Les crémaillères:

 
   
Le menu :
Photo :
   

 

Crémaillères

Plus communément appelés " à pignon et crémaillère" ou "rack and pinion", ces tire-bouchons sont assez rares et très recherchés des collectionneurs.

C'est en Italie que l'on trouve les plus anciens modèles munis d'une crémaillère actionnée par une petite poignée en "T", cette dernière tournant comme une petite clé pour tendre le ressort des vieux jouets et permettant ainsi d'effectuer l'extraction plus aisée du bouchon. Les premiers spécimens sont pourvus d'une crémaillère plate et qui sera, plus tard, remplacée par une tige ronde munie d'anneaux coaxiaux.

"Types de Crémaillères"
De gauche à droite :
1. Crémaillère plate prête à recevoir une roue crantée sur laquelle est fixée la poignée extractrice.
2. Axe cylindrique creux recevant une crémaillère plate dans lequel se loge une tige/liaison entre la poignée et la mèche.
3. Crémaillère ronde et pleine à anneaux coaxiaux.

Les exemplaires anglais appelés " King's screw" datent de la première moitié du XIXe siècle. Ils avaient, généralement, une cloche ouverte à deux ou quatre colonnes qui sera plus tard remplacée par une cloche fermée en laiton et parfois décorée d'un blason avec le lion et la licorne avec comme devise "NE PLUS ULTRA" ou "DIEU ET MON DROIT".

A noter que ces cloches sont semblables aux cloches des tire-bouchons anglais du type Thomason (voir Les doubles vis).

Un modèle extrêmement rare et superbe, possédant une cloche ouverte à deux colonnes a été breveté par Thomas Lund, de Londres en 1835. Ce modèle a la particularité d'avoir, à la base de la cloche, des lamelles d'acier qui enserrent le col de la bouteille et qui assurent ainsi la stabilité de l'ensemble lors des opérations d'insertion et d'extraction du bouchon.

"Attrape goulot"
De gauche à droite :
1. Base du Lund's Patent London Rack avec les lamelles d'acier qui permettent d'agripper le col de la bouteille (1839).
2. Base du London J. D. Patent. Modèle plus courant en Belgique. (voir modèle J. D. Patent sans "l'attrape goulot").

A noter qu'il existe un modèle marqué "London J.D. Patent" ressemblant étrangement au modèle de Lund (la cloche est pourvue ou non de lamelles d'acier à sa base). C'est un modèle que nous pouvons trouver plus facilement en Belgique (voir photo). Je n'ai aucun renseignement quant à la date de dépôt du brevet.

A partir de la seconde moitié du XIXe siècle et au début du XXe, les fabricants réalisèrent des tire-bouchons moins luxueux et dès lors plus économiques. Pour ce faire on revient à la cloche ouverte à deux colonnes et c'est en France que ce type de modèle fut le plus fabriqué et notamment par la firme Pérille. En avril 1876, Jacques Pérille de Paris breveta un tire-bouchon à pignon et crémaillère dont la caractéristique est d'être de petite dimension (voir photo).Le "Crémaillère" est le nom que porte le modèle manufacturé jusqu'en 1928 par la firme Pérille.

Il est difficile d'énumérer tous les modèles à crémaillères et ceci est d'ailleurs valable pour toutes les rubriques. Si vous souhaitez compléter vos informations et investiguer plus loin, je vous conseille de cliquer sur la rubrique Bibliographie.


 

 
   
Editeur : Nigiro
Webmaster : t@rpan
Copyright © All right reserved