Les éjecteurs :

 
   
Le menu :
 
   

 

Ejecteurs

C’est dans les années ’60 qu’apparurent les premiers tire-bouchons à éjection.

L’idée, apparemment originale, était d’extraire le bouchon de liège du goulot de la bouteille en injectant un gaz entre le liège et le liquide.

Il faut pour cela, enfoncer un aiguille creuse et plus longue que le bouchon pour pouvoir transpercer ce dernier.

L’opération est délicate car certains bouchons sont extrêmement durs et longs et l’effort exercé pour enfoncer l’aiguille est important…vous risquez ainsi de déstabiliser la bouteille et même de briser l’aiguille et de vous blesser sérieusement.

Mais il y a plus grave encore car c’est au moment de l’extraction et par conséquent lors de l’injection du gaz que le plus grand nombre d’accidents a été enregistré. En effet les goulots de bouteilles n’ont pas été étudiés pour supporter une telle pression et pouvaient, à tout moment, exploser et envoyer des bris de verre sur l’opérateur et ses convives.

La pression entre le liquide et le bouchon doit être extrêmement élevée pour pouvoir déloger le bouchon du goulot.

On peut classer les éjecteurs en deux catégories : les éjecteurs au gaz (par l’insertion, dans le tire-bouchon, d’une cartouche remplie de gaz neutre) et les éjecteurs à pompe qui fonctionnent sur le principe d’une pompe à vélo. C’est l’opérateur qui injecte l’air dans l’espace laissé entre le vin et le bouchon en effectuant un mouvement de va et vient sur la poignée.

Dès les années ’70 la popularité des éjecteurs déclina rapidement jusqu’à presque disparaître.

Le "Corky" est sans doute un des modèles les plus populaires réalisé en 1964 en Suisse et des copies de cet exemplaire se fabriquent toujours de nos jours (voir photo).

Vous pourrez compléter vos informations en cliquant sur le magnifique site de www.bullworks.net.

 

 
   
Editeur : Nigiro
Webmaster : t@rpan
Copyright © All right reserved