La Dendre et ses affluents

(Epuration des eaux wallonnes ci-dessous)(pollutions)


INTRODUTION

La Dendre prend ses sources au pays vert, en effet ,elle se divise en deux parties sur le territoire de la ville de ATH. La première intitulée : Dendre orientale prend sa source sur le territoire de Lens dans une région très boisée située au sud de cette commune, elle remonte ainsi vers ATH en traversant le hameau de la Roche, très boisé ainsi que le domaine de Cambron Casteau (Paradisio entité de Brugelette) pour passer ensuite à proximité du château de Attre et poursuivre sa route vers Maffle et la cité des géants ou elle rejoint son autre moitié occidentale ainsi que le canal vers Blaton.
La seconde intitulée : Dendre occidentale prend sa source dans le zoning industriel de la commune de Leuze en Hainaut et se dirige vers Ath via Chapelle A Wattines, Ligne, Villers- Notre -Dame (très boisé) et Irchonwelz.

Elle prend alors la direction du nord ( secteur canalisé navigable) vers Lessines ( cité du porphyre et des cayoteux) en passant par Lanquesaint, Rebaix , Isières ou elle reçoit son premier affluent « la Sylle » , ensuite Papignies et son second affluent « le trimpont » et puis Lessines que celle ci traverse ainsi que son bras pour rejoindre Deux- Acren en prenant au passage, près du complexe nord , « l' Ancre et le Tordoir », passé ce dernier village de la partie wallonne du pays, elle prend le dernier affluent dont on parlera « la Marcq » et s,en va vers Grammont ( Geraardsbergen ) , dernier rempart de la région des monts pour couler ensuite dans les plaines de Flandre vers Ninove et Alost ( Aalst) pour se jeter dans l,Escaut à Termonde ( Dendermonde).

Les affluents

La Sille

Prend sa source dans le bois de Ligne, non loin du lieu dit « noir jambon » .

Elle coule ensuite vers Bassily et Ellebecq , elle traverse la nationale 57 à Ghislenghien pour se diriger vers Isières, elle traverse cette commune non loin de la place pour se jeter ensuite dans la Dendre au lieu dit : « à la Tourette »


Le TRIMPONT

Prend sa source au hameau dit « la folie » sur le territoire de la commune de Oeudeghien situé à une altitude de 70 m.
Il traverse ensuite la chaussée Brunehaut non loin du « cornet » , un peu plus loin , il prend les eaux qui proviennent de la façade nord du mont de Mainvault .
Il poursuit sa route vers Ostiches et le hameau dit « Perquiesse », il arrive enfin au sud du village de Papignies, passe sous le « Pont des Flamands, prend ensuite les eaux du rieu des pauvres pour aller se jeter dans la Dendre au lieu dit « moulin ».


Le Tordoir


Prend sa source au Pays des Collines, lieu dit « camps et haies » à Ellezelles, passe près du château du Mylord , passe au sud du village et suit la n°57 vers Lessines, entrevoit au passage le lieu dit « les Paradis » ou il prend au passage les eaux des rieux Ubermont et Ribaucourt.

Il se dirige ensuite vers Wodecq, le contournant par le nord ou il prend au passage « le Ronsart et le rieu du Buis », il rencontre sur son passage les moulins du Tordoir et du Moufflu et dirige ensuite vers les régions marécageuses de « Rivière et Remanpont », traverse la n 57 pour aller se jeter dans l' Ancre à la la hauteur du .moulin à eau dit «d'Ogy.



L'Ancre



Prend sa source sur le Mont du Pottelberg , communes de Flobecq et Ellezelles, aux lieus dits « Quenau, Haisette, Miclotte et Rigaudrie.
Elle poursuit sa route sur Flobecq en prenant au passage les eaux du géron non loin du moulin ,passe par « Puvinage et son moulin, Marais à l,eau, Marais Garette » non loin du domaine du « Lockness »et ses étangs , et ensuite le Marais desSoeurs et son moulin à eau dénommé Vindevogel qui servit encore il y a quelques années.
Elle coule ensuite vers Ogy en passant par le moulin des Bichurées plus connu sous le nom de moulin à vapeur , arrive à Ogy via les hameaux de « Ponchaut et wardois » , prend les eaux du TORDOIR au moulin d' Ogy .
Elle traverse alors un écrin de verdure au lieu dit « Long royon »pour trouver ensuite les vestiges du moulin de la Planche en prenant en amont de celui ci le rieu du Marais en provenance de Ghoy et poursuit sa route vers le Pont d, Ancre , traverse la chaussée de Grammont à Lessines pour aller se jeter dans la Dendre non loin de la carrière « Trief » ( arrière de la grande surface Delhaize ).lieu de pêche de la Gaule Lessinoise



La Marcq

Prend sa source au nord des bois de Ligne ( voir Sille) entité de Silly pour se diriger vers le village de Marcq situé non loin de la ville d,Enghien et passer ensuite par Herne, Tollembeek et Viane( moulin) et couler tout le long du versant Est du mont de Grammont sur le territoire de Deux-Acren ou elle rencontre « la réserve naturelle des prés rosières » pour se jeter dans la Dendre au lieu dit « Boureng » sur le versant sur du mont pré cité non loin de la réserve ornithologique de Wangrose, mais aussi le lieu de pêche de la société « La gaule Acrenoise ».


