Au pied de la lettre



Ce n'est un secret pour personne: les expressions populaires font partie intégrante de notre langue.
Si leurs sens nous est souvent évident, il n'en est pas de même quant à leurs origines.
Voici un maigre échantillon d'entre-elles passé au peigne fin.

Tenir le haut du pavé
être au premier rang, se démarquer
Autrefois, pour faciliter l'écoulement des eaux, les rues faites de pavés possédaient une rigole centrale générée par deux pentes remontant vers les murs à la manière d'un V.
Il était préférable pour un piéton de marcher le plus loin possible de cette gouttière faisant office d'égout à ciel ouvert. Et donc, lorsque deux personnes se croisaient, il revenait à la personne la mieux placée dans l'échelle sociale de marcher le plus loin possible de la rigole c'est-à-dire sur la partie la plus haute de la chaussée.

A la queue leu leu
en file, l'un derrière l'autre
"Leu" est en fait une ancienne forme de "loup". Ainsi être "à la queue le leu", c'est se mettre l'en derrière l'autre comme le font les loups qui se suivent. La forme "le leu" s'est transformé avec le temps en "leu leu" pour donner l'expression telle qu'on la connait maintenant.

Tomber dans le panneau
se faire piéger
Dans cette expression, panneau ne désigne pas une pancarte mais un filet de chasse.

Payer en monnaie de singe
ne pas payer
Au XIIIe siècle, pour pouvoir passer sur certains ponts de Paris, il fallait payer. Les dresseurs de singes ne payaient pas. Mais en revanche, ils faisaient executer par leurs singes quelques acrobaties afin de distraire les personnes chargées de garder l'accès aux ponts.
monnaie

Ne pas être dans son assiette
se sentir mal
Dans cette expression, "assiette" ne désigne pas la "pièce de vaisselle sur laquelle est disposée la nourriture". En effet, autrefois, avant que l'assiette - "vaisselle" - soit inventée, la nourriture de tous les convives était contenue dans un même plat. Le mot "assiette" désignait alors la place qu'ils occupaient autours de la table. "Ne pas être dans son assiette" signifie donc "ne pas se sentir à sa place" et par extension "se sentir mal".

Jeter de la poudre aux yeux
duper quelqu'un grâce des apparences trompeuses
A l'origine, de la poudre c'était de la poussière. Le sens "plus noble" que nous attribuons au mot "poudre" est apparu avec la création de la poudre à canon. Lors de Jeux Olympiques, le mouvement des jambes des athlètes pratiquant la course à pied soulevait un nuage de poussière. On disait alors de l'athlète se trouvant en tête de course qu'il jetait de la poudre aux yeux de ses poursuivants. Et donc "jeter de la poudre aux yeux de quelqu'un", c'est "éblouir la personne avec de la poussière".

Retour sommaire