Liens internes:
TSH | T4 Libre | T3 Libre | Anticorps Anti Thyroïde | FSH & LH | Cortisol | Prolactine | HCG



T S H

La TSH ultra-sensible peut servir de test unique.
TSH abaissée:

  • hyperthyroïdie (T4L et/ou T3L augmentes).
  • surdosage d'une hypothyroïdie traitée.
  • cancer thyroïdien bien traite (il faut un léger surdosage).
  • patient âgé.
  • cachexie, hypopituitarisme (origine centrale).
  • induction d'hyperthyroïdie par aminodarone.
TSH augmentée:
  • hypothyroïdie primaire (T4L abaisse).
  • sous-dosage d'une hypothyroïdie traitée.
  • tumeurs hypophysaires.
  • production ectopique de TSH.
  • résistance des tissus cibles aux hormones thyroïdiennes.
  • stimulation anormale de la sécrétion de TSH (TRH ou autres facteurs).
Test au TRH:

Le patient doit se présenter à 9 h muni d'une ampoule de TRH (UCB ou Roche), il y a 3 prises de sang: 0 minutes, 20 et 40minutes. Le patient doit être à jeun et ne pas avoir absorbe du café ou du thé la veille.
L'élévation moyenne est de 5 microU, à 20 minutes : 2 à 3 fois la valeur de départ.
TSH initialement élevée qui augmente encore: insuffisance thyroïdienne primitive. Dans les hypothyroïdies frustes, la réponse estexplosive.
Pas de réponse: nécrose ischémique, tumeur hypophysaire, nanisme hypophysaire, Basedow, sujet âgé de plus de 70 ans,patient sous neuroleptique, hyperthyroïdies frustes, adénomes prétoxiques.
Élévation mais anormalement basse: état dépressif, alcoolisme chronique.
TSH basse au point de départ, qui s'éleve comme chez le sujet normal ou qui s'éleve tardivement: déficit en TRH endogène.

Début de la page


T4L (fT4)
  • Augmentation: hyperthyroïdie.
  • Diminution: hypothyroïdie

Début de la page


T3 libre
  • Suit les variations de la T4.
  • T3 augmentée avec T4 normale: T3 toxicose.
  • T3 basse et T4 normale: malnutrition, affections hépatiques ou générales sévères.
T3 basse et T4 élevée: sujet euthyroïdien traité par des extraits thyroïdiens.

Début de la page


Anticorps anti-thyroide (anti-thyroglobuline et anti-microsome)

  • Thyroïdite de Hashimoto: au moins un des deux tests est positif
  • Myxoedème primitif de l'adulte: 50 % des cas.
  • Thyréotoxicoses: 50 % des cas.
  • Goîtres colloïdes non toxiques et cancers de la thyroïde: rarement.
  • Cirrhose biliaire primitive: 26 % des cas.
  • Syndrome de Gougerot-Sjogren, maladies auto-immunes: pourcentage variable.
  • Dans les cas de thyroïdites, les tests inflammatoires sont anormaux.

Début de la page


FSH et LH
À la préménopause, c'est la FSH qui augmente en premier lieu.
Défaillance gonadique: FSH élevée et oestradiol bas.
Altération de la spermatogenèse: FSH élevée.
Insuffisance d'origine hypothalamique ou hypophysaire: LH et FSH basses et pas ou peu stimulables par la LHRH.
Ovaires polykystiques: taux élevé en LH et taux faible en FSH, avec une reponse explosive lors du test à la LHRH.
Début de la page
Cortisol
Les valeurs de cortisol sont lies au cycle nycthéméral de l'A.C.T.H. avec un minimum au milieu de la nuit et un point culminant endébut de matinée (8 h).
Dans l'insuffisance surrénalienne et le Cushing, il y a perte de ce profil caractéristique, avec des valeurs basses dans l'insuffisanceet hautes dans l'hyperfonctionnement surrénalien. (3 prises de sang : matin, midi, 16 h).
Cortisol élevé: Cushing, syndrome adréno-génital, traitement par Prednisone ou Prednisolone, femmes sous oestro-progestatifs(pilule), premier trimestre de la grossesse.

Test de stimulation à l'A.C.T.H.

Synacten à 8 h, prise de sang pour dosage du cortisol après 30 minutes et 1 heure. Il doit y avoir une augmentation de 50 % parrapport à la valeur à jeun (donc 3 prises de sang comme pour tout test dynamique).
Test de suppression à la dexamethasone: 1 mg à minuit, prise de sang à 8 h.

Début de la page


Prolactine

Hyperprolactinémie:

  • D'origine médicamenteuse: oestrogènes en traitement prolonge (aménorrhees post-pilule), Dopa, neuroleptiques,anxiolytiques, antidépresseurs, antiulcéreux, anti-émétique.
  • D'origine psychologique: stress.
  • Adénome à prolactine: le test dynamique à la TRH n'entraîne pas une augmentation d'au moins 4 fois la valeur de départ.
Manifestations:
  • Chez la femme: troubles du cycle menstruel.
  • Chez l'homme: impuissance, gynécomastie.
Valeurs normales, le matin à jeun, hors stress:

  • Chez les femmes cycliques: 5 à 20 ng/ml (< 720 mU/L).
  • Chez la femme ménopausée, les enfants prépubères, l'homme: 3 à 12 ng/ml (< 422 mU/L).
1 ng/ml = 36 mU/L.

Début de la page


Bêta-HCG:

Sur urine: La sensibilité est de 25 à 50 U.I. HCG/L, il est possible de détecter une grossesse dès le premier jour des règlesmanquantes.
Sur sérum: nous effectuons un test quantitatif. Nous avons besoin de connaître la date des dernières règles.
Pour confirmer l'existence d'une grossesse, si le taux n'est pas supérieur à 20 U.I., il faut un nouveau prélèvement 8 jours après.
Dans les 6 premières semaines de la grossesse, les HCG doublent en 2 jours.
Un taux limite doit toujours faire penser à une fausse couche.
Dans le cas de choriocarcinome, qui peut être associe à un séminome ou à un adénocarcinome, on trouvera des bêta-HCG 15chez la femme et 10 chez l'homme.
Dans le cas de cancers du poumon, du sein ou du tube digestif, il peut y avoir sécrétion de bêta-HCG-like (voir CEA dans ces cas).

Début de la page


Acceuil | Présentation | Horaire d'ouverture | Liens de courtoisie | Contact
Conditions de prélèvement | Profils biologiques | Fonction rénale | Allergologie
Bactériologie | Hématologie | Coagulation | Enzymes | Glucides | Lipides | Médicaments | Hormonologie | Oncologie | Protéines | Sérologie