Epuration des eaux wallonnes


La Belgique condamnée

En ce début juillet, la Cour européenne de Justice a condamné la Belgique pour manquement à ses obligations de traitement des eaux usées, conformément à une directive de 1991.
Cette directive oblige les Etats membres à
installer dans les grandes agglomérations
(25 stations de plus de 10.000 éq./hab.) un
système de collecte et de traitement des
eaux usées, au plus tard le 31 décembre
1998.
Pour l'instant, il ne s'agit encore que d'une admonestation formelle, sans conséquence financière directe mais une astreinte importante pourrait être décidée. En tout état de cause, les trois Régions n'ont pas à être fières de cet avertissement car le retard de l'épuration des eaux provient tout autant d'un laxisme regrettable que des difficultés engendrées par la fédéralisation du pays. Pendant des années, en effet, et plus particulièrement en Wallonie, les budgets prévus pour le traitement des effluents n'étaient que rarement utilisés en totalité. Pas besoin d'être très compétent ou très observateur pour se rendre compte que nos obligations européennes en la matière ne seraient pas rencontrées dans les délais.

Et en Wallonie?

Les autorités wallonnes s'attendaient, bien sùr, à l'avis de la Cour europèenne. En effet, à ce jour, un tiers des habitants voient leurs eaux résiduaires traitées, ce qui fait de notre Région l'avant-dernière de l'Europe, avec un retard énorme à combler. Alors qu'au cours des quelques dernières années, l'investissement annuel était de l'ordre de trois à quatre milliards, il aurait été nécessaire d'en dépenser prés de 80 pour se mettre en conformité avec les normes européennes et cela pour l'an 2005 C'est, en effet, la date ultime pour équiper les communes de 2000 habitants et parfaire, si l'on ose dire, l'épuration. Pour y arriver, la Wallonie devrait ainsi construire prés de 85 stations et plus de 2000 kilomètres de collecteurs

Un effort très important

Jusqu'à la fin 2004, il a été décidé que la Région investira 35,5 milliards de francs
pour ses eaux usées sans compter les quelques 800 millions consacrés à mettre en conformité les stations existantes pour la dénitrification et le déphosphatage des effluents. Difficile de faire plus, sous peine de déséquilibrer dangereusement non seulement les finances régionales mais, effet pernicieux, de créer une masse artificielle d'emplois qui disparaïtront sitôt les travaux réalisés.

Qu'en pensent les pêcheurs ?

Cela ne suffira pas. comme dit plus haut pour parfaire l'épuration mais c'est un début prometteur.
D'autant plus que nous venons de loin. S'il était obligatoire de disposer, fin 98, de 25 stations réservées aux entités de plus de
10.000 habitants. seules 7d'entre elles sont construites et le chantier de 4 autres est entamé. Pour l'an2000. c'est 38 stations qui auraient dû fonctionner. pour les entités de plus de 15000 habitants. Or il n'y en a que 18 Sans oublier les stations des petites communes de la directive de 2005.
Depuis des dizaines d'années, les associations de pécheurs dénoncent la pollution des eaux. Pendant longtemps ils ont d'ailleurs été pratiquement seuls à réclamer des rivières propres, des eaux limpides où vivent des poissons sains. Certains d'entre eux se sont usés, souvent vainement. Beaucoup se sont découragés, ont abandonné la pêche ou se sont tournés vers l'étranger où la politique prenait mieux en. compte les richesses naturelles et le bien vivre des gens.
Au début des années 80, nous avons applaudi la décision, devant la défaillance des Communes. de confier à des Intercommunales le soin d'assainir les eaux
usées. Mais faute de moyens, les progres étaient lents à venir. Les décisions récentes de l'Exécutif régional sur proposition du
Ministre de l'Environnement, que nous remercions ici, vont enfin permettre à un
vieux rève de se réaliser, laisser à nos enfants. eu ce début de siècle, la possibilite d'un avenir plus sain
Le saumon qui revient dans la Meuse. l'épuration efin bien réelle pour demain. que se termine vite ce 20e siècle de progrès certes mais aussi de pollution et d'égoisme!
Jean Schmitz, membre du CSWP.


Les pollutions de la Dendre à Papignies
photos 1 2 3 ( Serge Bausier)