Le gang de Roubaix : l'odyssée sanglante des islamistes



    En 1996, une dizaine d'islamistes français, décidés à soutenir le combat des musulmans de Bosnie contre les Serbes, commirent une série de braquages violents dans la région de Lille et de Roubaix, usant d'un armement lourd.  Plusieurs membres du gang périrent dans un immeuble en flammes lors d'un assaut des policiers du RAID.

Les origines



    Le gang de Roubaix trouva ses origines, durant l'année 1995, à Zenica, en Bosnie.  Parmi les médecins qui y soignaient les blessés musulmans dans le cadre de la guerre de Bosnie, se trouvait un Français de 26 ans, Christophe Caze.
S'étant rendu en Bosnie dans un but humanitaire, Caze se convertit à l'Islam et devint un fanatique religieux. 
Au cours de ses rares retours à Roubaix, il tenta de convaincre ses amis de le rejoindre en Bosnie afin de participer au Djihad.
Caze sera le chef du futur gang de Roubaix.

    Un autre membre majeur sera Lionel Dumont.  Ce Français de 24 ans, décrit comme idéaliste, s'était de longue date tourné vers la religion avant de se convertir à l'Islam sous l'influence de ses amis maghrébins.
Lui aussi gagna la Bosnie pour des raisons humanitaires avant de tomber dans l'intégrisme et d'épouser une musulmane de seize ans.  Via une organisation islamique radicale, il participa aux combats contre les Serbes.

    En 1995, les accords de Dayton mirent un terme aux combats.  Caze et Dumont, qui s'étaient rencontrés, décidèrent de rentrer en France.  Une fois de retour au pays, ils décidèrent de récolter des fonds afin de soutenir des groupements islamistes en lutte contre l'Occident.  Pour obtenir ces fonds, ils optèrent pour la voie criminelle.
Bientôt, le futur gang de Roubaix intégra d'autres membres pour compter jusqu'à une quinzaine de personnes parmi lesquelles :
  • Mouloud Bouguelane,
  • Omar Zemmiri,
  • Hocine Bendaoui,
  • Seddik Benbahlouli,
  • Rachid Souimdi;
  • Saad Elahiar,
  • Nuri Altinkaynak,
  • Amar Djouina.
La plupart des membres avaient combattu en Bosnie et avaient été en contact avec Abdelkader Mokhtari (alias Abou El-Maali), un Algérien dirigeant plusieurs cellules terroristes.
Christophe Caze


Les actions du gang



    Au début de 1996, le gang de Roubaix commit sa première attaque.  Le 20 janvier, trois auteurs, utilisant une BMW volée, braquèrent un magasin de Watreloos, raflant 10 000 euros.

    Le 27 janvier, à Roubaix, quatre ou cinq individus dérobèrent une Audi sous la menace des armes.  Poursuivis par deux policiers, les auteurs arrêtèrent leur véhicule et tirèrent au pistolet-mitrailleur sur le véhicule de police, blessant sérieusement un représentant de l'ordre, avant de prendre la fuite.

    Le 3 février, le gang attaqua le magasin Aldi de Lomme.  Affublés de masques de carnaval, les auteurs raflèrent 3 000 euros.  Devant la faiblesse du butin, ils tentèrent d'attaquer le magasin Aldi d'Haubourdin mais furent mis en fuite par la police.

    Le 7 février, trois hommes encagoulés dérobèrent 3 500 euros au magasin Lidl d'Auchy-les-Mines, non sans tirer plusieurs coups de feu.

    Le lendemain, ils attaquèrent le Lidl de Faches-Thumesnil, emportant 3 000 euros.  Le même jour, les gangsters attaquèrent un magasin de Croix, tirant sans les atteindre, sur plusieurs membres du personnel.  Ayant pris la fuite à bord d'une Renault 25 conduite par Lionel Dumont, les braqueurs furent poursuivis par la police et eurent un accident. 
Les policiers, rapidement parvenus sur les lieux, furent copieusement arrosés de balles, l'un des auteurs utilisant une Kalachnikov.
Les gangsters tentèrent de s'emparer par la force d'une Mercedes; le conducteur, ne s'exécutant pas assez vite, fut tué de sept balles dans la tête tirées à bout portant.  Le gang fit là son premier mort.
Finalement, les braqueurs réussirent à prendre la fuite à bord d'une Peugeot 205 dérobée sous la menace.

    Après ces événements sanglants, le gang se tint tranquille un mois durant.  Caze et Dumont en profitèrent pour se rendre en Bosnie afin de se procurer des armes de guerre et un lance-roquette.  Leur but était de s'attaquer à un transport de fonds afin d'obtenir un butin plus conséquent que les précédents.

