Choisir un chiot

Tests de sélection comportementale

Extraits de Joël Dehasse, L'éducation du chien, Le Jour Éditeur, 1998. 
Article de 88 K, 16 pages. 


Beaucoup de gens choisissent un chiot sans faire le moindre test, confiant dans le hasard, le destin, le premier contact, dans une émotion momentanée, la responsabilité de leur bonheur futur. Le chiot deviendra-t-il un chien équilibré, peureux, agressif, dépressif, nerveux, ...?

Longtemps on a pensé que tous les chiots étaient identiques, s'ils avaient la même génétique, les mêmes parents, et que seule l'éducation et l'amour du maître suffisaient à en faire de merveilleux compagnons. On a culpabilisé quantité de propriétaires de chiens agressifs ou anxieux.

A tort!

Chaque chiot a sa personnalité propre, dépendant partiellement de sa génétique, mais aussi de l'environnement utérin, des premières relations avec la mère, et aussi de l'éducation. S'engager pour dix à quinze ans de vie commune nécessite de prendre quelques précautions.

Différents tests ont été mis au point pour choisir un chiot qui va s'intégrer avec harmonie dans la famille des ses propriétaires-parents-adoptifs et réaliser le travail que l'on attend de lui, que ce soit chien de compagnie, chien de garde, chien d'aide pour handicapés, etc.

Plus le chiot est âgé, et plus sa personnalité est affirmée.

N'oubliez pas les étapes critiques suivantes:

6 semaines: identification à l'espèce encore insuffisante
5-8 semaines: acquisition des rituels de soumission et d'apaisement
8 semaines: conditionnement des lieux d'élimination
12 semaines: fin de la socialisation à l'homme et aux autres animaux
10-14 semaines: fin de la période de régulation émotionnelle et d'adaptation à l'environnement
15 semaines: hiérarchisation entre chiots

Il n'y a pas de tests définitifs.

Aucun test n'est parfait. Très peu de tests ont été validés scientifiquement, c'est à dire qu'une évaluation chiffrée a été réalisée et a été statistiquement démontrée après 6 mois, un an, deux ans, etc. Il est impossible de prévoir le statut social et hiérarchique du chien adulte en analysant quelques paramètres chez le chiot, surtout un chiot de 7 à 8 semaines.

Tous les tests proposés sont indicatifs, aucun n'est définitif. Personne ne pourrait réaliser une expertise sur ces tests. En fin de compte, n'hésitez pas à travailler avec votre intuition. L'intuition travaillant mieux sur une bonne base de connaissances, lisez ce chapitre et ce livre avant de choisir un chiot.

 A quel âge faut-il adopter un chiot?

Nous vous proposons de choisir un chiot entre 7 et 8 semaines parce qu'il a normalement acquis une identification à l'espèce, les rituels de soumission et d'apaisement au contact de sa mère, un début de hiérarchisation entre chiots et de détachement par rapport à la mère. Sa personnalité est déjà bien formée et il lui reste 4 à 6 semaines pour s'adapter au mieux à son nouvel environnement.

Nous déconseillons de prendre un chiot âgé de moins de 6 semaines.

Si le milieu d'élevage enrichit le chiot (socialisation aux gens, habituation aux bruits, etc.), un âge supérieur à 8 semaines est tout à fait acceptable.

Cependant, il n'est pas conseillé de prendre un chien de plus de 3 mois dans un élevage en milieu calme et sans enrichissement pour le faire habiter en ville par après!


Quelques informations sur l'entourage proche du chiot.

Nous allons vous donner une série d'éléments d'information qui vont influencer le comportement actuel et futur du chiot. Ils ne seront pas tous présents lorsque vous choisirez un chiot. Qu'importe, vous prendrez votre décision avec un maximum de chances.

La sélection de l'éleveur
L'observation de l'élevage
L'observation de la mère
L'observation du père

 

La sélection de l'éleveur

L'éleveur est une personne particulière dont les qualités seront les suivantes (cette liste n'est pas exhaustive):

Il tente d'aider l'acquéreur à déterminer si la race est un bon choix.

Il sélectionne l'acquéreur en fonction de critères d'environnement, de socialisation, de système familial, de coopération, …

Il tente d'évaluer les connaissances de l'acquéreur en matière de comportement, de soins, …

Il envisager la coopération de l'acquéreur dans l'information de tous les troubles comportements et physiques, afin d'établir une sélection des géniteurs sur leur descendance.

