Edith Soonckindt

L'auteur Ses Livres Adultes, Ses Albums de Jeunesse

 

Entre un arrière grand-père pêcheur d’Islande, un autre cap-hornier (reconverti en gardien de phare algérois), un grand-père qui débarqua à Shanghaï à 16 ans lors de son premier tour du monde comme soutier, un grand-oncle vendeur de parapluies rouges en Afrique noire et autres ancêtres terre-neuvas, il était naturel qu’elle rêve, sur une plage de sa Mer du Nord natale, à un glorieux destin d’exploratrice. A 17 ans, elle partait pour l’Amérique, où elle vécut 2 ans, mais s’arrêta là.

Ancienne élève de Roger Laporte elle y sera étudiante en philosophie puis photographe pour devenir, une fois rentrée, étudiante en anglais (faute de l’être en ethnologie), animatrice en FLE ou aide familiale pour handicapés, vendeuse & guide de musée (longtemps elle participa à des fouilles archéologiques), puis enseignante, lexicographe ou traiteur à domicile (en Angleterre, où elle vécut 5 ans), étudiante en communication, chanteuse de rues ou chargée de cours en bord de Méditerranée, traductrice et journaliste littéraires depuis les Pays-Bas (où elle vécut 5 ans aussi, avec un mari) ainsi qu’à Bruxelles où, ces 7 dernières années, elle a également étudié le scénario et travaillé comme dialoguiste, assistante de production, sous-titreuse (pour la Warner), caissière de cinéma (au Nova), ou encore correctrice parlementaire… Elle rêve de renouer avec des racines algéroises, corses, occitanes ou maltaises et, n’était une santé vacillante, doubler le Cap Horn aurait pu faire partie de tant de rêves à caresser.

Pour se consoler elle a publié une vingtaine de traductions de l’anglais, 2 albums jeunesse (Au Pays des rois, Nathan & Les Escalators, j’adore ! Gautier-Languereau), 6 textes in 365 Histoires, comptines et chansons, Albin-Michel, un guide de voyage, une quinzaine de nouvelles et poésies en revues (Sapriphage, Nouvelle Donne etc), achevé un second roman (La Femme défaite) et un En Arle où sont les Aliscams encore à paraître, ainsi que des contes oniriques pour enfants (dont 3 retenus chez Hors Commerce, Paris, où est édité Le Bûcher des anges, son premier roman, préfacé par Marcel Moreau).

Ancienne élève en creative writing de Ronald Sukenick, elle a été encouragée en écriture (après l’avoir été en traduction par Hector Bianciotti), grâce à sa sélection en 91 au Concours de Nouvelles de RFI, puis par plusieurs invitations au Festival de la Nouvelle de St Quentin ainsi qu’à nombre de lectures publiques. Elle a aussi participé à tables rondes, interviews (radio/TV) et autres interventions culturelles.
Elle prépare en ce moment deux projets cinématographiques expérimentaux de fragments urbains (La Femme sans nom/Urbi & Orbi) où elle continue d’explorer, en tant qu’auteur-réalisatrice, sa thématique plurielle axée autour de l’exil, l’identité, la folie, le désir l’amour, Dieu et la Shoah aussi. Un documentaire sur Frida Kahlo, auquel participerait Carlos Fuentes, pourrait être mis en route fin 2002.
Du nord au sud sa voix oscille et tangue, cherchant à percer l’essentiel de la nuit.

Passionnée de musique (qu’elle étudia au Conservatoire et à l’étranger, le chant fut, sa première folie), surtout de musiques traditionnelles (chant, mélodéon), d’arts & traditions populaires, de cuisines (et de chocolat !), d’errances languides, de landes embrumées ou de cafés enfumés où glaner tant de secrets, grande amoureuse de la langue française, et de Delvaux, Baker, Greenaway, Duras, L.Cohen, Duparc et B.Noël, elle a bénéficié en janvier-février 2002 d’un parrainage de La Maison des Ecrivains (Paris), où elle est également « Ami littéraire », pour une résidence d’écriture au Monastère de Saorge (Monum), et en espère d’autres à Arles, Rome ou Dublin d’ici la fin de l’année…

 

>> Changement d'adresse www.soonckindt.com >>