    Le 25 mars, de retour en France, Caze, Dumont et leurs complices attaquèrent un fourgon de la compagnie Brink's sur le parking du magasin Auchan de Leers, n'hésitant pas à utiliser des armes lourdes malgré la présence de nombreux passants.  Même si le fourgon blindé fut soulevé de terre par l'explosion de la roquette et percé de 17 balles, les convoyeurs ne furent pas atteints.  Incapables d'accéder à l'intérieur du véhicule, les gangsters durent prendre la fuite sans butin.

    Le 28 mars, deux jours avant la réunion prévue des ministres du G7, le gang fit exploser une voiture devant le commissariat de Lille, occasionnant des dégâts limités.

    Si le gang devenait de plus en plus violent, la police n'était pas restée inactive.  Une planque du gang fut localisée à Roubaix, au 59 de la rue Henri-Carette.  Les policiers du Raid se préparèrent à passer à l'action.

L'assaut



    Le 29 mars 1996 à 6h15, les policiers du Raid défoncèrent la porte de l'habitation.  Un des membres du gang ouvrit le feu à la Kalachnikov, blessant un policier avant d'être abattu.
Depuis l'étage, trois autres islamistes lancèrent des grenades dans la rue, blessant un autre policier et obligeant les assaillants à reculer.

    Arrosés de gaz lacrymogène, les membres du gang ripostèrent à coups d'armes automatiques et firent savoir qu'ils ne se rendraient pas.  Les policiers du Raid furent contraints d'ouvrir le feu à balles réelles, tandis qu'un incendie se déclenchait au premier étage de la maison.
La fusillade dura une partie de la journée.  Ayant tiré plus de 1 000 cartouches en une heure et demie, les membres du Raid durent obtenir des munitions supplémentaires auprès du commissariat local.
De leur côté, les habitants de la rue durent prendre la fuite au milieu des tirs.
Finalement, le plancher et le toit de l'habitation en flammes s'écroulèrent.  Parmi les décombres, les membres du RAID découvrirent les corps de quatre membres du gang (Saad Alaihair, Nuri Altinkaynak, Amar Djouina et Rachid Souimdi) ainsi que de nombreuses armes.
Caze et Dumont ne figuraient pas parmi les victimes.
L'attaque du RAID


La fin du gang



    Le jour même de l'assaut du RAID, Christophe Caze prit la fuite en Belgique.  Il fut localisé sur l'autoroute Lille-Gand et tué par les policiers belges aux environs de Courtrai, après avoir tenté de forcer un barrage.  Dans son véhicule furent découvertes des armes antichars, des armes de poing, des mitraillettes et une disquette informatique contenant des informations détaillées sur la manière de faire exploser des immeubles et des ponts.

    Lionel Dumont resta en fuite plusieurs années durant.  Ayant regagné la Bosnie, il y commit plusieurs braquages avant d'être arrêté.  Dans les jours qui précédèrent son extradition vers la France, en 1999, il s'évada de la prison de Zenica.
L'homme voyagea ensuite en Indonésie et au Japon avant de passer en Allemagne.  Ce fut dans ce pays qu'il fut arrêté, en 2003, par la police anti-terroriste.

    Extradé en France, Dumont fut jugé en 2005 et condamné à trente ans de détention avec une peine incompressible pour les deux tiers.  En avril 2007, un procès en appel réduisit sa peine à vingt-cinq années de détention.
Les autres membres du gang furent également condamnés : Omar Zemiri, Mouloud Bouguelane et Hocine Bendaoui furent condamnés en octobre 2001 à 28, 20 et 18 ans de prison ferme.  Bendaoui a été libéré en novembre 2011.  Omar Zemmiri le fut au début 2013.
Un seul membre du gang resta en fuite : Seddik Benbahlouli, condamné en 2001 à 20 ans de prison par contumace.

    Avant de se radicaliser et d'intégrer le gang, ces personnes, toutes âgées de moins de trente ans, n'avaient pas d'antécédents judiciaires.
En moins de deux mois, le gang de Roubaix mit le nord de la France à feu et à sang sous le couvert d'une lutte idéologique.  Jamais cette région n'avait connu une criminalité aussi extrême.  Et depuis 1996, aucune action criminelle n'a égalé la violence du gang.
Lionel Dumont


LE GANG DU ROUBAIX


Noms : Christophe Caze, Lionel Dumont, etc

Victimes : 1

Lieux : Environ de Lille et Roubaix, Nord (France)

Dates : Entre janvier et mars 1996.

Moyens : Armes de guerre

Mobile : Grand banditisme en vue de financer un Djihad

Verdict : De 18 à 28 ans


Rejoignez-nous sur Facebook