Il évalue et sélectionne chaque chiot afin de proposer une meilleure harmonisation dans la famille d'accueil.

Il encourage l'acquéreur à dire ses désirs et il l'écoute, le conseille, le déconseille, voire même lui refuse la vente d'un chiot.

Il fait un suivi de tous les chiots qu'il a vendu.

 

L'évaluation de l'élevage.

Il y a plusieurs critères logiques. Chaque critère peut être côté 0, 1 ou 2. Le total des cinq critères se monte à un maximum de 10. L'élevage est-il évalué à 0, 5 ou 10 sur 10? Plus le chiffre est proche de 10, plus le chiot a des chances d'avoir une socialisation correcte.

 

 

Critère

Valeur

1

La propreté des chenils est un critère d'hygiène et de préoccupation – d'amour - des éleveurs pour les chiens.

-

 

Chenil très propre

2

 

Chenil moyennement propre

1

 

Chenil sale, mal entretenu

0

2

L'éloignement du chenil par rapport à l'habitation. L'idéal soit que les chiots soient élevés dans la maison, au sein de la famille. Plus le chenil est isolé de l'habitation, moins les chiots ont des contacts sociaux avec les éleveurs.

-

 

Chiots élevés dans la maison, dans la cuisine, au milieu des gens

2

 

Chiots élevés en isolement, sans beaucoup de contact

0

 

Chiots élevés dans une annexe, contacts sociaux moyens avec les éleveurs

1

3

Le nombre et le sexe des personnes qui s'occupent des chiots. Plus ce nombre est élevé et plus il y a une diversification des types humains, plus les chiots seront socialisés à l'espèce humaine en général

-

 

Le chiot est en contact, touché, par des hommes, des femmes, des enfants

2

 

Le chiot n'est en contact qu'avec un seul type humain

0

 

Le chiot est en contact avec au moins deux types humains: homme & femme, homme é enfant, femme & enfant, etc.

1

4

La gentillesse des manipulations. On voit rapidement si l'éleveur prend soin avec amour des chiots ou si c'est pour lui une activité professionnelle. N'oublions pas que le chiot se nourrit d'amour autant que de compétence.

-

 

Manipulations gentilles, douces, sans crier.

2

 

Manipulations indifférentes.

1

 

Manipulations dures, rudes, en criant sur les chiots ou les autres chiens

0

5

La présence d'une pièce d'éveil. Ce peut être la présence de divers instruments d'enrichissement tels qu'une radio, des miroirs, des jouets d'enfants colorés et bruyants.

-

 

Une pièce d'éveil, ou la pièce d'élevage, propre, riche en jouets colorés, avec radio, surfaces variées au sol, riche en stimuli divers, miroirs, bruitages, ...

2

 

Il y a quelques jouets dans la pièce d'élevage

1

 

Absence de stimulations quelconques: les chiots sont sur le béton ou le linoléum, sans jouets, sans stimuli.

0

 

Total sur 10

 

 

Vous constatez que la présence d'un pedigree, de parents champions, n'a rien à voir avec notre petit test. C'est une faiblesse de cette évaluation, sans doute, mais je pense qu'avoir des parents illustres n'est pas un gage de qualité suffisant. Actuellement, il n'y a pas chez le chien, au contraire des bovins par exemple, de tests de qualité des parents, réalisés à partir de tests faits sur les enfants. La qualité de la descendance est la seule garantie de la qualité des parents.

 

L'observation de la chienne-mère.

La chienne a influencé ses chiots déjà pendant la grossesse. C'est aussi la première éducatrice. Evaluer la mère donne une première idée du comportement des chiots. Pour chacun des critères, vous pouvez donner 0, 1 ou 2.

 

1

La chienne est-elle une chienne de famille ou de chenil?

-

 

Famille

2

 

Chenil

0

 

Un peu des deux

1

2

La chienne de l'éleveur a-t-elle participé à des concours et quels ont été ses résultats? Suivant votre désir pour un chien esthétique (concours de beauté), de famille (obéissance), de sport (agility, pistage, rapport, chasse), de défense (mordant, défense).

-

 

Bons résultats

2

 

Absence de concours - mauvais résultats

0

3

La présence de la mère au milieu des chiots.

