majorité" ...)

Presque au même moment, la télédistribution s'est répandue : tout le monde trouvaient ces rateaux vraiment disgracieux et on les a remplacé par de beaux câbles noirs qui avec leurs boîtes de connexions sont venus joliment décorer les facades (2) . Le grand avantage était évidement qu'on avait plus besoin d'antenne et que la câble nous offrait plus d'une trentaine de chaînes. "Offrir" est peut être un bien grand mot car celà coûte quand même quelques 130 euros par an.

Puis les satellites sont venu offrir un éventail encore plus large, et avec les satellites sont également revenues les antennes extérieures. Il ne s'agissait plus de "rateaux" évidemment, mais de paraboles. Une parabole est-elle plus jolie qu'un rateau ?

Enfin Internet offre de nouvelle possibilités. Le "streaming audio" représente une solution, pour l'instant l'écoute des chaînes radio sur internet (3) est encore gratuite. Pour la TV sur Internet, en plus du modem ADSL spécial et d'un abonnement ADSL (env. 480 euro/an) , vous avez aussi bessoin d'un décodeur (env. 250 euro), d'une connection (avec des frais de connection) , d'une installation (avec des frais d'installation) , d'un abonnement pour les chaînes "ordinnaires" ( env 150 euro/an) et peut être un abonnement pour les sports (120 à 300 euro/an). Faites le compte ...

Il n'en reste pas moins vrai que la télédistribution nous lie à un câble et Internet nous lie aussi à un câble ...

Pour être indépendant du câble et du satellite, il n'y a donc que la radiodiffusion hertzienne, où on est "cable-free" et où jusqu'à nouvel ordre il y a encore une majorité de programmes "free to view" !

(1) C'est ainsi que les gens appelaient nos deux télévisions nationales. "Bruxelles" parce que les studios étaient installés à Bruxelles et c'est donc de là que partaient les images !
(2) non je plaisante évidemment !
(3) Il est étrange de parler de chaîne radio alors qu'il n'y a plus d'émettteurs qui rayonne ...

La T-DAB

Le système de transmission numérique actuellement utilisé pour la radio s'appelle la DAB pour Digital Audio Broadcasting. La T-DAB (1) utilise des canaux de télévision dans la bande III. Chaque "ancien canal TV" est divisé en 4 blocs DAB.L'ancien canal 12 utilisé pour la TV constitue maintenant les blocs T-DAB 12A, 12B, 12C et 12D.

Depuis 1er juillet 1999, la RTBF couvre l'ensemble de la communauté française ( carte RTBF ) avec une quinzaine d'émetteurs fonctionnant tous sur le bloc 12B ( 225,648 MHz),

Service
Programme
débit (kb/s)
.
1
La Première
192
48 kHz joint stereo
2
Musiq3
192
48 kHz joint stereo
3
Pure FM
192
48 kHz joint stereo
4
BRF1
64
24 kHz joint stereo

Ce "multiplex" n'est pas encore tout à fait plein, on pourrait encore y ajouter deux ou trois programmes.

De même la VRT couvre ( carte VRT ) l'ensemble de la communauté flamande sur le bloc 12A ( 223,936 MHz). Les programmes sont Radio 1, Radio 2, Radio Dona, Klara, Studio Brussel, RVi, Klara Continuo, Donna HitBits, Sporza et Nieuws+.

Pour recevoir la DAB, il faut un récepteur DAB (1) que l'on trouve dans la plupart des grandes chaines de distribution de matériel audio/vidéo. Les prix de ces récepteurs sont devenus très abordables. Un récepteur pour l'intérieur ("récepteur de salon") coûte maintenant aux environs de 200 euros.

Au moment où la bande FM est devenue beaucoup trop étroite pour satisfaire les demandes, le T-DAB pourrait fournir une belle opportunité pour les radios du service public, ainsi que pour les radios privées qui ont su montrer qu'elles étaient aussi capable de faire de la bonne "radio".

Mais cela signifie aussi que des canaux jadis dédiés à la TV sont maintenant utilisés pour la radio !

Voir également :

 

(1) Le T est celui de "Terrestrial"
(2) Le Seigneur de la Palice en aurait dit autant !


La DVB-T

Avec la DVB-T (1) nous allons voir la même révolution que celle qui remplaca le disque vinyl par un CD-ROM !

Pour l'instant on reste compatible avec notre bon veiux 625 lignes et on ne parle pas tout de suite de haute définition. Ensuite cette image est numérisée. Ici aussi, il a fallu faire quelques efforts, en effet non compressée une image a besoin d'un débit extraordinairement élevé (on parle ici de 34 à 270 Mbits) et une image occuperait presque tout le spectre.

