WWW.PRODPART.COM | Inscription gratuite | Nos partenaires | Nos produits | Nous écrire | Forum | Les archives    
Services PRODPART
Archives 2007
Les archives
  ANNEE 2007
Les liens
Presse
 
Prodpart 2007
   Informations générales

(Expérience Professionnelle)

Présentation : PRODPART (PRODuction et PARTenariat) est une structure appelée à devenir une Coopérative de développement associant producteurs, distributeurs, acheteurs de divers biens et services dans un esprit ...

Les Objectifs : ...

Tel : (32) (0485) 40.45.42 ou Kinshasa (243) 998.06.90.73

Email : Gerembaya@prodpart.com


Société Lengo-DIA-NDINGA & Fils : Spécialisée en importations diverses, Société - mère : LEDYA s.p.r.l avec siège social au numéro 17, avenue de forgeron, quartier Funa, Commune de Limeté, à Kinshasa http://www.groupe-ledya.com
  Dernières nouvelles

  Vendredi 22 Fevrier 2008
AT/ Kinshasa – Paris
T/ Controverse autour de la visite officielle prochaine du Président Congolais Joseph KABILA en France


Par Ku MESO, journaliste Indépendant



La visite officielle prochaine du Président de la République Démocratique du Congo (RDC) en France confirmée récemment par la visite-éclair du Ministre français des Affaires étrangères, Mr KOUCHNER, à Kinshasa, suscite, de grandes inquiétudes dans les milieux politiques de la capitale congolaise quant à la qualité d’experts congolais.

En effet, les grosses inquiétudes des politiciens Congolais tournent autour des experts appelés à négocier avec leurs collègues Français en matière de relations de coopération bilatérale multiforme entre les deux grands pays francophones du monde.

On craint que les néophytes congolais du clan de KABILA se retrouvent démunis en face des français rodés sur les différents sujets variés prévus à l’ordre du jour uniquement pour voyager et toucher des frais de mission sans pour autant défendre valablement les intérêts supérieurs de la nation congolaise.

La constitution de la forte délégation congolaise dans la suite du Président Congolais devrait tenir compte des inquiétudes des uns et des autres en vue de mieux défendre les intérêts bien compris de la République.



Les FDLR risqueraient d’embraser de nouveau l’Est de la RDC

Par Fortunat KABEYA,
Journaliste à l’ACP,


Après la signature de l’Acte d’engagement entre le gouvernement de la République Démocratique du Congo (RDC), la Société Civile et les groupes armés dont celui du général rebelle Laurent KUNDA BATWARE, l’opinion publique congolaise est tellement préoccupée par le sort réservé aux Forces Démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR).

Les FDRL, qui ont investi l’Est de la RDC au Nord-Kivu et au Sud-Kivu depuis 14 ans, refusent de rentrer chez elles au Rwanda, leur pays d’origine, mains et poings liés face aux « guillotines » de Kigali avec comme conséquences fâcheuses l’embrasement de nouveau de ces deux provinces meurtries pendant plusieurs années des guerres d’agression ou de libération.

Elles (FDRL) demandent seulement des garanties de la part de la communauté internationale de Kigali et de Kinshasa notamment, dans le cadre d’une conférence régionale consacrée à leurs problèmes.




  Informations générales
  QUI SOMMES NOUS ?