-

 

Absence

0

 

Présence occasionnelle

1

 

Présence quasi continue, ou à volonté

2

4

Il faut observer les comportements positifs de curiosité, de sociabilité, de tolérance, de contrôle de soi de la mère, ou les comportements négatifs comme des aboiements excessifs, des tentatives d'agression sur le visiteur, des comportements d'évitement et de cachette, indicatifs d'un déséquilibre émotionnel.

 
 

Mère craintive et asociale

0

 

mère sociable et contrôlée

2

5

Il faut tenter d'observer les comportements de soins aux chiots

-

 

Mère intolérante et évitante

0

 

Mère tolérante et soucieuse de ses chiots

2

6

L'observation de l'apprentissage du rituel de soumission et des autocontrôles. La mère peut être remplacée par un autre chien adulte bon éducateur. Il faut rester longtemps pour observer, sans intervenir, l'adulte apprendre au chiot la posture couchée et le contrôle de ses mouvements. Cela se fait par une morsure contrôlée au cou et à la face – l'adulte se mettant au-dessus du chiot comme pour l'écraser sous elle. Eventuellement, la mère se contente de grogner sur un chiot qui rentre le cou et se met en position accroupie

-

 

Observation correcte

2

 

Pas d'observation de cet apprentissage

0

7

Appréciation subjective de l'ambiance qui règne entre les chiots, leur mère et les éleveurs.

-

 

Ambiance froide

0

 

Ambiance chaleureuse

2

 

Total sur 10

 

Si un critère est absent ou n'est pas observable, vous donnez la valeur 0.
Le total de ce poste est de 10. A combien évaluez-vous la mère?

 

L'observation du père.

Il existe une certaine hérédité du tempérament et celui du père peut influencer celui de ses chiots. On observe la sociabilité, la tolérance à l'approche, au contact et aux caresses et la présence de toute forme d'agressivité. Le père n'est pas évalué, parce qu'il est rarement dans le même élevage. Dans ce cas, peut-être le futur acquéreur peut-il voir une vidéo du père?

 


Les multiples critères du choix d'un chiot.

Il y a une multitude de critères.

Le choix du sexe.
Le choix de l'esthétique.
Les tests de santé: à réaliser de toute façon par un(e) vétérinaire.
Les tests de comportement.

Le choix du sexe du chiot.

Mâle ou femelle?

Une meute de chiens est structurée, hiérarchisée et dirigée par un mâle dominant. C'est un système patriarcal. Les mâles sont souvent plus agressifs que les femelles.

Les hommes et les femmes n'ont pas toujours les mêmes moyens de communication, ni entre eux, ni avec les animaux. Les hommes rentrent plus facilement dans une relation hiérarchique d'autorité (entrant plus aisément dans un conflit musclé), les femmes tentent plus d'obtenir une relation intime (avec confidences et recherche d'un contact). C'est bien entendu un stéréotype fortement exagéré mais qui contient quelques éléments de vérité. Vous devriez donc choisir votre chien en fonction de votre personnalité et de votre sexe. Chez le chien, on retrouve quelque peu les mêmes tendances. C'est pourquoi nous conseillons à priori aux dames et aux personnes d'un tempérament moins autoritaire d'opter de préférence pour une chienne.

 

Le choix de l'esthétique.

Couleur de la robe? Esthétique?
Il vous appartient de choisir l'esthétique de votre choix. A quoi bon sélectionner le chiot parfait s'il ne vous plaît pas? Le coup de cœur est aussi nécessaire! Et si vous désirez le présenter en exposition, l'esthétique sera un des points fondamentaux.

 

Les tests de santé!

Faites un examen rapide :

  • des yeux : absence de rougeur et d'écoulements ;

  • des mâchoires : bonne coaptation des dents ;

  • de l'abdomen : pas de hernie à l'ombilic ;

  • des organes génitaux : présence des deux testicules chez le mâle ;

  • des organes urinaires : le gland du pénis doit pouvoir être visualisé sous peine de phimosis, le chiot ne doit pas perdre des gouttes d’urine de façon involontaire;

  • de la vitalité : le chiot doit être plein de vitalité, sauf s'il vient de se réveiller ou de manger.

Vous avez suivant les lois de chaque pays entre un et quelques jours pour présenter le chiot à un vétérinaire, afin de réaliser un examen de contrôle et déceler certains défauts. Il est conseillé de le faire rapidement avant de s’attacher au chiot. Il est plus difficile de rendre à l’éleveur un chiot avec lequel on a déjà créé un lien d’attachement. .

