Denis Waxin : le tueur du Nord



    La traque d'un tueur en série français qui s'attaquait à des enfants dura quatorze années.  Au final, Denis Waxin fut confondu et reconnu coupable de trois assassinats de mineurs, d'une tentative de meurtre et de six viols.  Son arrestation fut un énorme soulagement pour la région lilloise.

Premier meurtre



    En novembre 1985, dans un quartier populaire du sud de Lille, une fillette de 6 ans, Nathalie Hoarau, fut retrouvée morte dans un terrain vague, à quelques dizaines de mètres de chez elle.  La petite avait été violée et poignardée.
A cette époque où les médias ne titraient que sur l'affaire Grégory, on espéra une arrestation rapide du maniaque qui avait ôté la vie à Nathalie.  Hélas, personne ne savait encore que l'enquête durerait quatorze années.
Tout comme on ignorait alors que le tueur, Denis Waxin, n'était âgé que de 17 ans en cette année 1985.

    Ce 22 novembre 1985, Nathalie était rentrée de l'école à 16h30 et sa mère lui avait demandé d'aller acheter du pain et des cigarettes.  Trop contente de ressortir, vu la perspective de pouvoir acheter quelques friandises avec la monnaie, l'enfant s'était rendue dans un commerce voisin.  Elle avait ensuite quitté la boulangerie pour rejoindre son domicile mais n'y était jamais arrivée.  Inquiète, sa mère était partie à sa recherche mais en vain, puis avait appelé la police.

    Les commerçants confirmèrent le passage de l'enfant dans leur boutique respective mais ne purent en dire plus.
Au bout de quelques heures, l'enfant avait été retrouvée morte dans un terrain vague proche de son domicile.  Le corps était dissimulé sous des branchages et à ses côtés reposaient les cigarettes et les friandises.  Détail touchant, sur la joue de l'enfant demeurait la trace d'une larme séchée.
Il apparut que la malheureuse victime avait été violée, puis lardée de coups de couteau.

Denis Waxin



    L'auteur de ce meurtre sauvage, Denis Waxin, était l'aîné d'une famille ouvrière lilloise qui comptait six enfants.  La famille vivait modestement, surtout grâce à une mère qui travaillait dans une école.  Le père, lui, était décrit comme absent et alcoolique.

    Envisageant de devenir mécanicien, Waxin obtint finalement un poste dans une station-service de Villeneuve d'Ascq.
A 23 ans, six ans après son premier meurtre, il se maria.

    Durant les années que dura son parcours criminel, Waxin ne fut jamais soupçonné par ses proches.  Beaucoup le décrivirent comme un individu ordinaire et serviable.
Denis Waxin


Nouveau meurtre



    Le 9 octobre 1990, cinq ans après le meurtre de Nathalie Hoarau, un promeneur découvrit le corps de Cathy Monchaux, 9 ans.  Comme dans le cas du premier meurtre, le corps avait été abandonné sous des branchages dans un terrain vague.  Le corps était dénudé.

    La veille au soir, le père de l'enfant l'avait autorisée à jouer dans la cour intérieure de l'immeuble HLM où vivait la famille.  Vers 20 heures, il l'avait appelée pour prendre le repas du soir.  L'enfant avait quitté la cour intérieure pour emprunter la porte d'entrée principale de l'immeuble, soit un trajet de quelques mètres.  Elle disparut durant ce bref trajet, en l'espace de quelques secondes.

    L'autopsie de l'enfant démontra qu'elle avait été victime de sérieux sévices sexuels et d'une dizaine de coups de couteau qui, comble de l'horreur, n'avaient pas été mortels.  Le rapport du légiste précisa : "Cathy est morte lentement, des suites d'une hémorragie interne".

    Alors qu'une vague d'horreur submergeait la ville de Lille, les enquêteurs interrogèrent nombre de personnes dont Denis Waxin.  Aucun élément probant ne fut recueilli.  Peu après, Waxin prépara son mariage, lequel eut lieu en 1991.

