La Viole de Gambe n'est pas du tout l'ancêtre du Violoncelle !

A la Renaissance, les cordes frottées se décident enfin à se fédérer en deux familles : les instruments à 4 cordes - Violon, alto, ténor et basse de Violon - et les instruments à 5, 6 et même plus tard à 7 cordes - les Violes de Gambe.
C'est à la famille de la Viole de Gambe que l'on attribue les œuvres savantes au XVIe siècle tandis que celle du violon, à la sonorité trop "grincheuse" ne jouera que la musique populaire, plutôt méprisée dans les palais...



Dame qui joue de la viole en chantant

Au début du XVIIe, l'Italie inversera les rôles : c'est désormais le violon qui exprimera les états d'âme les plus raffinés et les plus déchirants.
Cependant, l'Angleterre et la France restent fidèles au caractère de noblesse du son de la Viole. Les pays germaniques hésiteront entre les deux jusque dans les années 1760, grâce à Telemann, Bach, Abel et Graun...

Dès la fin du XVIIe, le Violoncelle triomphe définitivement en Italie; en France et en Angleterre, la Viole est encore en sursis !

C'est sous le règne de Louis XV que le dernier combat de la Viole fait rage entre 1720 et 1740. La famille Viole oppose son "dessus " et son "pardessus" de viole au Violon envahisseur et au Violoncelle conquérant. Mais, même l'ouvrage d'Hubert Le Blanc Défense de la Basse de Viole contre les entreprises du Violon et les prétentions du Violoncelle (1740), ne changera pas l'issue de cette lutte acharnée. Le Violon et le Violoncelle, plus aptes à faire valoir une musique spectaculaire dans de grands espaces sonores, détrôneront à jamais la noble Viole, symbole des salons des "précieuses".

La Révolution Française de 1789 n'était plus très loin...

Jean-Pierre Boullet