fil bleu
Le fil bleu de ma vie | Traces | Prix & réconpenses | Mon parcours comme plasticienne

fil Bleu

Un jour de Pâques en Laponie, loin de toute habitation, sur un petit arbre rabougri, un fil bleu flottait au vent.
Incongru, insolite, il a attiré mon regard etje l’ai fixé sur ma pellicule.
Depuis, le fil bleu (ou ficelle agricole, ou corde de ballot) ne me quitte plus. Je le remarque partout. Et, comme on le verra plus loin, je ne suis pas la seule à le dénicher aux 4 coins du monde.

Corde de ballot ayant perdu son utilité et négligemment abandonnée dans les chemins, ou soigneusement récupérée pour lier, réparer… de la Laponie à la Suisse en passant par l’Acadie et l’Islande, je l’ai photographiée. Il m’apprend beaucoup sur l’homme. Dans les régions pauvres du monde, il est précieusement conservé, ré-utilisé, il raccommode, lie, ferme, noue, suspend…c’est fou ce qu’on peut faire avec des bouts de ficelle !

Dans les régions plus prospères, je le retrouve polluant les chemins, délaissé, comme autrefois la corde de sisal que le fermier laissait là après l’avoir coupée, libérant le foin qui nourrit ses animaux…mais celle-là, doucement, lentement, retournait à la nature dont elle était issue. [ Suite ]

 

 

Haute de page