Poésie mon amie

Là, littéralement !

Chaque vers du poème ci-dessous présente un mot masqué. Replacez ces mots eu égard à la rime, au nombre de syllabes et à d’autres indices que vous ne manquerez pas d’observer.

   aisément      bras      but      canicule        cervelle      coulĂ©      défaille      digne      facile      fragile      inspirez      littéralement      moment      nec plus ultra*      nez        parole      pelle      recadrés        refroidis      signe      touffeur        tourment      trouvaille      vain   
Bérénice  —  



Votre serviteur  —  



Bérénice  —  



Votre serviteur  —  
En pleine canicule, est-ce bien le
De taquiner la muse, allant à la
À coucher sur papier avant qu’elle ,
Disant son dernier mot, là,  ?
On dit huile de coude ou encor jus de    :
Que ne dirait-on pas aussi suc de  ?
Lorsque fondent nos lobes, il faut à la
Colliger en bons vers tôt ce .
Quand il s’agit d’autrui, vous parlez ,
En coulisse caché, votre rire est  !
Regardez votre muse et comme elle est  :
Par cette météo, apaisez son  !
Vous n’aurez pas plus chaud si là vous m’.
D’ailleurs c’est moi qui peine et qui écris et .
Mais faites comme si moi je n’étais pas
Que vous me tirassiez ces quelques vers du  !
Le chœur  —  



Bérénice & votre serviteur  —  



Ensemble  —  
En pleine , est-ce bien le moment
De prendre la sans avoir à dire
Rien qui vaille ? Or le n’était-il pas d’instruire ?
La n’absout guère votre égarement !
Remercions notre chœur qui nous a  :
Nous aurions là, nous voici redressés ;
Nous serions noyés là, nous voici  ;
Que ferions-nous sans lui : serait le croquis !  
Ô bénédiction !  
Ô douce conclusion
Quand la raison l’emporte,
Quand la vertu l’escorte !  

Votre serviteur (02/08/15)