Troisième victime



    En juillet 1992, une fillette de quatre ans, Nadjia Tebib, disparut à Lille.  Elle fut retrouvée morte le 29 juillet, six jours après sa disparition, dans un terrain vague.
L'enfant avait été violée, poignardée et étouffée à l'aide d'un sac.
Une trace de sperme fut prélevée sur la scène de crime mais ne put être mise en rapport avec un suspect, l'ADN étant inconnu dans la banque de données de la police scientifique.

    Des enfants témoignèrent avoir vu un homme s'approcher de Nadjia et le décrivirent comme plutôt blond, âgé d'une trentaine d'années, grand et maigre.  Le signalement, trop vague, ne mena à rien.

L'arrestation



    Le 6 janvier 1999, une fillette de six ans, prénommée Wendy, collectait des pièces de monnaie pour une opération, en compagnie de son frère, lorsque Waxin l'aborda devant son domicile.
Il prétendit disposer de nombreuses pièces de monnaie et demanda à l'enfant de le suivre jusqu'à son domicile.
L'enfant ayant refusé, Waxin s'empara d'elle et l'entraîna de force dans une usine désaffectée.
Waxin déshabilla l'enfant et la menaça à l'aide d'une matraque électrique, lui précisant : "Arrête de pleurer ou je te fais ce que j'ai fait à des autres filles".  Terrorisée, le petite fille fut abusée par Waxin.

    Après plusieurs heures, ce dernier ressortit de l'usine avec l'enfant et lui déclara : "Toi, tu ne parles pas de ce qu'on a fait à la police, sinon je te tue.  Maintenant, tu peux t'en aller".

    La fillette fut recueillie au commissariat de Lille.  Les enquêteurs tentèrent d'établir un portrait-robot de l'agresseur sur base d'éléments limités.

    Deux jours plus tard, par hasard, la fillette vit Waxin passer dans la rue.  Prise de panique, elle avoua tout à ses parents.
Ré-avisés, les enquêteurs, présentèrent à la fillette des photos d'agresseurs sexuels ainsi que d'autres personnes connues des services de police.  Sans hésitation, Wendy désigna la photographie de Denis Waxin.
Le lendemain, derrière une vitre sans tain, l'enfant reconnut à nouveau Waxin qui était présenté parmi une dizaine de personnes.

    Des prélèvements ADN effectués sur Waxin le lièrent au meurtre de Nadjia Tabib, en 1992.  Acculé, Waxin reconnut ce meurtre, de même que celui de Cathy, commis en 1990.  Il ne reconnaîtra que plus tard le meurtre de Nathalie, commis en 1985.  Par contre, il avoua deux viols commis sur des garçons de 7 et 10 ans, en 1993.
Waxin fit ses aveux à la troisième personne et sembla être détaché par rapport à ses actes.
Arrestation de Waxin


Les procès



    Auteur de trois meurtres d'enfants et de six viols, Waxin fut un tueur en série dissimulé sous l'apparence innocente d'un homme ordinaire.
Il plaida le dédoublement de la personnalité mais les psychiatres le décrivirent comme un prédateur sexuel et un calculateur pervers d'une extrême dangerosité.

    Le premier procès d'assises déboucha, en 2002, sur une condamnation à perpétuité, assortie d'une période de sûreté de trente ans.
Waxin fit appel.

    Le second procès, tenu en 2003, se termina par un verdict très similaire : la perpétuité assortie d'une peine de sûreté de 29 ans.

    Seul tueur en série lillois du XXè siècle, Waxin deviendra accessible à la libération conditionnelle en 2032, à l'âge de 64 ans.
     

DENIS WAXIN


Nom : Denis Waxin

Victimes : 3

Lieux Lille, Nord (France)

Dates : Entre novembre 1985 et janvier 1999

Moyen : Arme blanche

Mobile : Pédophilie, gratification sexuelle

Verdict : Perpétuité


Rejoignez-nous sur Facebook