Le site officiel de la commune d'Estinnes

lundi 15-mai-00 14:37

retour au "RANDONNEES"

Estinnes-au-Mont

ENTITE D'ESTINNES
ESTINNES-AU-VAL
VELLEREILLE-LES-BRAYEUX

 

[Presbytère] [Eglise St Remi] [Brasserie Canart] [Dépôt Michaux] [Ferme H.Amand] [Notre Dame de Cambron] [Ferme Marsan] [Entrepôt Ghisbain]

PRESBYTERE

 

Précédé d'un jardin en terrasse, bâtiment chaulé, daté de 1786 par un cartouche à la porte.Deux niveaux de cinq travées en double corps sur soubassement cimenté.Fenêtre de type tournaisien, reliée par un bandeau au niveau des appuis.Porte à linteau échancré à clé saillante, traverse, baie d'imposte à barreaux et jambages en pierre sur base. Frise dentée sous la bâtière de tuiles à coyau,plantée de deux lucarnes à croupe. Curiosités et particularités. Ayant aujourd'hui perdu sa fonction première de presbytère, ce bâtiment, propriété communale, est mis à la disposition du Cercle d'Histoire et d'Archéologie d'Estinnes qui vous invite à la découverte de son musée rural ainsi qu'à une exposition permanente consacrée à la Bataille de Seneffe (1674). La Maison Rurale abrite également un cours de musique ainsi qu'une ludothèque. A l'arrière, intéressant aménagement du "Jardin du Curé", porte ouverte sur l'espace aéré de "La Muchette". (Sentier de promenade, amphithéâtre, point de départ de deux circuits pédestres balisés - 6km - 16km).

retour

EGLISE PAROISSIALE SAINT-REMI -- [Retour au sommaire] Place communale Sur la butte de la place communale, édifice marqué principalement par deux campagnes de construction, la première illustrée par la tour carrée de la façade et par le choeur à trois pans, deux oeuvres gothiques de tradition hennuyère qui paraissent remonter au XVIème siècle; la seconde par les trois nefs de quatre travées sous toiture unique, réédifiée autour de 1750 par l'architecte montois CI.J. de Bettignies, comme en témoigne le millésime en stuc de 1752, devant l'arc triomphal. Travaux de restauration déjà en 1729. A demi enserrée par les prolongements des collatéraux,haute tour construite en grès de Bray, restaurée en 1729 et vers la fin du XIXème siècle, où le soubassement et la porte surmontée d'une petite niche ont été entièrement repris. Egayés respectivement par cinq fenêtres de type tournaisien, collatéraux en grès de Bray jusqu'au sommet des jambages, en briques au-delà. Baies occidentales obturées de part et d'autre de la tour.Haute bâtière d'ardoises à coyau. Sur un haut soubassement terminé en doucine, choeur plus bas,sans contreforts, en grès de Bray jusqu'au sommet des fenêtres, le reste ayant été haussé en briques vers 1750. Cinq baies gothiques en calcaire, aveuglées en briques dans l'axe et par la sacristie du côté Nord. Fenêtre sud plus étroite, à encadrement en briques.Toit d'ardoises à pans coupés. Au Nord, peut-être du XVIllème siècle, sacristie en grès percée dans ses deux faces par une petite baie rectangulaire à battée et barreaux. A l'intérieur, nef couverte de voûtes et rythmée d'arcs en plein cintre sur colonnes toscanes. Pilastres de même ordre aux collatéraux. Sur les deux travées droites du choeur, voûtes posées lors du réaménagement par CI.J de Bettignies. Sacristie carrelée de terre cuite et couverte de grandes voussettes. Curiosités et particularités. •Autels, bois peint chêne et dorure, XVIIIème siècle. •Lambris du choeur et de la nef, Louis XV, 3ème quart du XVIllème siècle. •Chaire Louis XV, chêne, 3ème quart XVIllème siècle sous nouvel abat-son. •Banc de communion, chêne, XVIllème siècle. •Quatre confessionnaux Louis XV, chêne et dorure, 3ème quart XVIllème siècle. •Vierge à l'Enfant, statue gothique, chêne polychromé, XVème siècle. •Calvaire, chêne polychromé, croix gothique et Renaissance, fin XVIème, début XVIlème siècle. •Sainte Catherine d'Alexandrie, Saint Etienne protomartyr, Saint Nicolas de Myre, Saint Remi baptisant le roi statues en bois polychromé, XVIllème siècle. •Fonts baptismaux gothiques, calcaire, XVIème siècle. •Monuments commémoratifs du pastorat de Jean FROISSART (l372-1382), marbre blanc, 1872. •A l'extérieur, dalles funéraires, XVIIème et XVIllème siècles.
retour

