Concordance des temps

En rouge : date de la base principale établie par rapport au moment de la parole (concordance absolue)
En bleu : date des bases subordonnées établie par rapport à la date de la base principale (concordance relative)
Antériorité
dans le passé
(1.1)
    Antériorité
dans le présent
(2.1)
    Antériorité
dans le futur
(3.1)
   
 
ANTÉRIORITÉ
Simultanéité
dans le passé
(1.2)
/PAROLE (1)
   
SIMULTANÉITÉ
Simultanéité
dans le présent
(2.2)
/PAROLE (2)
   
POSTÉRIORITÉ
Simultanéité
dans le futur
(3.2)
/PAROLE (3)
 
       
           
    Postériorité
dans le passé
(1.3)
    Postériorité
dans le présent
(2.3)
    Postériorité
dans le futur
(3.3)
EXEMPLE

Comme le fleuve avait débordé (1.1), le personnel municipal, sachant que les eaux monteraient (1.3) encore, évacuait (1) toujours les voitures qui encombraient (1.2) les quais. (Texte à caractère descriptif)

Dès que le fleuve eut débordé (1.1), le personnel municipal, sachant que les eaux monteraient (1.3) encore, évacua (1) immédiatement les voitures qui encombraient (1.2) les quais. (Texte à caractère narratif)

Comme le fleuve a débordé (2.1), le personnel municipal, sachant que les eaux monteront (2.3) encore, évacue (2) immédiatement les voitures qui encombrent (2.2) les quais.

Dès que le fleuve aura débordé (3.1), le personnel municipal, sachant que les eaux monteront (3.3) encore, évacuera (3) immédiatement les voitures qui encombreront (3.2) les quais.

OBSERVATIONS
  1. La postériorité dans le présent (2.3), la simultanéité dans le futur (3.2) et la postériorité dans le futur (3.3) sont rendues par le seul futur simple à l’indicatif et, au subjonctif, précisons-le, par le seul présent.
  2. Comme le montre l’exemple, l’imparfait et le passé simple ne présentent pas de différence de date mais bien une différence d’aspect (question développée dans la seconde section de ce chapitre) : exprimant une durée ou un état, l’imparfait assure la fonction descriptive tandis que le passé simple est le temps du récit mettant en avant-plan l’action. Il en est de même pour les plus-que-parfait et passé antérieur.