| A c c u e i l | D i s c o g r a p h i e | V i d e o g r a p h i e | L e G r o u p e | H i s t o r i q u e | L i v e | B o o t l e g s | F o r u m | L i e n s |
Historique - Mark 3 - Seconde vie et second succès

La Mark2 étant définitivement finie, Jon, Ian et Ritchie peuvent se pencher sur l’avenir du groupe. Ils auraient pu se contenter de Hughes pour assurer le chant et la basse, mais ils préféraient tout de même engager un chanteur supplémentaire, d’abord pour avoir une voix plus masculine mais aussi pour avoir un vrai leader sur le devant de la scène et pas un chanteur caché derrière sa basse. De plus, l’idée d’un duo vocal leur plait beaucoup et leur permet de bien se démarquer de ce qu’ils faisaient avec la Mark2.

Ritchie en revient d’abord a la même idée qu’il avait eu pour Baby Face, à savoir Paul Rodgers, mais celui ci refuse finalement, préférant continuer Free, puis Bad Company. Dans la presse, les rumeurs vont bon train, mais le groupe n’a en fait aucune idée. Ils passent alors une annonce dans NME annonçant qu’ils cherchent un chanteur. Ils reçoivent donc un grand nombre de cassettes, prêtant tantôt a l’hilarité tantôt a la pitié. Cependant, ils trouvent au milieu de tout ça une cassette d’un groupe plutôt médiocre, mais la voix du chanteur les intéresse beaucoup.

Cet homme est en fait David Coverdale, chanteur semi-pro, vendeur de cravate dans un magasin le jour mais chanteur dans divers groupe. Le destin fait qu’il avait déjà eu l’occasion de croiser la route de Deep Purple, puisqu’en 69, il fait avec son groupe de l’époque la première partie de Deep Purple lors d’un des premiers concert avec Ian et Roger, et qu’après le concert, Jon lui avoue avoir été assez impressionné par sa performance et lui demande même son adresse, au cas ou cela ne fonctionnerait pas avec Gillan !

Toujours est il que durant cet été 73, il est invité à une audition avec le groupe. Ils jouent ensemble quelques heures, sur des morceaux allant de Little Richard aux Beatles, puis finalement, Coverdale retourne chez lui, non sans avoir eu un entretient avec Tony Edwards qui lui donne 50£ pour aller se faire faire une nouvelle coiffure et s’acheter de nouveaux vêtements. Il faut dire qu’a l’époque son look laissait quelque peu à désirer, sans parler de ses yeux accusant un léger strabisme et d’une légère surcharge pondérale. Qu’importe, tout cela était remédiable, ce qui comptait était sa voix.

Et effectivement, quelques jour après son retour, il reçoit un coup de fil de Tony Edwards lui annonçant qu’il est engagé. Après une première séance d’écriture chez Ritchie, il retourne une fois de plus chez lui et est rapidement rejoint par Glenn Hughes, avec qui ils écrivent leurs premiers textes. Le 9 septembre, tout le groupe se retrouve au Clearwell Castle dans le Gloucester pour une session d’écriture pour les titres de ce qui deviendra par la suite l’album Burn. Cette session sera interrompue par une visite éclair a Hambourg, dans le but de trouver un studio pour l’enregistrement de Burn. Une fois revenus au Clearwall Castle, le 23 septembre, lendemain des 22 ans de Coverdale a lieu la conférence de presse qui doit présenter les deux nouveaux venus a la presse.

Le 3 novembre, n’ayant pas trouver de nouvel endroit ou enregistrer, ils décidèrent de se replier sur une valeur sur, Montreux. ou ils s’installèrent au Convention Centre, avec toujours le studio mobile des Stones et Martin Birch au commandes. L’enregistrement se passa nettement mieux que celui de l’album précédent, et le tout fut enregistrer en un temps record, puisque moins de deux semaines après leur arrivée tout était déjà sur bandes !

L’album enregistré, il fallait maintenant commencer la tournée. Un sorte de petite tournée warm-up était prévue début décembre et c’est donc le 9 décembre que la Mark3 donna son premier concert, au KB Hallen a Copenhague. Le setlist reprenait un grand nombre de titres du nouvel album, puisque le concert commençait avec quatre nouveaux morceaux, puis Smoke on the Water, un cinquième titre que Burn et enfin Space Truckin’, puis en rappel encore un titre de Burn, What’s Goin’ on Here. Cette dernière sera remplacée pour la suite de la tournée par le reprise d’un titre de Don Nix, Going Down, a laquelle s’ajoutera rapidement Highway Star.

Le tournée proprement dite commença le 21 janvier par trois concert a l’Olympia de Paris puis continua en Allemagne, mais dut être annulée après le second concert allemand car Jon Lord est victime d’un crise d’appendicite. La tournée américaine prévu pour février est repoussée à mars, et le groupe a donc un peu plus d’un mois de vacances forcée, durant lequel sort l’album, le 15 février.

