Le site officiel de la commune d'Estinnes

lundi 15-mai-00 15:22

retour au "RANDONNEES"

ESTINNES-AU-VAL

ESTINNES-AU-MONT
ENTITE D'ESTINNES
VELLEREILLE-LES-BRAYEUX

 

FERME P-H DENEUFBOURG

MAISON CANART
FERME PLUMET MAISON CAPELLE
FERME VERHAEGHE EGLISE PAROISSIALE SAINT MARTIN
FERME PEPIN FERME WILLIOT

[Retour au sommaire]

FERME P-H DENEUFBOURG

Ensemble semi-cloturé, composé de bâtiments en briques et calcaire groupés autour d'une cour pavée , bâtis au début du XIXème siècle, comme le suggère le millésime 1803, gravé dans une pierre scellée au pied du perron. A l'Ouest , sur soubassement en calcaire, loges à deux niveaux éclairés par trois travées de fenêtres rectangulaires entre chaînes horizontales; porte à encadrement mouluré. Bâtière de tuiles flanquées d'un pignon débordant à droite. A gauche, aile de dépendances remontant peut-être à la 2ème moitié du XVIIIème siècle, creusée au rez-de-chaussée de baies à montants. Autres dépendances, contemporaines du logis, rythmées de baies rectangulaires déchargées par un mince arc de briques. Bâtières d'éternit ou de tuile, sur la grange en long. Rue Grande 12

[Retour au sommaire]

FERME PLUMET

Remontant au XVIIIème siècle, ferme clôturée groupant autour d'une cour irrégulière et en pente, des bâtiments en briques, moellons de grès et pierre de taille calcaire, que coiffent des bâtières de tuiles et d'éternit. Allongés sous un même toit à l'Ouest, logis et étable d'un niveau en moellons, légèrement surhaussés en brique au XIXème siècle. De ce siècle datent vraisemblablement aussi les percements du logis.Porte néo-classique.Percements de l'étable sans doute originel: une porte sous linteau presque en demi-lune et deux fenêtres encadrées de briques. Baies de grenier de même type que les fenêtres du logis. Frise dentée. A droite, aile en retour en moellons, abritant laiterie, remise à charbon et porcherie, aux ouvertures remaniées. A l'extrêmité, porche d'entrée peu profond coiffé d'une bâtière,avec entrée charretière sous arc de briques en anse de panier. En face, corps d'étable en briques sur haute base en moellons,perçé de deux portes encadrées comme les fenêtres du logis.Grand feuil? à l'étage. A l'Est, grange en long de même appareil avec datation: 1812. Au Sud, derrière les étables, grand verger emmuraillé. Rue Grande 141

[Retour au sommaire]

MAISON CAPELLE

Petit ensemble clôturé, composé de bâtiments en calcaire et briques, des XVIIIème siècle et XIXème siècle, disposés en L autour d'une cour triangulaire. En brique sur soubassement en moellons de grès, beau logis en double corps de la 2ème moitié du XVIllème siècle, éclairé par huit fenêtres de type tournaisien entre chaînes horizontales qui flanquent une porte Louis XVI en plein cintre, bordée d'un encadrement mouluré. A gauche, dépendances du XIXème siècle, en calcaire et briques chaulées sous bâtières de tuiles ou d'éternit. Rue Grande 147

[Retour au sommaire]

FERME VERHAEGHE

Du 3ème quart du XIXème siècle, ferme en long chaulée à deux niveaux de briques et pierre de taille calcaire, sous bâtière jadis ardoisée, plantée de lucarnes et soulignée par une frise denticulée. Logis à double corps, large de cinq travées de baies rectangulaires; montants monolithes à la porte, en briques aux fenêtres.

[Retour au sommaire]

EGLISE PAROISSIALE SAINT MARTIN

Entouré d'un cimetière emmuraillé, édifice d'origine romane en moellons de grès de Bray équarris, pierre de taille calcaire et briques, composé d'une tour occidentale,d'une nef de trois travées avec collatéraux et d'un choeur à chevet plat. Tour carrée rebâtie au XVIème siècle et une nouvelle fois de 1727 à 1795. Construction à quatre niveaux en moellons sur soubassement saillant, présentant trois retraits et une terminaison en briques striées de chaînes horizontales, couronnée par une corniche de pierre. Flèche d'ardoises octogonale sur base pyramidale, renouvelée en 1860. Surmontée d'une pierre funéraire de 1429, petite porte méridionale datée de 1733, à montants chaînés sous linteau épais. A l'Ouest, porte plus large en arc surbaissé. Deux premiers étages peu éclairés et niveau des cloches percé de quatre grandes ouïes sous arc de briques en plein cintre avec clé de pierre. Au rez-de-chaussée, vestiges d'une voûte d'ogives du XVIème siècle. Abrités depuis le XVIllème siècle, sous une même bâtière d'ardoises, nef et bas-côtés conservant des parties romanes du XIIIème siècle : les piliers carrés à imposte moulurée et bases refaites au XVIllème siècle, les arcs en plein cintre qu'ils portent, des restes des murs goutterots et le mur oriental avec l'arc triomphal brisé. Murailles des bas-côtés remaniées au XVIème siècle puis au XVIllème siècle à l'exception des parties Est. Trois fenêtres du XVIème siècle avec arc brisé supprimé au XVIIIème siècle, le second au profit d'un arc en plein cintre. Corniche à modillons du XVIème siècle remployée au XVIllème siècle. A l'intérieur, plafonds stuqués de 1740 sur les bas-côtés, de 1741 sur la nef. Choeur moins élevé, coiffé d'une bâtière sur corbeaux de bois du XVIIIème siècle.