Présentation : PRODPART (PRODuction et PARTenariat) est une structure appelée à devenir une Coopérative de développement associant producteurs, distributeurs, acheteurs de divers biens et services dans un esprit de partenariat actif, conciliant intérêts réciproques et profits mutuels. Le choix porté sur la forme coopérative est l'expression de la volonté commune de l'initiateur et des partenaires de Prodpart de développer une synergie progressive entre les différents producteurs et les diverses associations, firmes, entreprises, sociétés ou personnes physiques désireuses d'offrir soit un bien, soit un service, ou voulant satisfaire un besoin économique, matériel et social. C'est donc un carrefour où vont se connecter les offres et les demandes à destination de Kinshasa, en République Démocratique du Congo ou au départ de cette ville et de ce pays. Le projet définitif de la Coopérative proprement dite, fera l'objet d'une présentation ultérieure.Au stade actuel, il est question de se servir de ce site www.prodpart.com comme une plate-forme ou un support de rapprochement. Nous demandons donc aux différents groupements, clubs, associations, entreprises de prendre ce site comme une vitrine et de s'inscrire gratuitement, en précisant ce que vous cherchez et ce que vous offrez (rubrique : INSCRIPTION). La présence sur ce site offrira l'opportunité de se faire remarquer par d'autres partenaires. Mais dès maintenant, les premiers mouvements d'échange peuvent déjà s'effectuer.Prodpart se veut donc une organisation d'encouragement invitant, les associations, les producteurs de services et biens, quelque soit leur branche ou secteur d'activités, à se regrouper. Cette incitation à la complémentarité avec l'appui du partenariat interne et externe va permettre d'assurer une meilleure croissance de la production et des activités.Au lieu d'une coopérative du genre clé en main ou prêt à porter, nous avons opté pour la construction graduelle d'une coopérative participative, dans laquelle les intéressés viendront au fur et à mesure de diverses catégories socio-professionnelles afin de favoriser cette synergie engendrée par la base. Néanmoins, nous veillerons à ce que " l'exigence de rentabilité et de rationalité " s'affirme dans le fonctionnement de la structure pour l'intérêt de tous.Si le Congo (RDC) fut naguère un grand producteur et un remarquable exportateur de matières premières minières et agricoles, c'est en partie grâce à des structures organisées en amont et en aval. Dès lors, ni l'improvisation, ni l'individualisme qui caractérisent aujourd'hui les pratiques dans les domaines de l'agriculture, de l'économie, et du commerce ne pourront garantir l'élan vers le développement tant souhaité.D'autre part, l'apport de la technologie (Informatique, Internet) est dorénavant, fondamental.
L'information et la communication constituent en effet un support essentiel pour rapprocher les uns des autres, c'est à dire l'offre de la demande. Mais par dessus tout, nous pensons que l'homme reste le premier capital. C'est donc à lui que revient le choix de son engagement, ainsi que la décision de contribuer à la réalisation de ses desseins. Malheureusement, très souvent, par manque d'information et de volonté, un éleveur de bétail ne sait pas acheminer son produit au marché pendant que son voisin dispose d'un camion. Pourtant, un simple arrangement aurait servi les intérêts des deux parties.
Des jeunes qui cherchent un ordinateur à bon marché mais d'excellente qualité pour concrétiser un projet de développement auraient besoin d'un simple contact avec un partenaire à l'étranger qui est disponible et qui pourrait les aider à réaliser ce rêve. Deux exemples qui témoignent de ce manque de complémentarité. Tout part de ces petits gestes, que Prodpart devra multiplier pour dynamiser la coopérative de développement, en servant d'interface, de plate-forme et de carrefour entre l'offre et la demande.Pour mieux s'adapter à leur environnement, mais aussi par instinct de survie, nos ancêtres (encore aujourd'hui dans certains milieux), pratiquaient le commerce de " troc ". Celui qui possédait du manioc l'échangeait avec celui qui avait de la viande. Un exemple, parmi tant d'autres, illustrant l'utilité de la complémentarité que veut recréer, renforcer et étendre Prodpart.
Dans un pays comme le Congo (RDC), grand, potentiellement riche mais souffrant du tarissement de crédit adapté à l'environnement et aggravé par la faiblesse des structures d'appui, il nous revient de prendre le chemin le plus simple, celui de la complémentarité et du regroupement. Le partenariat réduit les distances et les difficultés tout en permettant de canaliser et d'économiser les efforts. C'est une nouvelle manière de favoriser l'émergence d'une nouvelle mentalité.
Dans de nombreux pays dits développés, les coopératives ont largement contribué au sursaut socio-économique car les acteurs de la base ont apporté leur dynamique, leur savoir faire et leur sensibilité. Ainsi, la synergie, l'exigence de la complémentarité seront au service de la production pour le bien de diverses populations. Distribuer à ceux qui en ont besoin tout en cherchant à rentabiliser les efforts de tous. Les partenaires à l'étranger aussi bien que les opérateurs nationaux et locaux trouveront leurs intérêts parmi les associations organisées, structurées, disciplinées et productives. De cette façon, la nouvelle mentalité s'affirmera.
Nous avons presque tous, des objets, du matériel rangés dans un coin que nous n'utilisons pas. Pourquoi ne pas les remettre à une association qui en a besoin ? Les donations en faveur de Prodpart ou en faveur d'un autre opérateur inscrit sur ce site sont les bienvenues.

