ACATENANGO (alt. 3976 m.) & FUEGO (alt. 3763 m.)

FUEGO

Numéro dans le catalogue du G.V.P.: 1402-09
Type volcanique: stratovolcan
Status: activité historique
Dernière éruption en date: 2005 (actuel)
Altitude du sommet: 3763 m.
Latitude: 14.473° N
Longitude: 90.880° O


Le volcan Fuego, ce qui signifie "feu" en espagnol, est l'un des volcans d'Amérique centrale les plus actifs. Ses pentes raides surplombent l'ancienne capitale du Guatemala, Antigua et la commune d'Alotenango. L'escarpement d'un ancien édifice, appelé Meseta, s'étend entre le Fuego, haut de 3763 mètres, et son volcan jumeau situé au nord, l'Acatenango qui s'élève à 3976 mètres. L'effondrement de l'ancien volcan Meseta il y a environ 8500 ans a produit le gigantesque dépôt de débris d'avalanche "Escuintla" qui s'étend sur 50 km par-dessus la plaine côtière Pacifique. L'édification du cône moderne du Fuego a suivi cet évènement en induisant la migration vers le sud de l'activité volcanique qui commença à l'Acatenango. Au contraire du volcan Acatenango, caractérisé essentiellement par une activité andésitique, les éruptions du Fuego sont devenues de plus en plus basaltiques avec le temps et la plupart des éruptions historiques ont émis des matériaux basaltiques. De fréquentes éruptions violentes ont été rapportées depuis le début de la colonisation espagnole dans ce pays, en 1524, et ont généré d'importantes chutes de cendre, comme en 1973-1974 et 1978, accompagnées occasionnellement de coulées pyroclastiques et de coulées de lave, comme notamment en 1971.


Acatenango (27 novembre 2004)
 

Pour pouvoir observer le volcan Fuego et son activité, je suis monté au sommet du volcan Acatenango en compagnie d'un guide local. L'ascension a duré 4 heures jusqu'au sommet du pic Yepocapa (± 3600 m. d'altitude). Ensuite, il a fallu monter environ une heure avant d'atteindre finalement le sommet de l'Acatenango à 3976 mètres d'altitude. Le dernier tiers de l'ascension est assez rude étant donné que la pente est inclinée (ressemblant d'ailleurs à celle du cône terminal du Pacaya) et que l'on marche dans la cendre et les blocs de scorie instables. Par ailleurs, la diminution de l'oxygène liée à l'altitude augmente la sensation de manque d'air. En descendant le col qui sépare le Pic Yepocapa du Pic Acatenango, on observe bien, sur la gauche, les trois cratères emboîtés récents, alignés N-S, de l'Acatenango (éruption de 1940 et activité fumerollienne de 1972). Il n'y a plus aucune activité fumerollienne au niveau de ces cratères. L'ultime montée abrupte sur le cône terminal du volcan vers le sommet de l'Acatenango est pénible mais l'arrivée au sommet récompense de tous ses efforts. On débouche sur le bord ouest d'une grande dépression peu profonde (ancien cratère ou dépression liée à l'érosion ?) qu'on suit en direction du volcan Fuego. Au SSO,on atteint un secteur d'où l'on peut admirablement bien observer le sommet du volcan Fuego, toujours bien actif et distant d'environ 3 km. Muni d'une paire de jumelles, j'ai constaté que le cratère était comblé par un petit dôme de lave sombre (protusion de basalte andésitique ?) dégazant assez faiblement. Le dégazage le plus intense se produisait au niveau de la jointure entre le petit dôme / galette de lave et le cratère. Aucune activité n'y a été observé pendant l'heure de ma présence. Certaines personnes montées quelques jours avant moi m'ont rapporté que, pendant la nuit, ils avaient pu percevoir l'incandescence au niveau du dôme de lave. J'ai effectué le tour complet de la dépression sommitale (sens O-S-E-N) afin d'atteindre le sommet de ce splendide volcan. De violentes rafales de vent sec et froid me glaçaient par intermittence les doigts. J'appréciais avec intensité et volupté ces instants de quiétude où j'étais seul sur le cratère. A mes pieds se déroulait un paysage extraordinaire. Du côté est, le volcan Agua dresse son cône quasi parfait au-dessus de la ville d'Antigua. Malheureusement, de grandes antennes, édifiées récemment au sommet de ce volcan, gâchent quelque peu la nature originelle du paysage. A l'ouest, on distingue bien les cônes des volcans surplombant le lac Atitlan, surtout les plus élevés que sont l'Atitlan et le Toliman. Plus loin encore, lorsque la couverture nuageuse s'estompait, on discernait parfaitement le cône pointu du volcan Santa Maria. Le repas, même frugal, consommé sur le flanc sud du Pic Yepocapa en compagnie d'une famille guatémaltèque [le père amenant ses 5 enfants adolescents au sommet de l'Acatenango] - m'a enchanté. C'était véritablement très plaisant de pouvoir converser avec ces gens simples et très chaleureux. Après une courte sieste, nous sommes redescendus par le flanc nord de l'Acatenango afin de rejoindre le minibus qui nous attendait à La Finca "La Soledad". On chemine d'abord dans une zone de végétation herbacée sèche faite de fougères et d'arbres épars, brûlés par des incendies de forêt récents, puis on entre dans l'épaisse forêt humide couvrant la partie intermédiaire des flancs du volcan. La végétation y est luxuriante et inclut notamment des bambous et autres hauts arbres recouverts de mousse. De temps à autre, on observe des plantes herbacées (opiacées) à fleurs rouges et orangées. La partie la plus basse du cône est couverte de plantations (mais, bananiers, fleurs, etc...). Nous atteignons finalement le véhicule vers 17h et, à 18h, nous arrivons à Antigua Guatemala d'où nous sommes partis 13 heures plus tôt.