 


Les tests de comportement

Le test comportemental idéal, l'immersion en situations réelles, pour la sélection d'un chiot n’existe pas. Il nécessiterait l'accord de l'éleveur afin d'emporter (moyennant garantie) le chiot avec soi pendant un à deux jours pour le tester partout, en toutes situations, en ville et à la campagne, en famille et en rue, et déterminer s'il se comporte avec franchise et, surtout, s'il est capable d'apprendre, du moins d'apprendre ce que vous attendez de lui. Si vous désirez un chien qui aie du nez, il faut que le chiot montre déjà la tendance à flairer. Si vous désirez un chien de rapport, il faut qu’il ait tendance à prendre les objets en gueule et à vous les amener. Si vous désirez un chien avec du mordant, il faut que ce tempérament soit présent à l'âge du test, ... Mais c'est une quasi impossibilité.

Voici alors quelques tests que vous pouvez réaliser vous même avec facilité.

L’idéal est de voir le chiot d’abord au milieu de la portée, ensuite isolé du groupe.

Si le chiot vous est présenté isolé de son groupe, ce serait dommage parce que cette situation ferait perdre énormément de renseignements utiles.

Vous trouverez ci-après un test aisé à réaliser.

Il ne nécessite aucun outillage particulier: prévoyez juste votre trousseau de clés, un foulard que le chiot peut mettre en gueule ou une corde à nœuds, une petite balle colorée, c'est tout.

Vous vous dirigerez vers la portée des chiots, réaliserez quelques observations et manipulations. Ensuite vous pourrez isoler le chiot dans un endroit nouveau, si c'est possible, et réaliser à nouveau l'une ou l'autre observation.

 

L'approche de la portée.

Vous vous approchez de la portée, ou du chiot s’il est isolé, avec une marche normale et vous vous accroupissez à un mètre de lui, et vous émettez des appels à voix douce, l’encourageant à venir vers vous. Comment se comporte le chiot?

  1. Il est prudent, mais curieux et vient chez vous, avec une posture décontractée, la queue haute et frétillante: rien à signaler.

  2. Il court vers vous et saute sur vous, queue haute et frétillante, et mordille vos chaussures: chiot qui aura peut être plus tard des tendances dominantes

  3. Il court vers vous et empêche les autres chiots d'accéder à votre contact: chiot qui aura plus tard des tendances à agresser les autres chiens.

  4. Il est craintif et reste à distance, s'éloignant à votre approche, se mettant dans un coin, avec une posture basse, la queue basse: risque de phobie ou d'anxiété.

  5. Il est peu réactif et inexpressif: risque de dépression et d'absence d'attachement.

  6. Il est sans arrêt en mouvement, même pendant une demi heure à une heure d'affilée; il vient vers vous, va ailleurs, semble infatigable: chiot à tendances hyperactives.

Ma préférence irait au numéro:

  1. pour un chien de compagnie,

  2. pour un chien sportif et un maître masculin,

  3. pour un chien de garde, ou de professionnel,

  4. pour un chien exclusif qui sortira peu et ne s'attachera qu'à quelques personnes,

  5. pour les personnes âgées.

  6. pour un chien de sport, d'agility, un chien qui aura l'occasion de sortir plusieurs heures par jour.

N'hésitez pas à visiter les chiots plusieurs fois et noter les modifications de réaction. Si le chiot est fatigué, ou vient de manger, ou est affamé, son comportement peut être modifié!

Testez un chiot après l’autre et recommencez. Le test peut varier en fonction de l’imitation qu’un chiot peut faire des autres. Donnez à chacun toutes ses chances.

 

L'ordre hiérarchique du groupe de chiots?

Tant que vous êtes en présence du groupe de chiots, vous pouvez tenter de déterminer si il y a un ordre hiérarchique, en observant quel chiot attaque l'autre, lequel est toujours attaqué et tente de fuir, lequel emporte un biscuit (ou mieux, un os) que vous leur donnez (avec accord de l'éleveur).

Vous vous souviendrez que la hiérarchisation pour un aliment ou un objet est de

25% à l'âge de 5 semaines

50% à l'âge de 11 semaines

Ne vous attendez pas à découvrir une hiérarchisation complète des chiots avec un dominant, un dominé, et tout un enchaînement linéaire de chiots entre les deux.