BRASSERIE CANART-BOUGARD -- [Retour au sommaire] Rue Rivière 17 Petite entreprise installée rue Rivière depuis le milieu du XIXème siècle et qui a cessé ses activités dans le second quart du XXème siècle. Face à la rivière "L'Estinnes", ensemble juxtaposant une habitation du 2ème quart du XVIllème siècle, une seconde de la fin du même siècle et deux bâtiments industriels, l'un du milieu du XIXème siècle l'autre des environs de 1900. Derrière ceux-ci, haute cheminée carrée abaissée en 1981. Première maison jadis sans étage, à façade en briques sur haut soubassement en moellons de grès légèrement saillant, bordé par un bandeau de calcaire. Précédée d'un petit degré, porte à encadrement de calcaire mouluré : bases saillantes, montants monolithes et linteau échancré et orné d'une coquille. Prises entre un cordon et le bandeau du soubassement, cinq fenêtres à double ressaut d'encadrement avec arc surbaissé. Faces latérales et arrières en moellons de grès, la dernière percée de baies en briques. Pignons de briques épaulant une très haute bâtière. A l'intérieur, hottes de cheminées décorées de stucs Louis XV. En 1845, selon le millésime de la façade, construction d'un étage sous bâtière de tuiles. A l'avant, pilastres et fenêtres rectangulaires dans l'alignement des précédents. Nouveau degré et face arrière restructurée. D'un niveau à l'origine, seconde maison bâtie en L sur caves-hautes. Sur soubassement en moellons de grès limité par un bandeau de calcaire et percé de grands soupiraux rectangulaires de même matériau, façades en briques encadrées par des pilastres et par un entablement fait de cordons de briques moulurés. Porte en plein cintre, au dessus d'un perron.Fenêtres en arc surbaissé, quatre au corps principal, trois à droite de la porte et une à la façade latérale de l'aile, cette dernière surmontée d'un oculus rond au pignon. Faces arrières percées comme celles de la maison précédente. A l'intérieur, stucs et menuiserie de style Louis XVI. Bâtiment industriel en briques avec pignon sur rue. Surhaussée vers 1900, façade du premier seule digne d'intérêt: au-dessus de deux arcades aveugles , registre de cinq fenêtres en plein cintre. Grillage frappé aux monogrammes des anciens propriétaires: CB.
retour

CB. DEPOT MICHAUX -- [Retour au sommaire] Rue Rivière 23/25 Ferme en quadrilatère avec cour carrée, datée de 1737, par des ancres au logis. Sous bâtière de tuiles ou d'ardoises , bâtiment jadis entièrement en moellons de grès ferrugineux, remanié et exhaussé en briques au XIXème siècle. Au Sud, porche s'ouvrant par une porte charretière en anse de panier de briques sur montants harpés. A droite, face latérale de la grange caractérisée par une porte charretière semblable et jointive à la précédente et deux contreforts en briques. Reste de la construction presque entièrement refait. A gauche du porche, face externe d'une dépendance basse, légèrement coudée, aveugle en dehors d'une petite baie à encadrement de bois. Côté cour, porte de type tournaisien, fenêtre à encadrement de bois et baies tardives, notamment aux entrées charretières. En face, logis comptant au rez-de- chaussée trois hautes fenêtres de style tournaisien et une porte à linteau en bâtière sur montants harpés. A sa droite,laiterie ouverte par deux portes de type tournaisien et trois petites fenêtres en arc de briques surbaissé, allongées vers le bas. Face arrière refaite. Dernier côté de la cour occupé par une dépendance basse conservant une porte de type tournaisien modifiée et une petite fenêtre semblable aux précédentes. Ancien dépot de la Basserie MICHAUX.
retour

FERME H.AMAND -- [Retour au sommaire] Rue Rivière 63 Ferme en ordre dispersé du dernier tiers du XVIllème siècle, remaniée au cours des siècles suivants. Sous bâtière de tuiles limitée à gauche par un pignon débordant,logis bas en moellons surbâti et modifié en briques, dont seule la porte est originale: montants harpés et linteau en bâtière tronquée datée "IHS/1771" sur un écu entouré de feuilles palmes et fleurettes. Grange en long en moellons et briques, millésimée (1 170) au pignon. Portes charetières en partie refaites et petite baie rectangulaire.Bâtière d'ardoises artificielles.
retour

