LES ETABLISSEMENTS DANS LE BOIS

Le Château de Bargette:

Maison de campagne construite en 1859 par le Comte Camille de Louvencourt. Outre l'habitation du maître, on y trouve un parc avec pelouse, bois, prairies et terre en culture, d' une contenance de 50 hectares. Cette partie est située sur le territoire de Roisin, ceci constitue une partie du bois qui en comporte trois.

Le château de Bargette
ROISIN - Château de Bargette construit en 1859.


Camille de Louvencourt, né à Roisin le 27 juillet 1812, fut désigné de bonne heure pour remplir de hautes fonctions diplomatiques. Il fut longtemps secrétaire d'ambassade et fit plusieurs années l'intérim de l'ambassade prés de la cour de Vienne. En 1848, il habitait Paris et pris une grande part à la contre révolution.

Le bal du dimanche
ROISIN - Le bal du dimanche.


En 1857, il fut chargé d' une mission d'honneur à l'occasion du mariage du prince Maximilien d'Autriche avec la princesse Charlotte de Belgique dans le cadre du château de Bargette, une piste de danse était installée et les dimanches et jours de fête à la bonne saison (dans les années 40 et vers 55-60) à partir de 15 heures un bal musette était organisé jusqu'à 21 heures (à cause du manque d'électricité) ceci dura jusque la vente du bâtiment à la province. Ces après-midi dansant attiraient une foule de jeunes et moins jeunes de Roisin et des villages belges et français voisins.

LE CHALET.

Le chalet était une construction en bois et se trouvait sur le terre-plein en face du gouffre, au pied du Caillou-qui-bique. Le locataire en était à l'époque (avant 1930).Charles DECROUE, clerc à l'église de Roisin et passeur d'eau de la barque.

LA MAISON DU GARDE.

La maison du garde est un café situé dans le bois non loin du caillou-qui-bique. Derrière celui-ci, un sentier conduit à travers le bois à son sommet. ( accès assez facile ). De la terrasse du café, on découvre un méandre de la Honnelle.

La maison du garde
Caillou-qui-bique. -La maison du garde.


LE CHANT DES OISEAUX.

Café situé au pied de la roche pelée vraisemblablement à l' endroit où était situé le chalet en bois cité plus haut.

Hôtel du garde et Chant des oiseaux
Caillou-qui-bique - Roisin Hôtel du garde et Chant des oiseaux.


LE CHALET FRANCAIS

Le chalet Français était construit en bas du sentier du monument Verhaeren et descend vers la Honnelle. Celui-ci est aujourd'hui en ruines bien que cet établissement ait connu des heures de grande fréquentation (certains dimanches après-midi, entre 45 et 55, on y dansait aussi). Plusieurs autres cafés existaient dans le bois non loin de la marbrerie Henri Ernest sur la route qui rejoint celle-ci à Roisin, au hameau de la parisienne.

Le chalet français
ROISIN - Le chalet français.


LA CREMERIE ET LA MAISON VERHAEREN.

Café appartenant à l'époque à la famille Dupriez d'Angre. Après la guerre 40-45, les tenanciers, dont à certaines années Paul Eugène Prévost, ont tenté de rivaliser avec ceux du château de Bargette et essayé dé attirer la clientèle en faisant danser quelques dimanches par an. Mais en vain, les jeunes allaient surtout au " Catiau " danser avec l'orchestre Adrien.

La maison Verhaeren détruite
Les Ruines de la Maison du Poète Verhaeren, au Caillou-qui-bique
ROISIN - La maison Verhaeren détruite.


Attenant à cet établissement qui appartient maintenant à se trouve la maison où habitait Emile Verhaeren, maison qui a était détruite pendant la guerre 14-18 et restaurée en 1928 tel que l'on peut la voir aujourd'hui.

Attenante à ces deux immeubles, une pièce qui renferme un musée dédié au poète qui a longtemps résidé à Roisin. Il venait se faire raser chez ma grand-mère maternelle Mathilde Fontaine qui était en même temps cabaretière et barbière.

Quelques objets de cette époque sont encore dans ma maison ( entre-autre rasoir, tondeuse, plateau à barbe ... ).

La maison Verhaeren.
ROISIN - La maison Verhaeren.


[Haut de la page]