Léo Houziaux - Notice biographique

Secrétaire perpétuel de l'Académie Royale des Sciences, Lettres et Beaux-Arts de Belgique.

Palais des Académies, 1 Rue Ducale, B1000 Brussels, Belgium

Email : leo.houziaux@ulg.ac.be

Version 

Né à Rochefort en 1932, Léo Houziaux termina en 1950 ses humanités gréco-latines à l'Athénée Royal de sa ville natale avec la médaille du Gouvernement. En 1951, diplômé de scientifique spéciale, il est lauréat du concours d'admission à la division polytechnique de l'Ecole Royale Militaire . Candidat en sciences mathématiques de l'Université de Liège en 1953, il devient en juillet 1955 licencié en sciences physiques et est engagé comme chercheur par l'Air Research and Development Command (U.S. Air Force). En juin 1956, il est nommé assistant de première catégorie à l'Université. De Liège. Il effectue en 1956, en tant que boursier scientifique de l'OTAN, des séjours à l'Institut d'Astrophysique de Paris et à l'Université de Padoue. Grâce à une bourse des Accords culturels Belgo-néérlandais, il travaille au printemps 1957 à l'Observatoire de l'Université de Leyde sur la diffusion de la lumière par les particules cométaires. A l'automne de 1957, il part, en tant que Graduate Fellow de la Belgian American Educational Foundation pour l'Université de Californie à Berkeley. Il y effectue, sous la direction de Otto Struve, des recherches sur les étoiles chaudes qui constitueront l'ossature de la thèse de doctorat qu'il défendra à Liège en mars 1960. Nommé chef de travaux au 1er octobre de la même année, il est mis en congé à la même date pour accepter, au California Institute of Technology à Pasadena (Californie) un poste de Carnegie Research Fellow ,où il travaille jusqu'en 1962, notamment à l'aide des instruments du Mont Wilson. Il y prépare une étude sur la détermination des paramètres atmosphériques fondamentaux applicables aux étoiles à enveloppes, qui lui vaudra le prix du Concours Annuel de l'Académie Royale de Belgique en 1962. Dès son retour à Liège, il supplée, avec le titre de Maître de conférences, Pol Swings dans ses enseignements d'astronomie à la licence en sciences physiques et est chargé du cours d'astrophysique générale au programme de 3e cycle en astrophysique. Il reçoit en 1961 le prix Agathon de Potter pour l'astronomie, puis le prix P. et M. Stroobant, tous deux de l'Académie Royale de Belgique. En 1962, l'Université de Liège lui a décerné le prix Marcel Dehalu et en 1964, il est lauréat du prix des Amis de l'Université de Liège. Dès 1963, lors de l'admission à l'éméritat de L.-J. Pauwen, il assure les cours d'astronomie et de géodésie à la candidature en sciences mathématiques et en sciences physiques; ces enseignements feront partie de son contrat de chargé de cours associé à partir du 1er janvier 1967 et il les conservera jusqu'à sa démission au 1er octobre 1969. Entretemps, en 1964 et 1965, il a été désigné comme Research Associate au Harvard College Observatory, à Cambridge (Massachussetts). En 1966, il est nommé chargé de cours à temps partiel à la Faculté Polytechnique de Mons, où il obtiendra, au 1er octobre 1968, une chaire d'astrophysique et de spectroscopie. Professeur ordinaire à Mons, L. Houziaux va y inaugurer puis y développer l'enseignement et la recherche en l'astronomie et de l'astrophysique, mais assurera aussi les cours de physique atomique, de météorologie et de géophysique. Il installe à Mons un laboratoire de spectroscopie atomique et, sur le site d'Izaña (Ténérife, Espagne), une station d'observation astronomique équipée d'un télescope de Cassegrain-Newton de 50 cm de diamètre. Plusieurs chercheurs étrangers effectuent de longs séjours au Département d'Astrophysique de l'Université de Mons où se préparent de nombreux mémoires de licence et des thèses de doctorat . En 1969, L. Houziaux est nommé professeur visiteur à l'Université de Genève, où il fait un cours sur la physique des enveloppes stellaires. En octobre 1978, il démissionne de son poste à Mons pour reprendre à Liège la chaire d'Astrophysique. Il reste attaché, en tant que chargé de cours, à l'Université de Mons pour le cours d'astrophysique de la licence en sciences physiques et continue à y superviser les activités de recherche. Il y sera nommé professeur à temps partiel en 1993.

