Achat de terrain

11 mai 1604

Cour et justice de Rahier, vol. 1, p. 59v

 

Reproduction de l'acte

acte 2

 

 

Transcription littérale

Jan Piett acqrnt* a Jan Babey vendr*

Lan 1604 du mois de may l’onzieme jor* personellemt*
comparut pardnt* nous la Court et Justx* de Rahier
Jan babey resident *en* la freuville, lequel fut
ad ce deliberé *qu’il* portat Les œuvres *en* main
de nre* semoner* d un pré estant *en* warnifotaine*
joindant d un costel al herdavoie, et d’aultre
a Jan le marischal, au profict de Jan piett
del martinville ses hoirs et ayans cause
parmy la some* de neufz daller et demy argent
franc, aultant de beuvraige *que* droict serrialz*
selon quoy et coe* ce reqrant* *en* fut ledt*
Jan piett a nre* enseignement advesty, saulff
et a condition d’annuellemt* paier en alligeant
les cens du vendr* un aidan, Conditionné
et *par* les parties* accordez que sy Jan babey peult
ou veult rendre largent ens un an prochain*, *que*
led* Jan piett le doibt recepvoir, avant lexpiraon*
et mis *en* garde

 

Transcription plus explicite

Jean Piette acquérant à Jean Babey vendeur

L’an 1604, du mois de mai le onzième jour, personnellement
comparut par devant nous la cour et justice de Rahier
Jean Babey résident en la Freuville, lequel fut
à ce délibéré qu’il porta les oeuvres en main
de notre semoneur d’un pré étant en Warnifontaine
joignant d’un côté à la herdavoie, et d’autre
à Jean le maréchal, au profit de Jean Piette
del Martinville, ses hoirs et ayants cause,
parmi la somme de neuf dallers et demi, argent
franc, autant de beuverages que droits seigneuriaux,
selon quoi et comme ce requérant, en fut ledit
Jean Piette à notre enseignement advesti, sauf
et à condition d’annuellement payer en alligeant
les cens du vendeur un aidant.  Conditionné
et par les parties accordé que si Jean Babey peut
ou veut rendre l’argent en un an prochain, que
ledit Jean Piette le doit recevoir, avant l’expiration,
et mis en garde.

 

 

Explication

Le 11 mai 1604, Jean Babey résident à Froidville cède à Jean Piette de la Martinville un pré en lieu-dit Warnifontaine, joignant d'un côté à la herdavoie et de.l'autre à Jean le maréchal. Cela pour la somme de 9 dallers 1/2, plus les redevances ("beuverages" et droits seigneuriaux). L'acquéreur devra aussi payer le cens annuel sur le pré, soit un aidant. Enfin, si Jean Babey rembourse le prix d'achat avant une année écoulée, il pourra récupérer le pré.

 

 

Notes

1.  Un trait au-dessus d'un mot est un des moyens employés pour signaler la présence d'une abréviation. Ci-dessous un exemple avec le mot acquérant figurant dans le titre :

acquerant

2.  Les mots qui reviennent le plus fréquemment sont bien entendus souvent abrégés. C'est le cas de par devant qui apparait très souvent au début des actes. Ici, on voit même une double abréviation avec le signe par et l'omission des lettres eva, signalée par le trait au-dessus :

3.  Le signe utilisé pour représenter la syllabe par peut aussi servir pour la syllabe très semblable per, comme dans le mot personnellement :

4.  Le mot personnellement ci-dessus illustre aussi une abréviation fréquente : le ent de fin de mot est représenté par un t seul, souvent surélevé.

5.  Les abréviations sont incontestablement une des difficultés majeures dans la lecture des textes anciens. Mais il ne faut pas s'effrayer outre mesure, un peu de pratique et le contexte de la phrase aident énormément. En voici néanmoins encore une, pour les mots qu'il :

6.  Pour passer à autre chose que des abréviations, voyons la lettre h, qu'il ne faut pas confondre avec un f. Comme par exemple dans les mot herdavoie et marischal :

   

7.  L'expression "porter les oeuvres en main" est très fréquemment utilisée. "Les oeuvres", c'est en quelque sorte l'acte de vente, que l'on "remet dans les mains" du semoneur (celui qui préside la cour), afin qu'il remette à son tour le bien à l'acquéreur.

8.  L'expression "cour et justice" n'est pas une erreur. On pense souvent erronément "cour de justice". Le et vient du fait que le cour enregistrait les actes et rendait la justice.

 

 

Glossaire

advesti = investi, qui a reçu l'investiture du bien en question

aidant = patard (pièce de monnaie valant 1/20e de florin)

beuverage = une des multiples redevances (son nom vient du fait qu'à l'origine, elle consistait en une certaine quantité de boisson en nature)

droits seigneuriaux = une autre redevance, due au seigneur

herdavoie = chemin par où passait la herde commune (le troupeau de bovins du village)

semoneur = celui qui préside la cour (généralement le plus ancien échevin en cas d'absence du mayeur en titre)