L'ACCUEIL D'UN PATIENT EN MILIEU HOSPITALIER

A. Aspect théorique :

a) Définition de l’accueil.

C’est la manière de se comporter, de recevoir quelqu’un qui arrive dans un lieu.
A l’hôpital, l’accueil comporte deux phases :

b) Les étapes de l’accueil :

1.Le bureau administratif :

Il s’agit d’un guichet où une hôtesse inscrit le patient comme étant hospitalisé et ce grâce à une demande faite par un médecin ou par un autre hôpital. Cette demande est importante pour le remboursement de la mutuelle.

  Ø      Que noter pour cette inscription ?

-         L’identité complète
-         L’adresse
-         La date et l’heure d’entrée(très importantes pour les assurances quand il s’agit d’un accident)
-         L’état civil(si le patient est mineur, indiquer le nom du père ou de la mère ou du tuteur)le service et le numéro de la chambre d’hospitalisation
-         Les renseignements de mutuelle

Ø      Buts de cette inscription ?

-         Pour la participation de la mutuelle aux frais d’hospitalisation
-         Permettre à l’hôpital de répondre à toutes les questions concernant l’occupation des lits.

Dans cette première phase «d’accueil »
Ä     La prise en charge du patient et de la famille n’est qu’administrative.
Ä     C’est là que peut être abordé le côté financier de l’hospitalisation.
Ä     Le malade reçoit un petit guide qui lui permettra de mieux connaître l’hôpital.
On
y trouve :
- les différents services qui le composent,
- toutes les possibilités de distraction,
- les plans architecturaux,
- les heures de visites,
- quelques conseils pratiques tels que : déposer de   grosses sommes d’argent ou des objets de valeur au coffre.
Ä     Le malade reçoit un questionnaire permettant à ce dernier de donner son appréciation à propos de son séjour(compliments, critiques, suggestions, ..)

Dans certains hôpitaux, des bénévoles de la croix rouge se chargent de guider les patients et leur famille vers l’unité hospitalière. Il est évident que vu l’ampleur de certains hôpitaux, on pourrait facilement s’y perdre ce qui augmenterait l’anxiété du malade.

 Remarque :
En cas d’urgence, il n’y a pas de demande d’hospitalisation
                        - Si le patient est seul, il est inscrit après,
                        On fait appel à la famille pour compléter les formalités requises.
                       - Si le patient est amené sans papier et inconscient, on fait appel à la police.

2. L' admission dans le service :

a)      Conception de l’accueil.

La réception d’un malade à l’hôpital est pour l’infirmier(e) d’une incidence journalière mais il n’en est pas de même pour le malade et sa famille.

En effet, le moment de l’admission est souvent un moment difficile et le premier contact du patient et de la famille avec le personnel soignant est crucial.

Du point de vue psychologique ?

Ä     Le patient qui se fait hospitaliser est généralement souffrant.
Ä     Il arrive dans un milieu inconnu :
Ä     Peur de l’inconnu, de ce qu’on va lui faire, de son devenir.
Þ    Le patient a besoin d’un accueil bienveillant et chaleureux.

On doit créer une sensation de confiance vis-à-vis des médecins et du personnel infirmier ainsi qu’une impression de sécurité.

Ä     Il est brusquement soustrait à son milieu familial, ses amis, son milieu professionnel
Ä     Soucis, inquiétudes, peines.
Þ    D’où          Il a une attitude égoïste ; Attitude infantile tout à fait normale.

Il ne verra que lui, aura besoin qu’on s’occupe de lui, et ..de lui uniquement et aura besoin de soulagement.
Þ    C’est pourquoi il est vital d’être courtois et intéressé.
Le bien être du patient dépend de ce premier contact.

b)      Buts de l’accueil.

1°) Rassurer le patient.

Pas de faux espoirs : expliquer au patient tout ce qu’il va subir et cela sans mentir

(ce n’est pas grave ce que vous avez !)(vous ne resterez pas longtemps !)

Lui donner confiance :

-       Se présenter (donner votre nom)
-         Respecter l’identité du patient (le vouvoyer, l’appeler par son nom)
-         Faire sentir au patient qu’il est attendu
-         Si sa chambre est encore occupée, faire patienter le patient dans une salle d’attente
-         La prise en charge sera immédiate  

2°) S’occuper de la famille du patient.

