biographie



Andrée SIMONS passe comme un petit oiseau blessé, effarouché par la vie, dans le monde parfois très dur de la chanson. Elle meurt en 1984, discrètement, à l’image de sa vie : "seulement en visite sur notre planète" comme le dit si bien Georges Pradez qui recueille un temps à Bruxelles cette "orpheline en partance".

Andrée Simons (portrait avec guitare)
[ photo : ? ]

Tout commence pourtant bien pour cette jeune fille douée à la fois pour le chant et pour l’écriture. Elle n’a pas seize ans lorsqu’elle se produit pour la première fois en public à la Cantilène, chez Freddy Zegers. Un premier 33 tours sort en 1969, un second l’année suivante et, en 1973, l’émouvant Andrée Simons chante Brassens. Elle monte à Paris en 1976. Sort L’Amour flou en 1979, avec cette belle chanson reprise que reprend Christiane Stéfanski : Marie de Grâce-Breleur. Un dernier album est produit en 1980, puis c’est la chute, brutale et tragique … Reste cette voix limpide et fragile, ces textes lucides et souvent désespérés dans leur générosité un peu acide.

Francis Chenot in Dictionnaire de la chanson en Wallonie et à Bruxelles - Éditions Mardaga, 1995

Voir aussi le très bel article paru dans Chorus n°28 été 1999, pages 113 à 118.