C’est le 3 mars que commencera la tournée américaine. Afin d’éviter tous les ennuis lié aux vols retardé où annulés et à tous les problèmes pouvant survenir durant les transferts entre concert, le management avait décidé de louer le Boeing 720B Starship 1, sur lequel était même peint le nom du groupe. Le point culminant de la tournée fut sans conteste l’apparition au festival California Jam le 6 avril. Ce festival, dont Deep Purple étaient les headliners avec ELP, attira plus de 200.000 personnes. Il restera aussi dans les mémoires pour les évènements qui ont entouré le set du groupe.

En effet, malgré le fait qu’ils étaient programmés a 7h30, le festival se déroule tellement bien que dès 6h30, le promoteur veut les faire passer car tout s’était déroulé plus vite que prévu.. Ritchie refusera catégoriquement, ce qui mena le promoteur a menacer de les supprimer de l’affiche purement et simplement. Ce n’est que grâce au tour manager Ossie Hoppe qui décidera de soudainement monter sur la scène et demander au public s’ils voulaient Deep Purple que leur concert pu être assuré. En effet, vu l’énorme réaction du public, le promoteur comprit qu’annuler Deep Purple serait synonyme d’émeute et donc de casse. Le groupe commença finalement a l’heure prévue, mais en conclusion du show, Ritchie fit d’abord exploser un de ses amplis, puis cassa une première guitare, puis un seconde, et enfin, la troisième y passa sur ... la camera d’ABC qui le gênait depuis le début du concert ! Cette fin de concert en apothéose rendra non seulement difficile le passage d’ELP après eux, mais les forcera aussi a quitter le lieu du festival très rapidement via l’hélicoptère prévu pour éviter la police !

Après une longue tournée au Royaume-Uni de près d’un mois et demi, avec comme première partie Elf, un peu de repos était prévu au mois de juin, puis une session d’écriture pour le prochain album, bien que Burn n’était dans les bacs que depuis quelques mois. Il se retrouvèrent donc tous en juillet de nouveau au Clearwell Castle. Les idées sont abondantes, assez même que pour un moment envisager de faire un double album, mais les premières tentions arrivent également. En effet, Hughes et Coverdale commencent a bien s’intégrer dans le groupe et donc aussi a tenir tête a Blackmore. Pour la première fois, certaines de ses idées sont rejetées (comme celle de reprendre Black Sheep of the Family qui devra attendre encore un an et le premier album de Rainbow), et certaines idées qui ne lui plaisent pas lui sont tout de même imposée.

Qu’importe, après la session d’écriture vient le temps de l’enregistrement, qui commence le premier août au Musicland studio a Munich. Le tout fut bouclé en trois semaine, et fin août il repartent aux Etats Unis pour quatre concerts dans des stades pouvant chacun contenir plusieurs dizaines de milliers de personnes, surfant sur la vague du California Jam. De retour en Europe, ils avaient quelques dates prévue en Allemagne en septembre pour compenser celles annulées en janvier suite a la maladie de Jon.

Stormbringer sort en décembre 74. Les critiques sont mitigées et les ventes moins bonnes que celles de Burn. Malgré cela, la tournée, commencée un mois plus tôt, le 14 novembre a San Francisco rempli d’énormes salles et est un succès. Les support sont ELO et une fois de plus Elf. Il n’est donc pas étonnant que quand au cours de cette tournée Ritchie décide d’enregistrer deux titres pour un single solo il engage entre autre Hugh McDowell d’ELO mais aussi Ronnie Jame Dio, chanteur d’Elf. D’ailleurs, après la fin de la tournée, plutôt que de retourner en Europe comme les autres, Ritchie restera aux States avec Dio pour écrire des titres en vue d’un futur album solo.

Cet album sera enregistré en février, après un concert seulement en janvier, au Sunbury festival a Melbourne. Le groupe de Ritchie sur cet album n’est autre que Elf, le groupe de Dio (amputé tout de même de son guitariste, bien sur). Si pour tous les autres membres de Deep Purple c’est plutôt considéré comme un projet complémentaire, pour Ritchie c’est une occasion de préparer sa vie après Deep Purple. En effet, vu les divergences vécue lors de l’enregistrement du dernier album, il préfère lancer un groupe dont il serait le seul maître, et cet album est une bonne occasion de préparer le terrain.

Et effectivement, au cours de la tournée européenne qui suivit en mars, Ritchie semblait être de moins en moins impliqué, puis annonça finalement au reste du groupe qu’il quitterait le groupe a l’issue de la tournée mi-avril. Il accepta tout de même que les trois derniers concerts soit enregistrés en vue d’un album live. Quand le départ de Ritchie fut annoncé au média, peu crurent a une possible continuation, mais le communiqué officiel annonçait trois mois de break pour laisser le temps d’enregistrer des albums solos, mais rien de plus. La Mark3 était elle bien terminée.

Mark 2 - La naissance du mythe | Retour à l'index de l'historique | Mark 4 - La fin d'une époque