OBJECTIF
Terminus Terezin, 1995

En 1995 a paru le livre ''Terminus Terezin''. Sa sortie coïncidait avec le 50ème anniversaire de la fin de la IIème Guerre mondiale. Édité à compte d'auteur, il fut principalement diffusé parmi les survivants et ex-prisonniers politiques rencontrés au cours de ce périple et leurs proches. Le développement de l'Internet offre à présent l'opportunité de livrer ces souvenirs à toutes les personnes intéressées par ces événements tragiques. Les souvenirs de Pierre Belen apportent un témoignage supplémentaire, à la fois discret et authentique.

Viviane Denis
(coauteur et webmaster)

Le livre est également disponible sur demande.
Dimensions : 21 x 15 x 1 cm
Couverture cartonnée
175 pages
Photos N/B
ISBN : D/1995/6525/2


PRÉFACE

Avant d'être un ami, Pierre Belen a d'abord été un condisciple. En effet, c'est autour des chevalets de l'Académie des Beaux-Arts de Boitsfort que je l'ai rencontré, il y a environ huit ans. L'atelier de peinture était notre havre de paix; au rythme de trois ou quatre soirées par semaine, nous échangions nos impressions ou nos conseils sur nos travaux respectifs. Empreinte de poésie et de fraîcheur, la peinture de Pierre révélait sa nature sensible. Il était le doyen de notre atelier et nous éprouvions tous pour lui beaucoup d'estime et d'amitié.

Au fil des semaines, des mois et des années passés en ces lieux magiques où les progrès de chacun étaient encouragés et stimulés, nos conversations s'étendirent à d'autres sujets que la peinture; à côté d'une recette de colle ou d'enduit, d'un problème de perspective ou de contraste de formes et de couleurs, nous échangions des souvenirs ou des idées. C'est ainsi que, tout naturellement, nous avons un jour évoqué la guerre de 1940-1945 dont Pierre avait été un témoin actif. Moi-même, à l'issue du conflit, je n'avais que dix ans et, comme la plupart des enfants, j'étais relativement inconsciente du côté historique et tragique des événements que nous avions vécus. Cependant les privations, les problèmes de santé dus aux carences alimentaires, les bombardements dont nous avions souffert, également quelques images fortes imprimées dans ma mémoire telles que la Libération et le retour des rescapés des camps, tout cela m'avait permis d'être suffisamment sensible à cette période de l'Histoire pour que j'éprouve la curiosité d'interroger Pierre sur le rôle qu'il y avait joué. J'appris sa participation à la Résistance, son arrestation, son départ pour l'Allemagne, sa détention dans les camps et les prisons nazis, après un périple exceptionnellement long et éprouvant. Je réalisai aussi et surtout le miracle,que constituait sa présence parmi nous.

Au hasard des conversations, Pierre me confia qu'à son retour au pays en 1945, il s'était empressé de noter fidèlement ses souvenirs, afin de ne rien oublier et de pouvoir peut-être les publier un jour. Ce besoin couvait en lui mais, comme son épouse répugnait à ranimer de tels souvenirs, il avait toujours retardé son projet. J'étais pleinement consciente de l'importance de son témoignage, de la nécessité de ne pas perdre le moindre élément apte à nourrir encore notre mémoire collective, mais aussi des difficultés pratiques qu'il lui fallait surmonter. Je lui proposai alors de lui servir d'"oreille" et de "plume". C'est ainsi qu'en 1994, un demi-siècle après la guerre, la décision fut prise. Pierre retrouva ses notes, je pris mon enregistreur et ma machine à écrire, et le travail commença.

Pierre est un conteur né. Sans pathos, avec beaucoup de pudeur et de sobriété, il fait revivre ses souvenirs; au fil du récit, les anecdotes se succèdent, alternant l'émouvant, le grotesque, le tragique, le drôle; elles sont constamment empreintes de dignité, de modestie et même d'humour lorsque les circonstances le permettent. Les divers comportements humains rencontrés sont, pour lui, l'occasion de réflexions lucides, indulgentes et profondes. Son témoignage discret ne se complaît jamais dans une description facile d'atrocités qu'il a pourtant subies ou vécues de près. Son optimisme, sa force de caractère, son courage l'ont préservé de toute narration misérabiliste; Ce sont sans doute de telles qualités qui lui ont permis de survivre à ces événements et d'en sortir avec une vitalité renforcée et communicative.

Personnellement, je suis heureuse que nos chemins se soient un jour croisés et que notre collaboration ait pu ainsi apporter une toute petite pierre à la préservation de notre Mémoire et de notre Histoire.

Viviane Denis (1995)
Co-auteur et webdesigner/webmaster

Viviane Denis

Valid XHTML 1.0!