Abécédaire
lettres

 

On trouvera ici quelques exemples d'écriture des lettres de l'alphabet.

 

 

dictionnaire

texte ancien

 

 

a b c d e f g h i,j l m n o p q r s t u,v w x y z

NB : pour une raison inconnue, les liens ci-dessus ne fonctionnent pas avec toutes les versions d'Internet Explorer. Par contre, il n'y a apparemment pas de problème avec Mozilla Firefox et Google Chrome.

 

a :
La lettre a peut s'écrire avec un long trait oblique qui prolonge sa partie gauche vers le haut. Dans ce cas, elle n'est pas toujours fermée et ne doit pas être confondue avec u ou v.
a : avec : sa :
a : par : actes :
a : par : Johan :
la : cas : tant :

 

b :
La lettre b ne présente généralement pas de problème particulier.
bon : biens : debverat :
bon : biens : mambour :
banny : huber : obligation :

 

c :
La lettre c se présente souvent, à la base, sous la forme de deux petits traits à angle droit (voir notamment action ci-dessous). Un fin trait oblique partant du coin supérieur gauche peut l'accompagner, surtout en début de mot.
ce : action : acteurs :
ceste : acte : accorde :
certaine : piece : receuz :
certains : cincque : successeurs :

 

d :
La lettre d a une barre dont la partie supérieure s'incurve vers la gauche et peut former une boucle pour se relier à la lettre suivante.
de : date : fidelite :
de : dieu : succeder :
de : devant : ordonnance :
de : droit : pretendoit :

 

e :
La lettre e, bien que la plus fréquente, pose souvent des problèmes de lecture car sa forme a beaucoup évolué. Comme, de plus, elle n'est pas toujours fermée vers le haut, il faut parfois prendre garde à na pas la confondre avec un v (voir, par exemple, le e final de quelle ci-dessous).
de : entre : delibere :
ce : quelle : feodalle :
et : terres : relever :
sire : pere : residence :

 

f :
La lettre f ne pose pas de problème particulier, si ce n'est que deux autres lettres pourraient être prise pour un f, à savoir s et h. Qui plus est, lorsque deux telles lettres se suivent. Dans ce cas, c'est parfois le contexte qui permet seul de décider (voir, par exemple, prouffit et satisfaire ci-dessous).
facteur : beaufrerre : faisant :
fraude : fieffz : faisoient :
future : enffans : toutesfois :
fieffz : prouffit : satisfaire :

 

g :
La lettre g ne pose pas de problème particulier, si ce n'est qu'une autre lettre, le q, pourrait être prise pour elle. La boucle vers le bas reste souvent ouverte, mais elle peut se fermer, notamment pour se relier à la lettre suivante.
ung : partaiges : signee :
garde : engendrat : soubsigné :
garde : Margueritte : seignorie :

 

h :
La lettre h présente le plus souvent une boucle qui descend nettement sous la ligne. Il ne faut pas la confondre avec la lettre f comme on l'écrit de nos jours.
honnore : heritage : prochaine :
heurs : heritaige : prochaineme[n]t :
rahier : heritauble : exhibez :
Jehan : hubert : mathy :
hommes : henry : vailhant :

 

i,j :
La lettre i ne pose en principe pas de problème (si ce n'est que le point sur le i n'est pas toujours présent). Les lettres i et j sont assez interchangeables (voir les exemples en colonne de droite, notamment item et Jacque, écrits par le même dans le même acte). Dans les deux derniers mots ci-dessous, i remplace j, comme c'est souvent le cas dans les textes les plus anciens.
mariage : jure : incontinent :
fois : adjugee : item :
divine : adjourne : Jacque :
signe : jour : iouirat :

moisne : jour : iusque :

 

l :
La lettre l en milieu ou fin de mot ne devrait pas poser trop de problèmes. En début de mot, elle est parfois écrite en majuscule (même quand cela ne se justifie pas), ce qui pourrait parfois causer une confusion, notamment avec la lettre f.
elle : fidelle : la :
leal : cortil : le :
les : aultres : lieu :

 

m :
Si la lettre m peut poser un problème, c'est surtout lorsqu'elle est voisine d'autres lettres à jambages comme n, u et v. Ces jambages étant généralement dessinés de la même manière, il faut parfois deviner le mot. Dans certains cas, les jambages sont très peu marqués, le tout pouvant ressembler à un trait ondulé.
mon : Dame : maison :
ensemble : damoselle : moy :
mortemain : malmedy : deminementz :
mesme : demeureront : prédenommeis :

