Descriptions de choix

Soleil d’avrai1  

Voici une description grammaticalement correcte mais dépourvue de ses « caractérisants », regroupés dans la fenêtre ci-dessous. Récrivez-les avec votre clavier à la place qui leur convient. Le bouton « Aide » offre une première lettre. Attention ! une faute de frappe et la réponse est incorrecte.

Le monde de Boris Vian est un monde pour le moins atypique : les descriptions, portraits et dialogues présentés ici en sont quelques exemples parmi de nombreux autres.

   avec précaution      brûlante*      de bourgeons et      de poulpe doré      et onctueux      immobile      lentement      nerveux et      parmi les feuilles      tout      très      un peu   
   Le vent se frayait un chemin et ressortait des arbres chargé d’odeurs de fleurs. Les gens marchaient plus haut et respiraient plus fort car il y avait de l’air en abondance. Le soleil dépliait ses rayons et les hasardait, , dans les endroits qu’il ne pouvait atteindre directement, les recourbant à angles arrondis , mais se heurtait à des choses noires et les retirait très vite, d’un mouvement précis . Son immense carcasse se rapprocha peu à peu, puis se mit, , à vaporiser les eaux continentales et les horloges sonnèrent trois coups.

   Boris VIAN, L’écume des jours, XXXVI, Éditions Fayard, 1953

1 Né à Ville-d’Avray, Boris Vian invente de nombreux mots-valises comme : juinet, janvril, févruin, octembre, novrier, marillet, voire le 135 avroût, mais pas avrai, semble-t-il…
Dans L’arrache-cœur, Troisième partie, XXVII, 14 Marillet, il écrit : « Et maintenant, les mois sont devenus si drôles – à la campagne, le temps, plus ample, passe plus vite et sans repères. »