Si un des chiots vous semble commander tous les autres, les agressant, contrôlant leurs déplacements, leur volant jouets et aliments, alors réfléchissez si vous devez ou non l’acquérir. Ce chiot a beaucoup d’affirmation de soi, il vous en faudra aussi beaucoup pour le guider et le maîtriser. C’est peut-être un chiot pour un propriétaire ou un éducateur qui a du savoir-faire.

 

Tests sensoriels.

1- Tact, toucher: caressez et grattez le chiot. Il devrait éprouver le plus grand plaisir. Pincez la peau gentiment et regardez les dents, il devrait accepter la manipulation sans cri (attention hypersensibilité à la douleur) et sans agressivité excessive.

 

2- Audition: en cachette du chiot (pour qu'il ne vous voie pas, et ne réagisse pas par la vue), agitez votre trousseau de clé, froissez un papier, faites un claquement de doigt: cela devrait intéresser le chiot.

L'absence de réaction doit faire suspecter un problème de surdité, ou de désintérêt, c'est à dire de dépression.

Une fuite, un échappement, doivent faire penser à un problème d'hypersensibilité au bruit, donc à une possibilité de phobie ou d'anxiété.

Un sursaut suivi d'une exploration est une réaction normale.

L'absence de sursaut avec une exploration du bruit est un signe de forte tolérance au bruit, probablement d'enrichissement psychomoteur dans le domaine auditif.

 

3- Audition (suite) : en cachette du chiot, claquez dans les mains, soudainement. Vous produisez un bruit plus violent. Ce test peut servir de test de tolérance et d'imprégnation au bruit, en somme un test de la peur du bruit.

Absence de réaction d’évitement, investigation du bruit : le chiot vient directement vers vous. C’est une réaction d’intérêt sans crainte.

Une méfiance suivie de curiosité est la réaction recherchée.

Un sursaut et une fuite, sans retour, est à éviter, le chiot risquerait de rester craintif face aux bruits urbains.

 

4- Vue: faites rouler une petite balle vivement colorée ou agitez un foulard coloré jaune, vert ou bleu (évitez le rouge puisque le chien est moins sensible aux couleurs rouges). Le mouvement devrait attirer l'attention du chiot.

 

Réaction d’inhibition au pincement contrôlé!

La maman apprend à ses chiots l’autocontrôle en les pinçant, en les mordant, au niveau de la nuque, des oreilles, de la face tout en se mettant au-dessus d’eux et en les forçant au coucher. Faites de même en pinçant le chiot au niveau de la joue ou des oreilles, ou en agrippant le nez entre vos doigts tout en les forçant à s’immobiliser et à se coucher. Comment réagit le chiot ?

  1. Le chiot crie, pousse un "kaï", s'immobilise, se couche tant que vous le tenez, s'ébroue et court après vous quand vous le lâchez: réaction espérée d'un chiot qui se contrôle correctement.

  2. Le chiot crie, se couche, reste immobile et ne vient pas derrière vous mais vous évite par après: réaction de crainte aux manipulations.

  3. Le chiot crie, se débat, n'accepte pas de se coucher, veut mordre en réaction, ensuite il bouge en tous sens de façon permanente: réaction d'absence d'autocontrôle, d'absence de tolérance aux manipulations d'inhibition par les adultes. Cette réaction est tolérée à 7 semaines et n'est plus acceptable après 3 mois.

  4. Le chiot crie, se débat, veut mordre, montre les dents, hurle, éventuellement urine, ensuite il reste à distance de vous. Cette réaction est fréquente chez les chiots anxieux et agressifs (agression par peur).

 

Réaction à la contrainte!

Voici un test important et très facile à réaliser. Il suffit de forcer le chiot «chien» en position de soumission, couché sur le dos, maintenu par la peau de la nuque, sans rien dire et sans caresser; vous pouvez "grogner" comme le ferait la chienne-mère. Comment réagit-il?

1- Il se tend, se débat, puis accepte la position : chiot normal et équilibré, recommandé pour une famille avec enfants.

2- Il se tend, se débat, mord, et n'accepte pas votre contrainte : attention à un risque de dominance!, chiot à réserver à un propriétaire strict.

3- Il se laisse faire sans tension : tendance à se soumettre, chiot recommandé pour des personnes âgées ou qui veulent gâter leur chien.

4- Il se débat, se tortille, mord, hurle, urine, défèque, les pupilles dilatées : réaction de peur et d'intolérance à la contrainte; attention, chien anxieux agressif.

