"Allô, le 112?"
Objectifs : acquérir le réflexe de dire les choses principales en cas d'appel aux urgence, résumer une situation, donner une information la plus claire possible.
Niveau : moyen - fort
Durée : 45'

Matériel :
- 4 situations d'accidents (à enregistrer)
- la liste des numéros importants (à photocopier dans l'annuaire)
- fiches avec un mot ou un groupe de mots sur chaque fiche
- un enregistreur

Déroulement : Le groupe écoute la première situation. L'animateur demande aux participants : "Comment faut-il réagir?", "Que faut-il faire en premier lieu?", "Où faut-il téléphoner?".

L'animateur donne ensuite les feuilles avec les numéros importants. Ensemble, les participants déchiffrent, essaient de comprendre quels sont les numéros les plus importants. Après consultation du groupe, le formateur note ceux-ci au tableaue, guise de rappel : 100, 101, 112.

Le formateur revient à la situation 1 et pose ces questions : "Lorsque la personne téléphone aux urgences, que doit-elle dire?", "Quels sont les éléments importants à ne pas oublier?". A nouveau une discussion a lieu au sein du groupe. Le formateur résume et met en avan les choses importantes.

Le formateur fait écouter (ou lit) les autres situations. Il demande à chaque fois: "Que s'est-il passé?, Que faut-il faire?". Les apprenants réagissent en expliquant ce qu'il faut faire et dans quel ordre.

Sur base d'une de ces situations, le formateur propose de téléphoner fictivement aux urgences. Il définit les rôles: une personne qui téléphone aux urgences et un autre qui réceptionne l'appel. Le formateur enregistre l'appel joué. A l'écoute, les autres participants devront dire si tous les éléments importants ont été donnés.

Si le groupe est grand, les appels peuvent se faire par sous-groupes de deux, répartis dans le local. Le formateur passe de paire en paire et suscite l'échange d'informations.

Commentaires :
- L'animateur fait tirer au sort des fiches avec un mot (ou un groupe de mots). Les participants sont en petits groupes de 2 ou 3. A partir de ces mots, ils imaginent une situation d'urgence et l'expliquent le plus clairement possible aux autres groupes. Ensuite, on peut demander à un autre participant de téléphone au 112 (fictivement bien sûr) pour communiquer cette situation imaginée. Le formateur insiste sur la clarté de la communication.