Poésie mon amie

Un an de retraite et…

Chaque vers du poème ci-dessous présente un mot masqué. Replacez ces mots eu égard à la rime, au nombre de syllabes et à d’autres indices que vous ne manquerez pas d’observer.

   apprécient      bretteurs        clou      conclusions      confidente      courir      critiques      demandé      demander      dignité      emploi      esprits      feraient      fois      irions      larme      linéaire      modestie      moment      orgueil      pendule      printemps      réunis      restera      séquelles      tourne      vaines      vous‑même   
Votre serviteur  —  



Bérénice  —  
—  
—  
—  
—  
—  
—  
—  
—  
—  
Un an de retraite et j’émets deux  :
L’école où j’œuvrais bien même sans moi ;
Et je tourne toujours n’assumant plus l’ –
L’une vraie mais la seconde non !
D’abord, pourquoi tourner alors qu’on peut   ?
D’un moteur ne veux me servir !
Et comment pouvez-vous pleurnicher sur
Puis-je vous où donc est le problème ?
Plutôt que de penser à votre  !
Une de moi sur vous-même vous tente ?
Allons ! reprenez-vous ! un peu de  !
Je suis de et non de vanité !
Vous confondez la dignité avec l’ !
Je vous confonds avec le de mon cercueil !
Le chœur  —  



Bérénice & votre serviteur  —  



Le chœur  —  

Bérénice & votre serviteur  —  
Il suffit maintenant ! ce n’est point le
De vous laisser aller à de querelles !
Vous n’imaginez pas quelles graves
Laisse dans les ce tournoi bêtifiant !
Nous ne vous avons pas sonné ni
L’heure à votre ni si vous suiviez
Même l’heure d’été ! Réservez vos
À ceux qui vos propos despotiques !
Ils étaient brouillés çà ; les voici  !
Que -ils sans nous ? Vain serait le croquis !  
Vous nous sauvez la mise encore cette
Car sans vous nous sans doute de guingois ;
Vous avez mis un terme à nos jeux de  :
C’est un nouveau qui éclaire nos cœurs !

Votre serviteur (01/03/11)