Répétez ce test. Plus vous le répéterez, plus le chiot devrait vous faire confiance.

 

Test d'élévation!

Ce test ne donne aucune conclusion sur le statut hiérarchique du chien mais seulement sur sa tolérance à une certaine forme de manipulation: l'élévation. Vous prenez le chiot dans vos mains, dans vos bras, et vous le soulevez du sol. Comment réagit-il?

  1. Il accepte et se laisse aller, relâchant son tonus: réaction d'acceptation.

  2. Il se débat puis se détend après quelques dizaines de secondes: réaction normale.

  3. Il se débat et on ne peut le calmer, il est très tonique, mais sans aucune agressivité: réaction typique du chiot qui n'a pas acquis tous ses autocontrôles. Il peut encore les apprendre s'il a 7 semaines, il est urgent de les lui apprendre s'il a 3 mois.

  4. Il se débat violemment, veut mordre, hurle, et sa réaction, loin de se calmer, ne fait que s'amplifier si vous le maintenez en élévation: réaction d'intolérance, voire de crainte ou de peur à l'élévation. Chiot peu recommandé pour une famille avec enfants.

 

Test de mordant!

Provoquez le chiot avec un chiffon, une corde à nœuds, jusqu'à ce qu'il le prenne en bouche et tire:

  1. Il tire directement, grogne méchamment, retrousse les babines, présente une queue raide, refuse de lâcher: réaction excessive pour un bon chien de famille, trop d'ardeur à mordre, ce qui n'est compatible qu'avec un chien de travail éduqué par un professionnel.

  2. Il tire, grogne, mais sans retrousser les babines, et tout en agitant la queue, puis se désintéresse du jeu ou accepte que vous repreniez le chiffon: bonne réaction pour un chien de famille.

  3. Il renifle et/ou s'éloigne: bonne réaction pour un compagnon pour le troisième âge.

Répétez ce test si vous en avez l'occasion.

 

L'isolement d'un chiot.

L'isolement d'un chiot par rapport au groupe est révélateur de l'attachement qu'il a à ses frères et sœurs ou à sa mère. De même voyez si votre présence et votre comportement permet de calmer ses cris de détresse; si oui, c'est de bon augure pour un lien d'attachement avec vous.

Le chiot est isolé dans une pièce inconnue, avec vous et vos familiers.

  1. Le chiot va dans un coin, se couche, est indifférent: risque d'absence d'attachement et de dépression.

  2. Le chiot miaule, pleure, jappe et cherche à retrouver sa mère et la portée, sans s'occuper de vous. La valeur de ce test dépend de l'âge du chiot. A 5 semaines, le chiot est attiré par tout le monde. A partir de 7 semaines, il fait la différence et préfère sa mère ou ses frères et sœurs. Si vous parvenez à l'apaiser, c'est de bon augure pour un attachement futur avec vous.

  3. Le chiot jappe, aboie, hurle sa détresse; mais fuit absolument tout contact avec vous. Dans ce cas, je me poserais des questions sur son degré de socialisation. Un attachement peut se faire à long terme avec vous, mais pas toujours avec l'ensemble de l'humanité.

  4. Le chiot miaule et jappe un moment puis s'apaise à votre contact et vos paroles douces. Son attachement ne posera pas de problème.

 

Test de rapport d'objet!

Si, après avoir attiré l'attention du chiot avec un jouet adapté à son âge, vous lancez l'objet à un ou deux mètres de distance, que fait le chiot?

  1. Il court derrière l'objet, le prend en gueule et vient vers vous à votre appel: réaction espérée pour un futur chien de rapport.

  2. Il court derrière l'objet, l'explore, le prend en gueule puis l'abandonne: réaction partielle mais attendue d'un futur chien de rapport.

  3. Il commence par courir derrière l'objet puis abandonne: réaction qui manque d'intérêt. Ce chiot peut encore apprendre, mais il n'a peut-être pas le rapport dans sa personnalité.

  4. Le chiot n'a aucun intérêt pour l'objet, malgré qu'il ait bien vu qu'il était lancé à quelque distance: cette réaction peut nous faire avoir des doutes sur ses performances futures au rapport d'objet.

Il faut répéter ce test plusieurs fois, à des moments différents, parce qu'un chiot peut simplement être engourdi par un repas, ou un réveil pour répondre avec punch à votre test.

 

En fin de compte...