CHAPELLE NOTRE DAME DE CAMBRON -- [Retour au sommaire] Rue Rivière Une première chapelle fut construite en 1483 sur l'emplacement présumé de la maison de Jean de Flameng, pour commémorer le miracle de la Vierge de Cambron. Une pierre gréseuse sous le porche latéral de l'édifice actuel porte l'inscription : "CHEST CA/ PELLE FV BATI / LAN 1483... NSN ... VICAN/". En 1620, construction d'un sanctuaire plus vaste, de tradition gothique abâtardie intégrant peut-être un noyau de la chapelle antérieure. Remanié au XVIllème, il a été restauré en 1938-1939. Sur soubassement en moellons équarris terminé par une assise biseautée surmontée d'un large bandeau, édifice en briques et pierre calcaire à nef unique de deux travées terminée par un chevet à trois pans. Au Sud, chapelle en moellons équarris sur même soubassement , flanquée d'un porche à gauche et d'une sacristie à droite. Disparité dans l'appareillage de toutes les baies laissant entrevoir divers remaniements. Encadrée de chaînages en harpes, façade ouverte d'un portail gothique. Dans l'axe, baie de briques en plein cintre et deux plus petites au pignon. Nef éclairée au Sud par une fenêtre en arc brisé. Sous le porche, portail gothique en pierre blanche frappé d'un écu avec croix. Au Nord, une fenêtre semblable à celle de la face Sud mais à l'encadrement ébrasé et une seconde en arc légèrement brisé en briques. Chevet éclairé dans les pans obliques par deux baies en arc brisé. Frise denticulée sous bâtière d'ardoises limitée par un pignon débordant et plantée d'un clocheton hexagonal ardoisé. Sur un même soubassement, chapelle en moellons, couronnée d'un pignon de briques et éclairée par une fenêtre en arc brisé. Sous le porche à gauche, pierre gréseuse de 1483. Portail gothique donnant accès à la nef de la chapelle principale et à droite guichet utilisé autrefois pour donner le pain aux pauvres. En appentis, à droite, sacristie en moellons avec le reste de soubassement biseauté,éclairé vers l'Est par une fenêtre à linteau droit. Bâtière d'ardoises, se prolongeant sur le porche et sur la sacristie. A l'intérieur, nef couverte d'un berceau lambrisé du XVIllème siècle remployant des corbeaux sculptés et des éléments du XVIème siècle, restauré en 1938-1939. Plafond plat couvrant la chapelle latérale. Curiosités et particularités. •Piscine du choeur, gothique fin XVIème début XVIlème siècle. •Stalles, bois peint Chêne, 2ème et 3ème tiers du XVIllème siècle. •Banc de communion Louis XV, chêne, milieu XVIllème siècle. •Chaire de vérité : cuve Renaissance, lème moitié du XVIlème siècle; dos abat-voix, bois peint chêne, 2ème,3ème tiers du XVIllème siècle. •Jubé, chêne, XVIIème siècle. •Dans la chapelle latérale, carrelage, terre cuite vernissée fin XvIème -XVIlèmel siècles. •Retable gothique, pierre de France, 1 ère moitié du XVIème siècle, restauré en 1871 par F.Carpentier et vers 1875 par Bonduel. •Piedestal avec sur la console un ange tenant une banderole gothique, pierre polychromée, fin XVème siècle. Au-dessus, Vierge à l'enfant, gothique,pierre polychromée, fin XVème siècle. •Statues: •Saint Eloi, gothique, bois peint, l ère moitié XVIème siècle. •Vierge à l'enfant, chêne polychrome, 2ème moitié XVIème-début XVIlème siècles. •Saint Arnoul et Saint Corneille, bois polychrome, fin XVIème -début XVIlème siècles. •Saint Gommaire(?), Joseph, bois peint, fin XVIlème début XVIllème siècles. •Peintures: •La légende de Notre-Dame de Cambron, bois XVIème siècle, restaurée de 193 8 à 193 9 par Lamblin de Mons. •Adoration des mages, bois fin XVIIème -début XVIllème siècles. •Sainte Famille, toile, fin XVIIème -début XVIIIème siècles.
retour

FERME MARSAN -- [Retour au sommaire] Rue de Mons Datée de 1796 au porche, ferme en quadrilatère en briques et pierre calcaire, partiellement abattue et aménagée en résidence. Porche à deux niveaux coiffé d'un toit Massard en éternit, bordé d'une frise denticulée. Portail extérieur en pierre, frappé d'une clé à l'arc en anse de papier, jambages avec harpes. Au-dessus, fenêtre rectangulaire en pierre. Côté cour, entrée sous poutre de bois surmontée d'un arc de décharge, baie à jambages à deux harpes sous linteau droit et lucarne à bâtière à usage de colombier. A droite du porche, porte à linteau droit sur montants en harpes. A droite de la cour, corps de logis en L à un niveau en briques sur soubassement en pierre de taille. Porte principale de style Louis XVI tardif. Neuf baies proche du type tournaisien, dont deux portes secondaires à traverse. A leur droite, une fenêtre à linteau droit sur montants harpés.Bandeaux de pierre au niveau des appuis. Bâtières d'étemit à coyau, croupes à droite et lucarnes à croupes. Face latérale droite formant un arrondi. Côté rue, soubassement en moellons, cinq fenêtres du type décrit et ouverture de grenier interrompant la frisée dentée.Une lucarne monte-charge. A gauche du porche, grange dont ne subsistent que les murs extérieurs formant une clôture. Portail semblable à celui du porche. Rue de la station 6-8
retour

ENTREPOT GHISBAIN -- [Retour au sommaire] Demeure et entrepôt de négociant en grains, construits en 1905 en briques, calcaire et ardoises. Façade-pignon de l'entrepôt, à cinq niveaux renforcés par des contreforts plats et percée de nombreuses baies en plein cintre dans trois retraits couronnés d'arc de même forme. Arcs et chaînes horizontales en briques blanches. [Retour au sommaire]
retour



[Ecrivez-nous: estinnes@skynet.be ] - [Début]