 


  QUELS SONT NOS OBJECTIFS ?


Objectifs : Encourager le regroupement entre producteurs, entre divers opérateurs au Congo
Créer une synergie, favoriser une complémentarité entre différents acteurs de développement
Favoriser le partenariat entre les associations, les groupements de producteurs locaux avec d'autres associations et partenaires à l'étranger
Créer une coopérative de développement et d'épargne au Congo (RDC) pour permettre à ses membres, de développer leurs propres activités avec l'éventualité d'acquérir divers matériels d'équipement
Contribuer à favoriser l'acquisition de matériels informatiques d'occasion à bon marché, mais d'excellente qualité afin de dynamiser le secteur de l'informatique et de la communication.

 

  JEAN-PIERRE GEREMBAYA

Promoteur du projet " Prodpart " : Gerembaya Ngogbe Jean-Pierre

Expérience professionnelle :

  • 1984 - 1995 Cofondateur, Administrateur Inspecteur Général de la SOZAL (Société Zaïroise de Loterie - PMU)
  • 1995 Président Directeur Général de ZACOOP (Zaïre Coopération)
  • 1998 - 2000 Formation en informatique

 

Distinctions honorifiques :

  • Médaille de mérite civique
  • Chevalier de l'ordre national du Léopard

De nombreux voyages à l'étranger et des missions dans toutes les provinces du Congo.

Tel : (32) (0497).14.66.40

Email : Gerembaya@prodpart.com


  Compte rendu de la conférence - débat sur " le Microcrédit et Développement ".

 KINSHASA, 21 Décembre 2005

 

Le PDG Jean Pierre GEREMBAYA et le Pr Claude SUMATA (Université de Londres) ont animé au Grand Hôtel de Kinshasa une Conférence - débat sur " le Microcrédit et Développement ".

Le Président Directeur Général de " La Commerciale de Distribution " (CODIS SPRL), M. Jean Pierre GEREMBAYA et le Professeur et Chercheur Claude SUMATA de l'Université de Londres ont animé conjointement le 09 décembre 2005 une conférence-débat au Grand Hôtel de Kinshasa sur le " Microcrédit et Développement " à laquelle ont participé (plus ou moins 150 personnes), des représentants de différents ministères ( Finances, Plan, Industries, Intérieur), des organismes nationaux et internationaux, des hommes d'affaires, des membres de la société civile, de l'intelligentsia, des étudiants, des différents producteurs et des journalistes (une trentaine).


Les deux orateurs, sous forme de " regards croisés ", ont évoqué respectivement " l'Expérience locale " (GEREMBAYA) et " l'analyse d'un économiste et chercheur " (SUMATA) en matière de microcrédit et de microfinance dans le cadre de l'Année Internationale de Microcrédit 2005.

1. L'expérience locale PP MICROCREDIT

Pour réduire le cercle vicieux de la pauvreté des populations actives, la CODIS SPRL a mis sur pied à Kinshasa - MALUKU, le projet PP Microcrédit, a dit M GEREMBAYA dans le but de l'évacuation des produits vers des lieux de consommation, de l'octroi des crédits. CODIS s'occupe également de l'équipement des opérateurs économiques en matériel de communication. Tout octroi d'un prêt est garanti par une association ou une ONG comme garde fou. Ce prêt doit être accompagner de mesures d'encadrement et de suivi, a t-il relevé.