Un chiot équilibré devrait être curieux, un petit peu méfiant, disons réservé - ne pas se jeter dans les bras du premier venu - mais dépasser sa méfiance pour enquêter l'inconnu. Certains chiots sont téméraires, n'ont peur de rien, agissent avant de réfléchir. D'autres sont craintifs, refusent d'explorer, restant dans leur petit monde limité. Enfin il faut éviter de prendre des chiots qui présentent des manifestations de peur et d'agressivité non contrôlée, ils deviennent des chiens à problème.

 

Tableau récapitulatif des tests comportementaux chez le chiot.

 

1

Approche de la portée

Sociabilité

 

Chiot prudent, curieux, décontracté, queue frétillante

équilibre

 

Chiot actif, tonique, queue frétillante, mordille

tonus

 

Chiot actif, agresse les autres chiots

agressif

 

Chiot craintif, reste à distance, s'éloigne à votre approche, posture basse

craintif

 

Chiot peu réactif, inexpressif

hypotonique

 

Chiot sans arrêt en mouvement

hyperactif

     

2

Ordre hiérarchique

Ordre

 

Chiot qui prend tous les objets, sans être mis en dispute

dominant

 

Chiot qui perd tous les objets et abandonne sans conflit

soumis

 

Chiot qui gagne et perd alternativement

équilibre

     

3

Test auditif: agiter un trousseau de clé, claquer dans les mains

Tolérance

 

Absence totale de réaction

surdité

 

Fuite, échappement, maintien à distance

peureux

 

Sursaut suivi d'exploration

équilibre

 

Exploration du bruit, pas de sursaut

équilibre

     

4

Inhibition au pincement contrôlé de la face

Tolérance

 

Le chiot crie, s'immobilise, ensuite vient vers vous pour jouer

équilibre

 

Le chiot crie, s'immobilise, ensuite vous évite

craintif

 

Le chiot crie, se débat, veut mordre en réaction, ensuite il bouge en tous sens de façon permanente

hyperactif

 

Le chiot crie, se débat, veut mordre, montre les dents, hurle, éventuellement urine, ensuite il reste à distance de vous

peureux

     

5

Réaction à la contrainte

Tolérance

 

Il se tend, se débat, puis accepte la position 

équilibre

 

Il se tend, se débat, mord, et n'accepte pas votre contrainte 

dominance

 

Il se laisse faire sans tension 

soumis

 

Il se débat, se tortille, mord, hurle, urine, défèque, les pupilles dilatées : réaction de peur et d'intolérance à la contrainte

peureux

     

6

Test d'élévation

Tolérance

 

Il accepte et se laisse aller, relâchant son tonus

équilibre

 

Il se débat puis se détend après quelques dizaines de secondes

équilibre

 

Il se débat et on ne peut le calmer, il est très tonique, mais sans aucune agressivité

hyperactif

 

Il se débat violemment, veut mordre, hurle, et sa réaction, loin de se calmer, ne fait que s'amplifier si vous le maintenez en élévation

peureux

     

7

Test de mordant

Mordant

 

Il tire directement, grogne méchamment, retrousse les babines, présente une queue raide, refuse de lâcher

fort

 

Il tire, grogne, mais sans retrousser les babines, et tout en agitant la queue, puis se désintéresse du jeu ou accepte que vous repreniez le chiffon

équilibre

 

Il renifle et/ou s'éloigne

faible

     

8

Test d'isolement

 
 

Le chiot va dans un coin, se couche, est indifférent

distant

 

Le chiot miaule, pleure, jappe et cherche à retrouver sa mère et la portée, sans s'occuper de vous

craintif

 

Le chiot jappe, aboie, hurle sa détresse; mais fuit absolument tout contact avec vous

craintif

 

Le chiot miaule et jappe un moment puis s'apaise à votre contact et vos paroles douces

équilibre

     

9

Test de rapport d'objet

Rapport

 

Il court derrière l'objet, le prend en gueule et vient vers vous à votre appel

bon

 

Il court derrière l'objet, l'explore, le prend en gueule puis l'abandonne

correct

 

Il commence par courir derrière l'objet puis abandonne

insuffisant

 

Le chiot n'a aucun intérêt pour l'objet, malgré qu'il ait bien vu qu'il était lancé à quelque distance

absent

 


Dr Joël Dehasse
Médecin vétérinaire comportementaliste
www.joeldehasse.com