Poésie mon amie

Quittons ce piège affreux

Chaque vers du poème ci-dessous présente un mot masqué. Replacez ces mots eu égard à la rime, au nombre de syllabes et à d’autres indices que vous ne manquerez pas d’observer.

   arrête      aujourd’hui      bond      bouche      congé      contredire      dire      écrire      été      ici      Mallarmé        mouche      pas      plaire      plus      prises      rebut      retraite      rond      satisfaire      sottises      soulagé      sourire      trépas   
Votre serviteur  —  



Bérénice  —  



Votre serviteur  —  
Les vacances d’été commencent  :
Je me mets en congé, et je cesse d’,
Je range mon clavier, je préfère le  !
Voici les derniers vers que je publie .
Fi ! Vous êtes, mon cher, un peu à la  :
Aussi toute l’année êtes-vous en  !
Mais vous avez raison : il sera ,
Le visiteur, que votre manège s’ !
Comment ! Quelle impudence ! Si vous n’aimez
Mes vers, fermez les yeux mais n’ouvrez pas la  !
N’allez pas sur le coche jouer à la  !
Au monde laissez-moi m’offrir jusqu’au  !
Bérénice  —  



Votre serviteur  —  



Ensemble  —  
Vous prétendiez cesser d’écrire tout l’
Et menacez d’écrire pour me  !
Voilà une attitude qui prête à
Quant au monde, il ne vous prend pas pour  !
Bon ! je n’écrirai pas que je n’écrirai
Mais je n’écrirai plus pour simplement vous .
Puisque je ne parviens pas à vous ,
Je me mets en vacance et mes vers au .
J’ai comme l’impression que nous tournons en  ;
Dans un cercle vicieux nos jambes semblent  ;
Sur le disque rayé rechutent nos  :
Quittons ce piège affreux d’un bond, oui : d’un bon  !

Votre serviteur (01/07/14)