Heureusement qu'on a constaté qu'il y avait des éléments d'images qui étaient redondants dans la même image et que d'une image à l'autre beaucoup d'élements sont aussi redondant. Tout cela à conduit à une compression grâce à une protocole appelé MPEG-2. Ceci permet de réduire le débit entre 1 et 4 Mb/s. Mais les chercheurs cherchent encore ...

En attendant, une norme tout à fait acceptable existe, il s'agit de la DVB-T qui a pour avantages :

  • la qualité numérique : c-à-d une image parfaite ! ce qui n'est pas toujours le cas de la télédistribution
  • la possibilite d'avoir plus de chaînes : avec le système MPEG-2 on peut actuellement offrir 5 à 6 programmes TV dans un ancien canal TV analogique. A terme, lorsque tout sera numérisé, on pourrait donc disposer d'une capacité de 25 à 36 programmes, soit une capacité à peine inférieure à celle du câble actuellement (2).
  • la possibilité de recevoir la télévision en mobile : un des désavantages de la télédistribution et de la TV par internet, est que vous êtes toujours liés à un câble et vous ne pouvez pas vous déplacer, ceci n'est pas avec la télévision par voie hertzienne !
  • la gratuité : un investissement de 40 à 100 euros.

Depuis le 16 juillet 2002 la RTBF couvre la région Bruxelloise avec des émissions expérimentales en DVB-T sur le canal 55 (746 MHz). (3) . On peut recevoir ces émissions dans la plus grande partie de l'agglomération avec une simple antenne intérieure (mais placée devant une fenêtre). Avec une antenne extérieure on pouvait également capter les émissions jusqu'à 20 km environ à partir de Bruxelles centre.

Depuis septembre 2006 tout le réseau de la RTBF (soit 10 émetteurs) est opérationnel et couvre une grande partie (80%) de la Communauté française, soit sur le canal 56 (à l'ouest), soit sur le canal 66 (à l'est). Le bouquet de la RTBF comporte 4 chaînes TV : la Une, la Deux , la Trois et EuroNews ainsi que 5 programmes radio : La Première, VivaCité, Musiq 3, Pure FM et Classic 21). (détails RTBF) (4)

La VRT couvre l'entièreté de la région flamande sur les canaux 22, 40, 41et 59 ( carte de couverture VRT) . Le bouquet de la VRT comporte ses 2 chaînes TV ( la "één" et "Ketnet/Canvas") de même que plusieurs programmes radios (détails VRT)

Pour recevoir la DVB-T, il faut un convertisseur DVB-T que l'on trouve dans la plupart des grandes chaines de distribution de matériel audio/vidéo. Les prix de ces convertisseurs est situé entre 40 et 100 euros. Dans la plupart des cas, une antenne intérieure suffit, toutefois en cas de réception difficile, il sera peut être nécssaire de placer une antenne à l'extérieur.

(1) Ici aussi le T vient de terrestrial, mais il existe aussi la DVB-S sur Satellite !
(2) et puis qui regarde vraiment plus d'une dizaine de chaîne d'une façon plus ou moins attentive.
(3) maintenant sur le C56
(4) puisque le système est numérique, on peut aussi mélanger signaux radio ("du son") et la télévision ("des images").

Pour en savoir plus :

 

Il est donc temps de passer au numérique hertzien !

  • Parce que le numérique offre une meilleure qualité du son et de l'image
  • Parce que demain les récepteurs analogiques disparaitront
  • Parce qu'il n'y aura plus d'émetteur analogique après 2012 et que dés cet instant on pourra ré-utiliser les canaux analogiques pour mettre de nouveaux multiplexes, avec de nouveaux programmes. Il n'est donc pas impossible d'avoir 30 programmes de télévision sur les canaux actuellement utilisés pour la TV analogique !
  • Parce que seul le munérique hertzien permet d'être indépendant du câble

 

La DVB-T en France s'appelle TNT

  • 14 chaines gratuites : TF1, France 2, France 3, Canal + , France 5, Arte , M6, Direct 8, NT1, NRJ12, France 4 et W9, TMC et LCI
  • 10 c haines payantes : Canal+, Paris Première, Canal+ Sport, Canal+ Cinéma, Canal J, Eurosport, TPS Star, TF6, LCI, AB1
  • La TNT en France, site officiel du CSA : http://www.csa.fr/themes/zoom/tnt/index.php
  • Réception dans les départements 59 et 62 : http://www.tvradio-nord.com/
  • Portail de la Télévision Numérique Terrestre en France : http://www.tnt-france.com/

 

La DVB-T en Allemagne

 

La DVB-T aux Pays-Bas

Par satellite