Très lié depuis le début des années soixante aux développements de l'astronomie spatiale, il est , à Paris, de 1962 à 1969, le délégué du gouvernement belge au Comité Scientifique et Technique et au Conseil de l'Agence Spatiale Européenne. Il est impliqué dès 1962 dans la préparation scientifique du télescope orbitant "Liège-Edimbourg", le premier satellite astronomique de l'agence européenne. Il deviendra en 1971, vice-président du Comité Scientifique et Technique de l'Agence. Il exercera plusieurs mandats de membre, puis de président dans des comités d'experts; il représentera notamment l'Agence à l'Astronomy Working group de la NASA pour l'étude du satellite International Ultraviolet Explorer. Il fera partie, pendant trois ans (1981-83), du Space Science Advisory Committee de l'ESA.

Fréquentant l'Observatoire de Haute-Provence depuis 1955, Houziaux y effectue de nombreuses observations et y noue des contacts scientifiques avec plusieurs chercheurs, notamment avec Y. Andrillat, astronome titulaire de l'Observatoire de Toulouse, puis directeur de l'Observatoire de Haute-Provence, avec qui il signera une cinquantaine de publications sur les nébuleuses planétaires, les objets symbiotiques et les novae.

Ses innovations dans le domaine de l'enseignement de l'astronomie lui vaudront d'être nommé vice-président (1976-1982), puis président de la commission de l'enseignement de l'Union Astronomique Internationale (1982-1985). De 1982 à 1990, il est nommé professeur visiteur à l'Université Catholique de Louvain, où il installe sur le bâtiment du cyclotron, une table équatoriale permettant aux étudiants de la licence en sciences physiques d'effectuer des travaux pratiques d'astrophysique.

Il a fait notamment partie de l'"Observing Program Committee" de l'Observatoire Européen Austral (ESO) de 1980 à 1985 et a été secrétaire (1976-1983), vice- président (1983-1985) et président (1985-1987) du Comité national belge d'Astronomie et vice-président de la Commission Astronomie et Géophysique du FNRS. Il siège dans différents conseils scientifiques du CNRS : d’abord comme membre, puis président du comité de direction du Centre des Données Stellaires (Observatoire de Strasbourg) (1976-1983) et comme membre du comité scientifique de l’Institut d’Astrophysique de Paris (1985-1990).  Membre correspondant depuis 1967 de l'Académie Internationale d'Astronautique, il en est nommé membre de la section des sciences fondamentales en 1987. Membre (1967) et ancien Président de la Société Royale des Sciences de Liège. En 1991, il est élu membre de la Classe des Sciences de l'Académie Royale des Sciences, Lettres et Beaux-Arts de Belgique, dont il était correspondant depuis 1985. Il en sera le Directeur en 1997. Il est reçu en mai 1990 membre correspondant de l'Académie des Sciences et Lettres de Montpellier.Il est membre de l'Académie Europenne des Sciences et des Arts (Paris) et de l'Europaische Akademie der Wissenchaften und Kunsten (Vienne).Il a été président de la Société Royale belge d'Astronomie, de Météorologie et de Physique du Globe(1997-1999).Il est membre du Bureau et du Conseil d'Administration du FNRS, président de la Fondation Ochs-Lefebvre. Le 13 novembre 1999, il a été élu Secrétaire perpétuel de l'Académie Royale de Belgique, fonction qu'il exerce depuis janvier 2000.

Auteur de plus de 270 publications, dont 160 articles dans des revues scientifiques internationales , L. Houziaux est titulaire de la médaille du FNRS et de plusieurs distinctions honorifiques: Officier de l'ordre de Léopold (1978), Commandeur (1983), Grand Officier de l'ordre de la Couronne (1993) et Grand officier de l'ordre de Léopold (1999).