Seul vestige du XlIlème siècle pour cette partie, beau chevet plat en moellons de grandes dimensions , posant sur une base biseautée éperonnée par trois contreforts talutés. Traces de trois arcades aveugles encadrant jadis autant de fenêtres selon une disposition perturbée par le percement au XVIII è siècle , d'une très haute fenêtre en plein cintre. Après destruction en 1725 de deux chapelles latérales du XVIème siècle, reconstruction presque intégrale, en briques , des goutterots du choeur avec création de fenêtres en plein cintre alternant briques et pierres. A l'intérieur, fausse voûte en berceau. Contre le chevet, crypte-couloir du Xlème siècle en moellons enduits, voûtée en berceau et pourvue de deux fenêtres ébrasées obturées.Accès le long du goutterot. Dans l'angle Sud-Est , sacristie en briques de 1728, percée de deux fenêtres encadrées de calcaire, à montants harpés sous linteau.Toit sur corbeaux de bois mouluré. Curiosités et particularités. •Autels, lambris , confessionnaux, chaire, banc de communion et stalles Louis XV, chêne partiellement doré, 2ème moitié du XVIllème siècle. •sculptures: •Vierge à l'enfant avec oiseau, pierre polychromée, vers1500. •Saint Martin, bois polychrome du XVIlème-XVIIIème siècles. •Saints en bois peint dans des niches à l'entrée du choeur,1739. •Calvaire dans le porche, bois polychromé, XVIème-XVIIème siècles. •Fonts baptismaux gothiques monopédiculés, calcaire, XVIème siècle. Rue Pépin 10

[Retour au sommaire]

FERME PEPIN

Ferme semi-clôturée difficilement datable. Vers la rue, parement de pierre équarrie en porche accosté d'une porte piétonne et au mur pignon du logis. Porche ouvert par un portail sous arc en plein cintre probablement refait au XVIllème siècle côté rue et repris sous linteau droit au côté opposé. Superstructure de briques du XIXème siècle sous courte bâtîère d'éternit. Porte piétonne du XVIlème siècle (?) à lourd linteau. A droite, mur-pignon du logis ne coïncidant pas avec la façade.Dans celle-ci, un niveau cimenté percé de six baies : fenêtres à encadrement en briques de parement et pierres alternées. Porte à linteau. Entre pignons débordants, bâtière d'éternit, plantée de deux lucarnes en croupe. Dépendances de moindre intérêt, en moellons et briques blanchies. Rue Rivière 118

[Retour au sommaire]

FERME WILLIOT

A l'angle de la rue de Binche, importante ferme semi - clôturée du 3ème quart du XVIII.Ième, très homogène, presque entièrement de type tournaisien. Briques apparentes côté cour, chaulées et goudronnées à la base côté rue. A l'Ouest, surmontée d'une petite tour-porche, large entrée principale en anse de panier avec encadrement de type tournaisien, agrafée d'une ancre au sigle W(Williot, propriétaire). Au-dessus, fenêtre de même type, frise dentée et toiture en pavillon mansardée, couverte d'ardoises artificielles et plantées d'une girouette. Passage à voussettes. Côté cour identique sauf l'anse du panier ici entièrement en briques et la présence d'une lucarne-colombier à croupe. En face, beau logis de type tournaisien sur plan en L et sans étage, dont les façades sur cour envahies de glycine présentent trois baies au Nord et six à l'Est, chacune pourvue d'une porte à traverse. Frise redentée et batières à coyau en ardoises artificielles, plantées de lucarnes à croupe. Vers la Rue de Binche, cinq fenêtres du type des précédentes. Angle en matériaux alternés, pignon Ouest à épis, lucarne à croupe unique. Façade vers le jardin envahie de lierre et surmontée de quatre lucarnes à croupe. Reliant le logis au porche, annexe basse en briques de la même époque, arrondie à l'angle de la rue de Binche. Côté rue, quasi aveugle. Au-delà du porche, à front de la rue Rivière, aile d'étables de même caractère mais plus transformée où subsiste une porte à linteau en bâtière tronquée ainsi qu'une petite fenêtre en arc de briques surbaissé. Autres ouvertures à linteau droit, dont une baie de feuil. A gauche, dans le même volume, ancienne remise à chariots à trois arcades de briques en anse de panier, celle de gauche murée et repercée, les deux autres transformées en entrée de garage. Dans le prolongement, spacieuse grange en long sur soubassement en moellons. Porte charretière de type tournaisien, en anse de panier. Cour fermée au sud par une aile en briques sur soubassement en moellons, traversée au centre par un passage charretier en anse de panier. Petite aile de même caractère en retour à gauche. Rue Rivière 82

[Retour au sommaire]

MAISON CANART

Logis du début du XIXème siècle, haut d'un niveau en briques et en pierre de taille calcaire sur base en moellons de grès. Façade perçée de cinq fenêtres de type toumaisien. Précédée de deux marches, porte à montants sur base saillante, traverse et linteau. Sur le linteau, trois cartouches donnent ANNO/A.D.V./1801. Bâtière de tuiles à coyau encadrée par une frise denticulée et des pignons débordants. A l'arrière, cour emmuraillée, avec quelques dépendances agricoles.

[Retour au sommaire]



[Ecrivez-nous: estinnes@skynet.be ] - [Début]