Eddy Merckx récite Virgile

 
 

En 2005, à l’occasion de son soixantième anniversaire, Eddy Merckx récite deux fables de LA FONTAINE réécrites en patois de Bruxelles – le brusseleer1 – par Léon Crabbé alias VIRGILE et Georges LEBOUC.

Le texte de ces transpositions est édité aux éditions Racine : VIRGILE, Georges LEBOUC, Fables complètes  .

 

La cigale et la fourmi

Vidéo  
  La cigale avait chanté tout l’été
En courant sur ses slaches
Dans la drache.
Mais2 quand elle a vu arriver l’hiver
Elle s’est dit : « Nom de bleu ! comment c’que je vais faire,
Je saurais même pas m’acheter
Un pistolet au haché ! »
Pauvre petite cigale,
Elle était là sans un balle.
Alors elle va trouver la fourmi sa voisine
Chez qui ça sentait bon la cuisine
Faite à la margarine
Et elle dit :
« Astableeft, donnez-moi
Un stukske de n’importe quoi
Sinon je tombe ici de mon sus devant toi.
Vous avez bien un restant de kip-kap
Ou bien un peu de raeispap
Du vieux bodding, une vieille croûte de fromâch ?
Il faut absolument que je bouffe
Et, par homme d’honneur, je paierai mon pouf
Quand j’aurai touché mon chômâch. »
Oué, mais la fourmi n’était pas contente
Qu’on la prend pour une succursale de chez Ma Tante
Et elle répond :
« Espèce de trut
Au lieu de lancer des contre-ut
Qui rapportent que des ronds de carotte
Vous n’aviez qu’à faire un spoerpot.
Donc, vous avez chanté tout l’été, c’est bien ça ?
Eh bien mainant, dansez le cha-cha-cha. »

slaches : savates
drache : pluie



pistolet : petit pain de mie rond

un balle : un sou




astableeft : s’il vous plaît
stukske : petit morceau
tomber de son sus : s’évanouir
kip-kap : pâté de viande
raeispap : bouillie de riz
bodding : pudding

par homme : prononciation altérée de parole -
pouf : dette

qu’on la prend : qu’on la prenne -
Ma Tante : Mont-de-Piété
trut : femme laide et sotte


spoerpot : tirelire

mainant : prononciation altérée de maintenant
 

Le corbeau et le renard

Vidéo  
  Menhier3 le corbeau, sur un bûmeke perché,
Tenait dans son bleis
Un hettekeis.
Menhier le Renard, par l’odeur faxiné
Passait juchtement par là
Et y dit comme ça :
« Tiens qui voilà ! Mais c’est Suske le corbeau !
Potferdekke, breuke, vous êt’s joliment beau !
Comment c’que tout’s ces plumes
Ça sait faire un si beau costume !
Et si vous êt’s capabel de chanter
Aussi bien que vous êt’s habillé,
Sans mentir, tous les oiseaux de ce bois
Sont de la crotte à côte de toi !
Le rossignol est un snul
Et le pinson, un tatchelul ! »
Le corbeau en entendant ça,
Veut chanter un’ dontje d’opéra.
Il ouvre son bec grand comme un’ port’ cochère
Et klett ! Son hettekeis triboule par terre.
Le renard saut’ dessus et en un’, deux, trois,
Y l’avait scamoté dans son estomac.
Alors, y dit : « Apprenez, beau chanteur,
Qu’y faut jamais écouter les flatteurs !
En vous frottant la manche, y vous attrapent ! »

Och érme ! Le corbeau, y savait plus dir’pape !
Aussi la prochain’ fois, au lieu d’ouvrir son bec,
Y dira simplement5 : « Den deuvel on’ â nek ! »
menhier : monsieur - bûmeke : petit arbre, arbrisseau
bleis : figure ronde
hettekeis : fromage de Bruxelles
faxiné : prononciation altérée de fasciné
juchtement : prononciation altérée de justement
y : prononciation altérée de il
Suske : diminutif de François
potferdekke : juron - breuke : mon vieux, mon frère


capabel : prononciation altérée de capable



snul : minus, idiot
tatchelul : bête type, benêt

dontje : chansonnette, morceau de musique

klett : vlan ! patatras ! -
tribouler : dégringoler, tomber ; renverser4
scamoté : prononciation altérée de escamoté




och érme : pauvre de lui ! -
dir’ pape : prononcer un mot, proférer un son
den deuvel on’ â nek ! : (le diable à ton cou !) va au diable !
 

1 À propos du brusseleer (écrit parfois brusseleir ou brusselair ), je vous recommande les liens suivants :
• Aperçu général : Wikipedia  
• Éric GOD, Petit lexique du bon parler bruxellois : mis en ligne par Nelly Matterne  
• Évolution de la langue à Bruxelles : Pour la science et pour la zwanze (Point de vue diachronique)  
• Les quatre dialectes de Bruxelles : Humoeurs bruxelloises (Point de vue synchronique)  
L’invention du marollien littéraire : article de Paul ARON dans Le Carnet et les Instants  
L’influence de Bruxelles sur le français en Belgique : article de Michel FRANCARD dans Brussels Studies  
À ce propos, voyez l’exercice portant sur un extrait d’un Dialogue de la semaine de VIRGILE  .

2 Eddy Merckx s’écarte un rien de la version papier : Or, Potferbleu, Tu as bien un morceau de fromage, un vieux morceau de bodding, la cousine.

3 Eddy Merckx dit : Mister, A envie, en voyant ça…

4 En français, « tribouler », mot considéré comme vieilli, populaire ou familier, signifie agiter, remuer, troubler, faire tomber  . Mais en brusseleer  , comme en chti  , « tribouler » signifie aussi tomber en roulant.

5Y dira simplement souligne l’emploi ironique de la formule au lieu d’ouvrir son bec  : si la leçon est retenue dans sa forme, elle ne l’est pas dans le fond.