 

n :
La lettre n ne se distingue pas bien des lettres u et v (sauf éventuellement en fin de mot). Pour aider le lecteur, on trace parfois un petit trait au-dessus de u et v. En fin de mot, n a tendance à se terminer par un jambage qui descend vers la gauche. Dans des mots très fréquents, comme en, il peut devenir très sommaire (voir les deux derniers exemples ci-dessous). n est aussi une lettre souvent omise, dans des terminaisons courantes comme "ent " ou "ant ".
cincque : bon : an :
annuellement : mollin : qu'on :
empruntez : Reverend : en :
nullité : Suyvant : en main :

 

o :
En principe, pas de problème avec la lettre o. Profitons-en pour rappeler que les terminaisons de l'imparfait étaient en "oit ", etc, et non en "ait " comme de nos jours.
dont : auctorites : hors :
douze : contenant : sont :
tous : pouldroit : ont :

 

p :
La lettre p est assez reconnaissable. Elle sert aussi de base à plusieurs abréviations fréquentes : par, per, pre, pro... En outre, il faut parfois prendre garde à ne pas la confondre avec la lettre x (lorsqu'elle est écrite comme dans possede ci-dessous).
pere : puisse : passent :
parte : pays : competens :
receupt : possede : principal :
plus : plaisist : soubescript :

 

q :
La lettre q ne doit pas être confondue avec la lettre g. Elle présente parfois, comme la lettre a, un trait oblique qui prolonge sa partie gauche vers le haut. Elle intervient aussi dans un certain nombre d'abréviations pour qui, que...
laquelle : quelle : qu'on :
lesquelles : quitte : quoy :
auquel : qu'en : requis :
quatre : que : adoncq :

 

r :
La lettre r n'est pas la plus aisée à reconnaître. Les deux premières colonnes illustrent la forme ancienne 'standard', la colonne de droite une forme plus cursive et les deux derniers mots de cette colonne des cas où le scribe 'compacte' la combinaison 'er'.
fourmis : autres : droits :
frerres : proces : faire :
premier : deservir : terre :
Sire : corps : ferat :
fortune : sartaiges : operations :

 

s :
La lettre s peut poser des problèmes. Tout d'abord, elle s'écrit différemment selon qu'elle se trouve ou non en fin de mot. Ensuite, elle ressemble très peu à la manière contemporaine de l'écrire. Enfin, il faut prendre garde à ne pas la confondre avec f (voir à cette lettre). Notons aussi que, lorsque deux s se suivent, le premier est généralement plus petit que le second (à d'autres époques, ils peuvent s'écrire fort différemment).
sa : ses : seures :
son : admis : assumez :
saiges : bonnes : satisfaction :
preste : dessus : coustume :
subside : aussi : successeurs :

 

t :
La lettre t n'a pas toujours de barre horizontale. Quand elle en a une, celle-ci part parfois du bas de la barre verticale. Quelques exemples de combinaison st sont illustrés en colonne de droite.
tant : sont : cloistre :
petitte : suscitee : esté :
portat : toutfois : tantoist :
tenus : traitiet : coste :
Chapittres : veront : droits :

 

u,v :
Il n'y a généralement pas de différence entre les lettres u et v (et même n). Pour distinguer u et v de n, on trace parfois un petit trait (tilde) au-dessus des premières. En début de mot, u et v sont parfois écrites avec le trait gauche qui s'étend vers le haut (voir ung, vivant, visquant et quatre vingt ci-dessous).
durant : retenu : advenus :
avoir : ung : annuelement :
pouvoit : vivant : communication :
que : visquant : quatre vingt :

 

w :
La lettre w ne se rencontre pas fréquemment. Elle apparaît dans des mots wallons (eawe = eau, ci-dessous), dans des versions germaniques de prénoms en g (ci-dessous Wathi(r), Warny, Willeame pour Gauthier, Garnier, Guillaume). Elle peut aussi remplacer g dans d'autres mots (comme waige pour gage) ou alors v (comme wyde ci-dessous, pour vide). On pourrait parfois confondre son 2e jambage avec un b.
waige : eawe : werpit :
wathi : wouveit : willeame :
wathir : warny : wyde :

 

x :
La lettre x présente généralement une extension vers le bas à gauche, se recourbant souvent (mais pas toujours) vers la droite. On pourrait parfois la confondre avec la lettre p, voire avec l'abréviation par.
ceux : ambedeux : deuxieme :
eulx : extimees : eulx :
loix : expresse : feodaulx :
mieux : xheance : icyeulx :

 

y :
La lettre y s'écrit parfois avec deux points, il ne faut dès lors pas la confondre avec la paire de lettres ij. A part cela, elle remplace assez souvent la lettre i.
doyar : manyer : yssus :
payer : pays : seray :
ainsy : quy : loy :
quoy : payerat : aussy :

 

z :
Pas trop de problème avec l'écriture de la lettre z. Notons cependant qu'elle est fréquemment utilisée à la place du s pour marquer le pluriel.
douze : empruntez : sillz :
situez : appellez : droitz :
fieffz : sermentz : tenuez :
preitz : preitz : accoustumez :