Ø      La rassurer, lui permettre d’être la mieux informée sur l’évolution du patient.
Ø      La sortir du circuit médical, ne pas permettre qu’elle accompagne le questionnaire mais la tenir au courant des dernières nouvelles.

Remarque :

Le personnel hospitalier se substitue en quelque sorte à la famille et c’est au moment de l’admission qu’il prend le malade en charge pour le soigner et pour veiller à son bien être. Il faut dès lors que le malade puisse continuer à se sentir une véritable personne et non un simple numéro.

3°) Mieux connaître le patient.

D’un point de vue physique, moral, psychologique
Þ    = être mieux préparé à réagir face aux différents problèmes qui pourront survenir durant l’hospitalisation.

B.     Aspect pratique.

Du bureau d’accueil, le transfert du malade et de sa famille est assuré par une hôtesse vers l’unité hospitalière où le personnel infirmier prend le relais.

Où se fait l’accueil ?

-         Dans la chambre s’il s’agit d’une chambre particulière ;
-         Dans un local prévu à cet effet si le malade a choisi une chambre commune.
Dans ce local il y séjournera un minimum de temps vu l’anxiété qu’il engendre.

Comment réaliser cet accueil ?

I.                    Accueillir le patient par son nom(se sent attendu et connu)

II.                 Se présenter et expliquer au patient pourquoi vous allez lui faire «subir » un entretien.
Þ    But :           - Ouvrir le dossier médical et infirmier :
C’est-à-dire de collecter un nombre important d’informations qui permettront de constituer l’anamnèse(+ histoire de la maladie), le patient étant la source principale d’informations.
                        - Expliquer la nécessité de toutes ces questions et obtenir sa collaboration.

Þ    A quoi servira réellement cette collecte de données ?
Cette démarche permet une conception globale du nursing infirmier.
Ce processus est divisé en cinq étapes :
-         la collecte des données,
-         l’interprétation des données = identifier les besoins exprimés ou non,
-         la planification de ces besoins

- établir l’ordre des priorités
- se fixer des objectifs
- formuler les actions envisagées dans le plan de soins

-         l’exécution des actions Soins techniques, personnalisés au patient
-         l’évaluation
* Envisager objectivement l’efficacité des soins en fonction des résultats obtenus, c’est-à-dire adapter ou corriger si la démarche n’aboutit pas au but fixé.

III.               Réaliser l’anamnèse infirmière.
Ce
tte collecte de données est la première démarche du nursing.
Elle montre votre intérêt non seulement à l’aspect physique de votre malade mais aussi à sa culture, à son éducation, à son mode de vie socio-économique, à ses relations familiales et amicales.

Durant cet entretien, l’infirmier(e) tiendra compte de tous les éléments actuels et antérieurs influençant la personnalité et l’état de santé du patient.
Ä     Le patient est considéré à part entière= conception globale du patient.
Tout ce processus doit se dérouler dans le calme et avec patience, sans précipitation.

IV.              Installation dans la chambre en fonction du choix (chambre particulière ou commune) ou des besoins (en isolement..).

-         Si possible, respecter les affinités des malades : leur langue, leur âge, leur profession, leur milieu socioculturel.
-         La chambre doit avoir été préparée avant l’arrivée du malade :
-> aération
-> température réglée
-> rideaux tirés
-> ouvrir le lit
-> préparer le matériel nécessaire en fonction de la pathologie (aspiration gastrique par exemple).

V.                 Présenter le patient aux autres voisins de chambre.

VI.              L’aider à s’installer :
-         Ranger les effets personnels dans l’armoire,
-         Conseiller de remettre les bijoux et grosses sommes d’argent à la famille ou de les déposer au coffre de l’hôpital,
-         Les médicaments sont repris par l’infirmier(e) en notant ce que le malade prend (les posologies exactes). Ceux-ci lui seront rendus à son départ sauf s’ils font partie du traitement.  

