Thomas Hamilton : la tuerie de Dunblane



    La tuerie de Dunblane se déroula le 13 mars 1996 dans une école écossaise.  Elle coûta la vie à seize enfants, âgés de quatre à six ans, ainsi qu'à leur institutrice.

Les origines



    Thomas Watt naquit à Glasgow (Ecosse), le 10 mai 1952.  Ses parents s'étant séparés peu après sa naissance, il fut adopté par ses grands-parents qui changèrent son nom en Hamilton.
L'enfant grandit en pensant que sa mère était sa soeur.  Hamilton n'apprit la vérité à son sujet qu'en 1985, à l'âge de 33 ans.

    En 1992, la grand-mère d'Hamilton mourut et son grand-père intégra une maison de retraite.
A l'âge de 40 ans, incapable de se lier d'amitié avec des adultes, Hamilton se retrouva donc seul pour la première fois de sa vie...

Des soupçons de pédophilie



    Hamilton avait été scout étant enfant et avait continué à s'intéresser à cette organisation une fois devenu adulte.
En 1973, des plaintes furent déposées à son encontre.  Il fut, par exemple, accusé d'avoir forcé deux jeunes garçons à dormir avec lui dans une caravane.
Hamilton se justifia mais des plaintes similaires se succédèrent et il fut finalement prié de quitter les scouts.
Jusqu'en 1978, Hamilton tenta de réintégrer les scouts, parfois en postulant à un poste de responsabilité dans un autre district...  Ses démarches furent vaines car son nom était porté sur une liste noire.

    Hamilton, frustré, changea son fusil d'épaule et créa ses propres clubs destinés aux jeunes garçons.  Bientôt, il géra une quinzaine de clubs destinés à des garçons âgés entre huit et onze ans.  Si Hamilton bénéficia occasionnellement de l'aide de quelques personnes, il géra la plupart du temps ces clubs seul.  Néanmoins, il veilla à user d'une phraséologie particulière, comme par exemple "Le comité des clubs de sport pour garçons", afin de donner l'impression d'une gestion effectuée par plusieurs adultes.  La réalité était toute autre...

    Les clubs gérés par Hamilton furent couronnés de succès, certains comptant jusqu'à 70 garçons, mais ils finirent toujours par décliner.
La discipline imposée par Hamilton était proche d'un entraînement militaire et finit par lasser parents et enfants.

    Hamilton faisait preuve d'un intérêt particulier pour certains garçons.  Il imposa le port de maillots très moulants et exigea que les enfants se changent dans les gymnases et non plus dans les vestiaires.
Par la suite, il prit les garçons en photo puis, à partir de 1989, tourna des vidéos "promotionnelles" et "publicitaires".  Toutefois, l'objectif de Hamilton était généralement focalisé sur certaines parties de l'anatomie des garçons.
Les murs du domicile de Hamilton se couvrirent de centaines de photos d'enfants en maillots.

    En plus des stages de gymnastique, Hamilton mit en place des activités de natation destinées à des garçons de neuf ans.
En 1988, l'un de ses camps de natation, tenu sur les rives du Loch Lomond, reçut la visite des autorités qui jugèrent que les enfants étaient mal nourris et étaient vêtus d'une façon inadéquate.
Hamilton hurla à la calomnie mais, jusqu'en 1991, les activités de l'homme furent régulièrement contrôlées par la police.

    En 1995, les rumeurs de pédophilie enflèrent et les camps de Hamilton fermèrent les uns après les autres faute de candidats.
Thomas Hamilton


La tuerie



    Le 13 mars 1996, Hamilton quitta son domicile pour rejoindre l'école primaire de Dunblane, située à une dizaine de kilomètres.  Il était porteur de deux pistolets Browning 9mm et de deux revolvers Smith et Wesson 357 Magnum.

    Après avoir grimpé à un poteau pour couper les lignes téléphoniques, il pénétra dans l'établissement scolaire avant de rejoindre la salle de gymnastique.  Il y découvrit un groupe de 28 enfants, âgés de cinq et six ans, ainsi que deux enseignantes.
Hamilton sortit un Browning GP et ouvrit le feu. L'enseignante Gwen Mayor, 47 ans, fut tuée.  Hamilton tua aussi un enfant et en blessa plusieurs autres.  Il se dirigea vers les blessés et les tua à bout portant.
Hamilton sortit ensuite du gymnase et prit pour cibles des adultes et des enfants qui se trouvaient au dehors ou dans des classes.
Dans la bibliothèque, un membre du personnel, Grace Tweedle, fut atteinte à la tête.

    Hamilton tira plusieurs coups de feu au hasard, puis réintégra le gymnase.  Il sortit ensuite un revolver et se tira une balle dans la bouche.
L'institutrice et la plupart des enfants
visibles sur cette photo furent tués




    La fusillade causée par Hamilton dura trois à quatre minutes.
Quinze enfants et leur institutrice, Gwen Mayor, furent tués.  Les seize victimes avaient été atteintes à quarante-huit reprises.
Un seizième enfant mourut durant son transfert en clinique.
Treize personnes furent blessés à des degrés divers.

    La tuerie, effroyable, aurait pu être encore pire car la police ne fut appelée qu'une minute après le suicide du tireur.
Hamilton avait emporté 743 cartouches et n'en avait utilisées "que" 106.  Son deuxième pistolet et un revolver étaient restés dans leur étui respectif et le second revolver n'avait servi qu'au suicide de l'auteur.

    Parmi les survivants du massacre se trouvait le joueur de tennis Andy Murray, alors âgé de neuf ans, qui déclara ne pas se souvenir des faits et refusa systématiquement de parler de cet épisode dramatique de sa vie avant de finalement l'évoquer dans sa biographie "Hitting Back", en 2008.

    La tuerie donna lieu à un contrôle des armes à feu radical en Grande-Bretagne puisque toute détention d'arme fut interdite aux particuliers par le gouvernement de John Major.

L'aspect psychologique



    La tuerie commise par Hamilton fut une surprise complète même si l'homme était décrit comme solitaire et "bizarre".
Les mobiles du tueur demeurèrent ignorés mais furent probablement en rapport avec les problèmes qu'il rencontra dans ses clubs de jeunes.

    Hamilton fut suspecté de pédophilie et de nombreuses plaintes furent déposées contre lui, sans toutefois qu'une condamnation soit prononcée à son encontre.

    Hamilton laissa des écrits dans lesquels il prétendait que des rumeurs avaient provoqué l'échec de ses activités professionnelles.  Il se plaignit aussi que ses efforts pour mettre en place des clubs de jeunes eurent pour résultat une persécution de la part des autorités.

Thomas Hamilton


Nom : Thomas Hamilton

Victimes : 17

Lieux : Dunblane (Ecosse)

Date : 13 mars 1996

Moyens : Pistolet Browning GP 9mm

Mobiles : Ignorés

Verdict : Suicide le 13 mars 1996


Rejoignez-nous sur Facebook