La finca "La Soledad", point de départ de l'ascension de l'Acatenango, est situé sur le versant nord de ce volcan à l'altitude de ± 2450 mètres -- Au fond à gauche, les pics pointus des volcans Toliman et San Pedro

Les premiers lacets de la montée vers le pic Yepocapa (visible au loin à droite) sont enchaînés dans les cultures de maïs.

Superbe paysage lors de la première heure de marche (à ± 6h30)

 

A droite, un groupe du village d'Acatenango venu réaliser l'excursion au volcan !

La forêt tropicale humide du flanc nord de l'Acatenango

Le pic Yepocapa (alt. ± 3600 m.) -- Le chemin en ligne droite sur le flanc ouest du cône terminal de l'Acatenango, longeant le bord occidental de la zone regroupant les plus récents cratères (cratères emboîtés).

Les cratères les plus récents de l'Acatenango -- L'abrupt sentier tracé dans la cendre et les scories.

Vue des volcans du lac Atitlan à partir de l'arête ouest de la dépression sommitale de l'Acatenango -- La dépression sommitale peu profonde de l'Acatenango.

Le volcan Fuego vu du bord sud de l'arête de la dépression sommitale de l'Acatenango (distance jusqu'au sommet : ± 3 km) -- Au sommet du Fuego, on pouvait observer une galette de lave pâteuse (petit dôme) noire dégazant à l'interface cratère-dôme.

 

Le sommet du Fuego dans toute sa splendeur ! Une protrusion de lave de composition intermédiaire couronne actuellement son sommet.

Le volcan Agua se dresse à l'est de la ville d'Antigua Guatemala. Il est observé du bord E de la dépression sommitale de l'Acatenango

Les volcans du lac Atitlan (Atitlan, San Pedro et Toliman) -- Le pic Yepocapa au nord du sommet de l'Acatenango

Les cratères récents percés dans le flanc nord du cône terminal de l'Acatenango -- Une famille du village d'Acatenango en train de prendre un repas bien mérité après une ascension de 4 heures.

La descente est d'abord effectuée dans le brouillard des hautes pentes herbeuses -- Ensuite, nous traversons une forêt d'arbre calcinés.

La descente de l'Acatenango

 

     Déracinage d'un plant de fougères  -- Opiacées des pentes de moyenne altitude de l'Acatenango

Mon guide, Raphaël

Au sommet crispé par le vent -- Plus paisible, à l'interface forêt-plantations

Et une bonne bière "Gallo" pour terminer une  journée magnifique et riche en émotions diverses !


Informations pratiques:

l'ascension de l'Acatenango s'effectue le plus souvent à partir du village "La Soledad" situé à ± 2450 mètres d'altitude. On peut y arriver en bus d'Antigua Guatemala (comptez ± 1h15 à 1h30 de route). Cependant, le bus part assez tard d'Antigua (vers 8h). A La Soledad, il est possible de trouver un guide local qui vous emmènera pour une quinzaine d'Euros au sommet de l'Acatenango. Un guide est conseillé car il existe de nombreux sentiers au niveau de la zone des cultures qui peuvent induire le visiteur en erreur. L'autre solution est de réaliser cette excursion en passant par les services d'une agence de voyages locale. Personnellement, j'ai choisi l'agence Sin Frontera (3e Calle) mais il en existe d'autres. Il faut au minimum deux personnes inscrites afin de pouvoir réaliser l'ascension de l'Acatenango pour une somme d'environ 40 Euros (ce montant inclut le transport en minibus Antigua-La Soledad A/R, la rémunération du guide et le repas du midi ainsi qu'un litre et demi d'eau). Il est également possible de demander de passer une nuit au sommet du volcan. Dans ce cas, le prix est plus élevé (environ 65 Euros) et l'inscription d'un minimum de 4 personnes est requise par l'agence. Le départ a lieu à 5h du matin (de votre hôtel). Il faut environ 1 heure pour parvenir à La Soledad où débute le sentier. Comptez de 3 à 4 heures, selon votre condition physique, pour atteindre le pic Yepocapa et 30 minutes à 45 minutes de plus pour atteindre le sommet de l'Acatenango, ce qui fait environ 1500 mètres de dénivellation au total. Plusieurs aires de repos (3) sont aménagées le long du sentier ainsi que deux aires de camping sur les hautes pentes du Yepocapa.