JP GEREMBAYA plus pragmatique a également annoncé à l'opinion tant nationale qu'internationale la réalisation prochaine d'un documentaire sur les différents services de microcrédit (informel et formel) avec le concours des sponsors privés et de différentes chaînes de télévisions locales et étrangères .


Après avoir demandé aux autorités politiques et bancaires un assouplissement des conditions d'agrément des Entreprises de microcredit, il a proposé un cadre de rencontre avec les décideurs, les Congolais de la Diaspora, les associations et ONG locales et internationales afin de favoriser une synergie de développement. GEREMBAYA a, en outre , rappelé " qu'une grande partie de nos populations ne se souvient plus de l'exercice, dans le pays, des institutions de crédit et d'épargne en dehors de ce qui se pratique dans l'informel ".


Il a enfin lancé un appel pressant à la société civile active pour se prendre en charge, en concrétisant les actions de développement sur le terrain.

2.Transfert de fonds et microfinance

De son côté, le Professeur SUMATA, avec son flegme tout à fait britannique, a déclaré que l'accès aux services financiers est " indispensable " pour la consolidation du tissu de Petites Entreprises privées, capables de créer des emplois et permettant d'augmenter des revenus des individus.


Dans ce cadre, il a rappelé que les transferts de fonds peuvent être des sources de financement non négligeables de l'entrepreneuriat pour de nombreuses personnes exclues de la finance formelle tout en indiquant que les remises de fonds représentent environ deux cents milliards de dollars américains et le défi pour les gouvernements des pays en développement est d'orienter le système financier formel en vue d'assurer l'accès aux services à un plus grand nombre d'agents. De ce point de vue, " une coopération étroite entre les services publiques et privés s'impose pour canaliser ces remises de fonds en vue de jouer le rôle d'intermédiation financière ".


Cette conférence - débat a suscité un intérêt certain parmi près de 150 participants. Le Salon Lubumbashi de Grand Hôtel de Kinshasa (GHK) était noir de monde. Par manque de places assises, plusieurs personnes étaient débout.


Cela n'a pas empêché M KAWATA SEFU Coordonnateur national de " MIDA " de révéler que les Congolais de la Diaspora ont transféré en RDC au pays en 2004, une somme estimée à quatre milliards de dollars américains. L'essentiel consiste à canaliser les capitaux de la Diaspora.


Certains participants ne sont pas passés par quatre chemins. Ils ont sollicité sur le champ des crédits à la CODIS SPRL pour relancer leurs activités en matière de productions et services. Les autres ont félicité les organisateurs en souhaitant le renouvellement de l'initiative d'une conférence -débat sur le microcrédit et la microfinance.

La presse a salué le succès " éclatant " de la conférence sur le microcrédit et le développement :

" POUR L'ASSOUPPLISSEMENT DES CONDITIONS D'AGREMENT DES ENTREPRISES DE MICROCREDIT "
- L'Agence Congolaise de Presse (ACP) du 12 décembre 05, presse officielle titre

" Conférence-débat au GHK sur le MICROCREDIT et DEVELOPPEMENT. JP GEREMBAYA et Claude SUMATA interpellent le Gouvernement Congolais "
- La Tempête des Tropiques, journal Indépendant d'Informations générale, du 12 décembre 05

" Des pesanteurs au développement du Microcrédit en RDCongo"
- Le Potentiel, quotidien du 12 décembre 05

" Microcrédit et Développement . Pour redonner une confiance économique à la population et assurer l'engagement de l'Etat "
- Le PHARE du mardi 13 décembre 05

" Finances. Lutte contre la pauvreté. Le Microcrédit s'affiche comme alternative au programme de développement "
- Le Révélateur, bi - hebdomadaire d'Informations générales du mardi 13 décembre 05

" Vendredi 09 décembre au salon LUBUMBASHI du Grand Hôtel de Kinshasa. Microcrédit et Développement au centre d'une conférence ".
- La Référence plus, Quotidien d'Informations générales du lundi 12 décembre


Par Fortunat KABEYA,

Journaliste à l'Agence Congolaise
de Presse (ACP).

 

 
  Publicité
 
 
PUB de partenaires