Georges Rodenbach
Deux chefs-d'oeuvre en résumé...












Bruges-la-Morte, Texte intégralBruges-la-Morte


Hugues Viane, homme faible et névrosé, veuf inconsolable, s'est fixé au Quai du Rosaire à Bruges. Il y mène avec Barbe, sa pieuse servante, une vie calme et retirée, cultivant soigneusement sa douleur et ses souvenirs. Ce n'est pas au hasard qu'il a choisi Bruges. Personnage principal et omniprésent, la ville s'associe à son chagrin, s'assimile même à l'épouse morte.
Un soir, cependant, en sortant de Notre-Dame, Hugues rencontre une jeune femme inconnue dont la ressemblance avec la défunte est sidérante. Il la poursuit jusqu'au Théâtre. Il découvre que Jane Scott fait partie de la troupe qui joue Robert le Diable.
Hugues Viane, tentant de retrouver en l'actrice le souvenir de celle qu'il a perdue, devient son amant. La ville austère lui reproche sa liaison...





Le Carillonneur


Joris Borluut, architecte de la ville de Bruges, qu'il veut transformer en Porte de l'Art et but de pèlerinage pour l'élite de l'humanité, est élu carillonneur après un brillant concours. Peu après, emporté par le désir, il épouse la sensuelle Barbe, fille de son ami l'antiquaire Van Hulle, mais, déçu par le caractère violent de celle-ci, il noue une relation avec la sœur de son épouse, la douce et mystique Godelieve.
Impliqué dans la rénovation de la Bruges médiévale, une querelle éclate entre lui, le défenseur des valeurs esthétiques de la ville, et ceux qui, plus pragmatiques, désirent sa renaissance économique par la création de Bruges-Port-de-mer...





page précédente début de page le sommaire accueil page suivante