Les exercices

Niveau 6e année

 

Lis le texte et écris tes réponses dans le formulaire qui suit les questions.
Tu peux également utiliser un dictionnaire pour les mots difficiles.


Le 17e et le 18e siècle furent l'âge d'or de la piraterie.
C'est pendant ces années que le plus de navires furent dépouillés de leurs richesses.

Savais-tu que l'histoire de Robinson Crusoé s'est déroulée
pendant l'âge d'or de la piraterie?
En effet, au 17e siècle les marins savaient qu'ils pouvaient rencontrer des pirates
à tout moment peu importe l'océan sur lequel ils naviguaient.
Voici un extrait de Robinson Crusoé:

" Notre vaisseau, cinglant vers les Canaries ou plutôt entre ces îles de la côte d'Afrique,
fut surpris, à l'aube du jour, par un corsaire turc de Sallé,
qui nous donna la chasse avec toute la voile qu'il pouvait faire.
Pour le parer, nous forcâmes aussi de voiles autant que nos vergues
en purent déployer et nos mâts en purent charrier;
mais, voyant que le pirate gagnait sur nous, et qu'assurément avant peu d'heures
il nous joindrait, nous nous préparâmes au combat."

L'existence des pirates était dure, mais la vie à terre pouvait être bien pire.
Beaucoup d'hommes prenaient la mer pour fuir la misère et le chômage.
Certains marins écoeurés par la terrible discipline marine,
se laissaient séduire par la liberté et l'aventure et devenaient pirates.
Les futurs pirates étaient tentés par la perspective de gagner facilement
beaucoup d'argent.

Une vie de pirate

Un pirate qui s'était mal conduit pouvait s'attendre à de gros ennuis.
Pour tous les marins la flagellation était la punition la plus courante.
On fouettait ou on flagellait, avec "le chat à neuf queues" celui
qui s'était rendu coupable d'un méfait.
Autre châtiment typique: on bourrait la bouche d'un homme d'étoupe noire
(des bouts de cordage goudronnés), à laquelle on mettait le feu.
De nombreux supplices du genre étaient imposés aux pirates
qui ne suivaient pas les règles.

Pour se détendre après une journée, les pirates aimaient
chanter, danser, jouer une partie de cartes ou de dés et s'enivrer.
Ils réparaient et nettoyaient le bateau, et raccommodaient leurs vêtements
-ce nétait pas très drôle, mais cela valait mieux qu'être supplicié!
En tout cas les pirates ne risquaient pas de trop manger.
Ce qu'on leur servait durant les longs voyages en mer était écoeurant.
Les réserves de nourriture fraîche s'épuisaient vite.
On devait saler à l'excès la viande et le poisson pour les conserver.
Au lieu de pain, rassis depuis longtemps, on se contentait de biscuits
très vite attaqués par les charançons.
Les pauvres pirates les avalaient dans le noir pour ne pas
voir leur dîner grouiller de bêtes.
Et ces biscuits devenaient parfois si durs qu'il était plus facile
de les sculpter que de mordre dedans.
À bord, on buvait du rhum et de l'eau-de-vie:
ces alcools se gardaient mieux que la bière et l'eau.

Évidemment, les hommes étaient souvent malades.
Les voiliers étaient sombres, humides, surpeuplés
et souvent infestés de rats et de punaises.
Ces conditions, ajoutées au manque de nourriture et d'eau fraîche
causaient de terribles maladies.
À chaque long voyage, le capitaine savait que près de la moitié de son équipage
mourrait du typhus, de la malaria, de la fièvre jaune et du scorbut.
Voilà pourquoi les pirates, lorsqu'ils capturaient un bateau,
cherchaient avant tout la pharmacie du bord.

Le trésor des pirates

En principe, les pirates ne s'attaquaient pas aux bateaux transportant de l'or
et des pierres précieuses, car ceux-ci étaient souvent accompagnés d'une
escorte armée jusqu'aux dents.

Ils préféraient les navires marchands chargés de soie, d'épices, de tabac
ou de bois, des marchandises négociables dans le premier port venu.
Parfois, ils s'appropriaient simplement le voilier.

Si un personnage important voyageait à bord du navire arraisonné,
il était pris en otage puis libéré moyennant rançon.

La plupart des pirates dépensaient très vite ce qu'ils gagnaient.
Seuls certains d'entre eux possédaient un trésor méritant d'être enterré.
Ceux-là dessinaient alors une carte détaillée pour se rappeler où
ils avaient enfoui leur butin.
S'ils oubliaient l'emplacement exact, leur fortune était perdue à jamais!

Un pirate célèbre: Barbe-Noire

Edward Teach, dit Barbe-Noire, était très redouté.
Pour se rendre plus effrayant encore, il tressait dans ses cheveux
et sa barbe des amorces de chanvre allumées (utilisées pour les canons),
qui fumaient et se consumaient lentement.
Ses ennemis, terrorisés, devaient penser que la tête de Barbe-Noire brûlait!

De 1716 à 1718, il s'attaqua aux navires de commerce au large
des côtes d'Amérique du Nord.
Il s'emparait des marchandises et les revendait à bas prix.
Le gouverneur de la Virginie finit un jour par envoyer deux navires.
Après un long combat, Barbe-Noire fut tué.

Ce texte est extrait des scénarios d'apprentissage de Marie-France Laberge et Ginette Lavoie
dans "l'ordinateur branché à l'école" publié chez Chenelière/Éducation, 1999


Pour en savoir plus ou pour
commencer une recherche sur

Les questions

Prénom

Nom de famille

votre école

Age/niveau

Courrier électronique (obligatoire)*

* N'oubliez pas de bien inscrire votre adresse de messagerie électronique, sinon il est impossible de répondre.

Retour à
Prof en ligne


revenir au menu
des exercices
 
copyleft

Prof en ligne, depuis 1996