Les poches :

 
   
Le menu :
Photo :
   

 

Poches

Le panthographe (poche 5)

Dès la création du tire-bouchon, l’homme s’est très vite intéressé au modèle de poche. Il est vrai que le tire-bouchon en "T" était peu pratique car encombrant dans un habit et dès lors, très dangereux. Il fallut donc résoudre deux problèmes :

a) éviter toute blessure souvent provoquée par une mèche non protégée.

b) Il faut également diminuer la taille du tire-bouchon tout en lui gardant son efficacité.

Les premiers modèles (XVIIe siècle) avaient reçu un manche protecteur (voir photo) et ils possédaient un anneau pour pouvoir offrir la prise à un doigt.

Imaginez-vous en train d’essayer d’extraire un bouchon de liège, bien serré dans le goulot de la bouteille, avec un seul doigt…c’est une opération pratiquement impossible.

Ce type de tire-bouchon, de petite dimension, a donc été conçu essentiellement pour des bouchons de fioles de médicaments ou des flacons de parfums.

Plus tard, l’anneau servira à recevoir le manchon protecteur qui fera office de poignée. Grâce à cette modification, la force de traction est retrouvée.

Au XVIIIe siècle, en Angleterre fut conçu un tire-bouchon extraordinaire d’ingéniosité et d’esthétique. Le "peg and worm" (voir photo) littéralement "goupille et mèche" ou "tire-bouchon serpentin" qui était si surprenant qu’en 1973, la Wine Review publiée par Christie’s écrivit pour le décrire : "Un tire-bouchon de voyage en acier dont la poignée adopte le profil d’une tige de métal effilée et qui vient se loger dans le prolongement annulaire de la mèche".

Plus tard, vers la fin du XVIIIe siècle, le tire-bouchon pliant apparu rendant ainsi la mèche amovible. Le principe est simple, un anneau faisant office de manche reçoit une mèche pivotante qui peut être repliée à l’intérieur de celui-ci lors de la non utilisation du tire-bouchon. Le tire-bouchon en "harpe" ( voir photo) est plus commun que le peg and worm.

En 1855, Lund breveta un tire-bouchon "barillet" qui protégeait la mèche et le fût. Pour libérer celle-ci on séparait les deux parties du barillet pour finalement coincer la mèche au remontage de ce dernier (voir photo).

A la fin du XIXe siècle, Williamson créa des variantes des modèles à barillet comme par exemple : la bouteille (voir photo) et la balle de fusil (voir photo).

En Allemagne, Hollweg réalisa en 1891 le "pantographe" dont la poignée repliée, protège la mèche. Plus connues encore, les "jambes de dames" (ladie’s legs) en celluloïd par Graef et Schmidt.

Citons également la bouteille portant la publicité d’un grand producteur de champagne "Moët et Chandon" créée par le français G.C.Pouzet (voir photo).

En 1910, l’américain Williamson Rockwell Clough déposa un brevet pour un tire-bouchon réalisé à partir d’un simple fil d’acier. Le brevet concernait essentiellement l’étui protecteur qui était en bois ou en acier (voir photo).

Voici un résumé de quelques créations mais il en existe beaucoup d’autres…

A vous de les découvrir.

 

 
   
Editeur : Nigiro
Webmaster : t@rpan
Copyright © All right reserved