Un saloon, qui n'a rien à envier à celui des plus célèbres westerns, des écuries où les amateurs peuvent louer et choisir leurs montures,  un hôtel-dortoir pour 20 personnes, le prospectors office, le sheriff office, le gambler, la wells fargo, la western city bank, le trading post, le blacksmith, en été les tepees indiens et surtout de vrais cow-boys et des cow-girls.

 

Voilà ce qu'est Western City

 C'est dans un site de toute beauté, au lieu dit la lemmetrie, entre la Basilique de Chèvremont et les ruines du fort de Chaudfontaine qu'il y a 40 ans, en 1962, les choses ont commencé.

Voici l'histoire extraordinaire de la naissance d'un vrai village "de l'Ouest Américain".

Cette pancarte, un vieux corbillard, une mare d'eau "non potable" et de nombreuses affiches "Wanted", vous acceuilleront bientôt au Texas..... Chaudfantaine.

Entre la Basilique de Chèvremont et les ruines du vieux fort, Alexis Luthers, un ancien colonial, à cédé au désir de son fils..... Vivre au milieu des cow-boys.

Richard Luthers à 19 ans, à son retour d'Afrique, son père commença par lui offrir un cheval.  Pendant deux mois, ils ont parcouru 3000 kilomètres dans les Ardennes belges pour trouver un endroit idéal ou installer un ranch.

Ils le trouvèrent à Chaudfontaine!

Le site était si bien choisi que, avec l'appui de Charles Labalue et du Syndicat d'Initiative, les anciens coloniaux décidèrent de recréer tout un village de l'Ouest.

Il y aura donc la maison du sheriff, un saloon, un club privé, des écuries, un magasin, une sellerie et une forge.  Tous les locaux seront en planches.  Actuellement les travaux sont en cours de réalisation et la maison du sheriff sera bientôt terminèe.

L'ouverture officielle est prévue au mois d'août.

 

Etrangers, attention!  Ici s'arrête la civilisation;  vous êtes à Western city.

Ce samedi, Mr & Mme Luthers ont inauguré le "Western City".   A cette occasion, ils ont organisé une brillante réception où nous pûme rencontrer le Bourgmestre de Chaudfontaine, Mr Grisard de la Rochette, accompagné de deux échevins et des membres du Syndicat d'Initiative de la cité balnéaire.

"Western City",  cité cow-boys aux portes de Liège.

Initiative remarquable de Mr Luthers qui, pour réaliser le rêve de son épouse et de son fils, a construit ce merveilleux ranch de ses mains.  Et ceci dans le paysage abrupt et sauvage de la "lemmetrie" près de Chèvremont.

Cest le seul établissement de ce genre et Mr Grisard de la rochette en souligne d'ailleurs le caractère d'innovation et d'atraction touristique pour la cité de Chaudfontaine.

Déja, Mr Charles Labalue, le sympathique secrétaire du Syndicat d'Initiative, projette d'y construire les groupes qui visitent Chaudfontaine.

Déja des liègeois et des bruxellois y viennent faire du cheval "à la cow-boys", et se dépayser ainsi de la vie trépidante de la ville;  Et l'inauguration de "Western city" se termine sur un show typiquement Far West où nous vîment un terrible navajo, scalper un brigand que de bons cow boys viennent d'abattre, et un croque mort dont la dextérité à prendre les mesures d'un corps, égale celle des croque-mort de bande dessinée.

Vraiment, "Western City" promet d'être une belle réussite.

 

Nous sommes à une époque où les années passent tranquillement.

Richard séjourne aux U.S.A, il vit à King Ranch, dans les chevaux, les plaines, et les derniers saloons.

De retour en Belgique, il arpente les rues, affublé du Stetson, des jambières de peau, des bottes à talons taillés en biais et du ceinturon avec gaine de revolver.  La réaction de la population fut immédiate: "Dieu, il est devenu fou! il n'a pas su sortir de son enfance".  Ces gens soi-disant normaux ( par rapport à lui, évidemment ) ne pouvaient pas concevoir qu'un adulte joue sa vie.

Mais Richard ne prit nulle attention à ces sornettes, il enfonça plus encore son Stetson pour se donner l'air redoutable, et cacher la brume qui lui lavait les yeux, enfourchait sa monture et se fondait dans l'horizon.  Murmurant un refrain langoureux don't mots semblaient être coincés entre les dents comme s'ils étaient retenus dans la bouche avant d'éclater en un son grinçant; le dos voûté, les rênes hautes.

               

"Non, ce n'est pas un conte pour enfants, non, ce n'est pas naïf, puéril ou peut-être idiot, c'est toute l'évolution de la concrétisation d'un rêve et surement d'une vie réussie".

Ilfaut parfois beaucoup de volonté pour passer outre les discriminations, l'ironie, les moqueries des gens, mais la volontè de réussir un de ses buts a surpassé toutes ces futilités. Richard est maintenant propriétaire de "Western-City Chaudfontaine".

C'est un bel homme mesdames, il n'a certes pas l'air d'un demeuré!  Méfiez-vous maris !

Nous sommes déjà fin de l'année 1987, Richard décide de continuer à marcher sur la route de ses rêves, et c'est comme cela qu'il achete un manège sur les hauteurs de Trooz, "EL CORTIRO".  A partir de ce moment, il va devenir un maître de l'équitation espagnole, mais toujours le Stetson sur la tête.

                             

C'est en 1993, que Michel Dejardin et Nicole Taquet prennent la relève.

Client depuis plusieurs années, ils se sont laissés envoûter par l'ambiance et l'esprit westerniens.

Ils rénovent, et améliorent le ranch, par la construction et l'aménagement des stalles, des écuries, de la terrasse, d'une piste extérieure, etc...

L'hôtel peut héberger les cavaliers, ils peuvent se restaurer, et faire un petit tour au "Country Shop".

Mais "Calamity Jane", alias Nicole a la tête pleine de projets, pour faire de Western-City, un endroit de loisir à part entière.

Une nouvelle équipe de Westerners anime avec passion, et beaucoup de talent, ce petit bout de l'Ouest.

Tous les dimanches, de juin à fin septembre, ils replongent les spectateurs dans cette ambiance toute particulière, et si typique.  Rien de tel cependant qu'une journée passée en famille, pour y découvrir le charme de cet endroit, où il vous est loissible, de faire une balade, une randonnée ou un stage équestre.  Y organiser des fêtes ( mariages, communions, anniversaires, barbecues, etc...).