VII.            Veiller à l’hygiène du patient.
Le patient qui arrive n’est pas toujours propre (gale, poux, … ou accident de travail)
-         déshabillage du malade
-         soins d’hygiène réalisés avec tact (idéal : donner un bain)  

Rôle de l’infirmier(e) vis-à-vis du linge du patient :

a)      A l’accueil du malade :

Faire revêtir au malade son pyjama.
-         Recueillir chaque pièce de linge sans l’approcher de soi.
-         Si le linge est sale, le ranger plié dans un sac poubelle.
Sinon :
-         Ranger ou aider le malade à ranger son linge personnel, s’il n’est pas tenu de se coucher tout de suite, dans l’armoire vestiaire ou le rendre à la famille.
-         Manipuler le linge appartenant au malade avec soin.
-         Ne jamais marquer de répulsion.

b)      Conseils de l’infirmier(e) à la famille sur la qualité de la lingerie personnelle du malade :

Le linge doit être :
-         Propre,
-         Facilement lavable et désinfectable.
L’idéal est le tissu de coton pour supporter l’ébullition.
-         Absorbant :
Tel : le coton - la flanelle - le lin
Idéal pour la confection des pyjamas ou robes de nuit car ces tissus absorbent la transpiration.   Tel : le tissu éponge :
Idéal pour les essuies et gants de toilette car ce tissu absorbe très facilement l’humidité à condition d’avoir été lavé au moins une fois.

Déconseiller l’utilisation de linge en textile synthétique qui n’absorbe pas la transpiration, qui provoque des réactions cutanées.

VIII.         Expliquer le fonctionnement de l’équipement hospitalier ainsi que la routine de l’hôpital -         Les habitudes de l’hôpital : heures de visites, heures des repas…
-         Expliquer qu’il verra trois équipes de soignants par jour
-         Montrer où se trouve les WC, la sonnette, l’éclairage, la radio…

IX.              Mettre à sa portée tout le nécessaire :
-         Sonnette,
-         Boisson,
-         Mouchoir,
-         Lecture,
-         Réveil
-         Autre.

X.                 Vérifier si le patient est à jeun ou non

-         s’il doit le rester ou non,
-         sinon, donner à manger.

XI.              Etablir une feuille de température au nom du patient,

XII.            Signaler la présence d’un service social (problème de garde d’enfants, financiers,…)

XIII.         Veiller à la réalisation de l’examen médical.
Exa
men correct et consciencieux, au cours duquel le malade pourra poser les questions nécessaires.

En quoi consiste l’examen clinique du patient à son entrée à l’hôpital ?

Dès l'entrée du malade à l’hôpital, un examen physique est réalisé plus ou moins rapidement.

- Inspection = examen visuel
- Palpation = par le toucher
- Percussion = donnant par choc un son que le médecin apprécie

Par le médecin         
- Auscultation = méthode auditive, soit directement par l’oreille, soit indirectement par l’intermédiaire du stéthoscope.
- Examen des cavités(facultatif)
- Examens radiographiques
- Prélèvements en vue d’un examen de laboratoire.

Par l'infirmier(e):

- Mensurations :    - mesurer,            - peser
- Prise de la température
- Prise des pulsations
- Mesure de la tension artérielle
- Recueil des urines pour recherche d’éléments chimiques, microscopiques, bactériologiques

Ces examens se font la plupart du temps au lit du malade ou idéalement à la salle d’examen disposant d’un matériel adapté.
Dans bien des cas, ces examens peuvent être d’une grande gêne pour le malade :
c     L’y préparer psychologiquement
c     Veiller à ce qu’il ne se refroidisse pas
c     Ménager sa pudeur
c     L’informer que ces examens seront répétés durant son séjour à l’hôpital
c     Rester à la disposition du patient afin de pouvoir lui donner les renseignements nécessaires pour le rassurer.

Tous ces renseignements concernant le malade sont retranscrits au dossier :
§         Sur la feuille de température
§         Sur la feuille d’admission

L’infirmier(e) doit tenir régulièrement à jour ces documents. Ils constituent un élément de renseignement important qui ne doit pas faire défaut et auquel on doit pouvoir se référer durant tout le séjour du malade à l’hôpital et/ou lors d’une rechute ou d’une complication ou à l’occasion d’un séjour ultérieur du malade à l’hôpital.